Avoir le SOPK et tomber enceinte.

SOPK. S-O-P-K. 4 lettres et un monde qui chavire. Le syndrome des ovaires polykystiques impacte la fertilité et les chances de concevoir. Donc, quand on souhaite tomber enceinte, le SOPK peut se mettre sur notre route. Mais alors, est-ce possible d’avoir un bébé quand on souffre de ce syndrome ?

Le SOPK, c’est quoi ?

Cette maladie gynécologique touche 1 femme sur 10. Elle vient perturber le système endocrinien et peut provoquer un dysfonctionnement des ovaires.

Concrètement, quand une femme souffre du SOPK, ses hormones ne fonctionnent pas comme elles le devraient. Certaines d’entre elles sont produites en trop grande quantité (dont la testostérone) et viennent perturber le fonctionnement des ovaires. Ainsi, les femmes souffrant de SOPK ovulent moins régulièrement.

Comparons un cycle “normal” et le cycle d’une femme souffrant du SOPK.

Il faut savoir qu’au début d’un cycle normal, sous l’effet des différentes hormones, les follicules grossissent. Ensuite, seul l’un d’eux poursuit son développement. Il libère alors un ovule qui pourra être fécondé.

Avec le SOPK, tout ce processus est chamboulé. Les follicules qui se créent chaque mois ne murissent pas comme ils le devraient. Peu de follicules arrivent à maturité. Ils restent alors coincés dans les ovaires. Et quand le temps passe, ils sont de plus en plus nombreux. Ils deviennent alors visibles à l’échographie. Le nom du SOPK vient d’ailleurs de là. À l’origine les médecins pensaient que les tâches noirs qu’ils observaient à l’écran étaient des kystes… Alors qu’il s’agissait des follicules au volume ou au nombre importants.

Quels sont les symptômes du SOPK ?

Il faut toujours garder en tête que chaque femme et chaque corps est unique. Ainsi, les symptômes varient d’une femme à l’autre. Certaines ne seront quasiment pas dérangées par ces derniers alors qu’ils seront handicapants pour d’autres.

Quand on souffre du SOPK, généralement on a les symptômes suivants :

– Une acné sévère,

– Une pilosité excessive avec des poils qui poussent à des endroits inhabituels (dessus de la lèvre, dos, menton, poitrine, intérieur des cuisses..). Ceci est dû au fait que l’hormone mâle (la testostérone) est produite en grande quantité par l’organisme.

– Une irrégularité des règles,

– Des cycles longs (plus de 40 jours), voire une absence de règles (aménorrhée),

– Une prise de poids inexpliquée,

– L’infertilité.

Est-ce que je souffre du SOPK ?

Si vous avez noté souffrir d’au moins l’un de ces symptômes, vous vous demandez peut-être si vous souffrez de SOPK. Et votre question est légitime ! Afin de le savoir, vous pouvez prendre rendez-vous avec votre sage femme ou avec votre gynécologue.

Il regardera alors si vous présentez au moins deux des symptômes cités ci-dessus. Ensuite, il pourra réaliser une échographie pour confirmer le diagnostic. Normalement, au début du cycle menstruel, chaque ovaire contient 5 à 10 petits follicules (environ 5 mm chacun). Seul l’un d’entre eux deviendra un ovocyte fécondable. Quand on a le SOPK, la maturation de ces follicules est bloquée par l’excès d’androgènes et les follicules immatures s’accumulent, sans follicule dominant. Tout ce processus peut être visible à l’échographie.

Mais seule une échographie ne suffit pas. On fait également des prises de sang pour analyser le dosage de certaines hormones.

Tous ces éléments réunis permettent de confirmer le diagnostic.

Si vous souffrez du SOPK, sachez qu’il existe des traitements pour les symptômes. On ne connait pas encore les causes qui expliquent que les femmes le développent. Ça serait expliqué par des causes génétiques et environnementales mais rien n’a été prouvé encore.

Puis-je tomber enceinte si j’ai le SOPK ?

Si vous souffrez du SOPK vous devez savoir que l’un des effets de la maladie est une altération de la fertilité. Alors que 10% des femmes sont touchées par ce syndrome, un tiers d’entre elles sera également touchée par l’infertilité.

Mais rassurez-vous : il est possible de tomber enceinte avec le SOPK !

D’un point de vue santé, il est fort probable que votre médecin vous prescrive des traitements visant à réguler / déclencher votre ovulation. Si cela n’est pas suffisant, un accompagnement en PMA (procréation médicalement assistée) peut être envisagé. Dans le cadre d’un SOPK, la PMA a un taux de réussite élevé.

SOPK : réguler ses cycles pour tomber enceinte.

Comme je vous l’expliquais juste en haut, l’un des premiers moyens que l’on vous proposera pour tomber enceinte sera des traitements pour déclencher votre ovulation. Votre médecin devra alors trouver la “bonne” dose d’inducteur d’ovulation qui vous conviendra. Cette dose là varie d’une femme à l’autre. Il faut savoir que seules 30% des femmes sont résistantes à ce traitement. Pour celles pour qui cela fonctionne, le taux de grossesse est de 60% après 6 mois de traitement.

Injections d’hormones et SOPK

Si le traitement précédent ne fonctionne pas, on propose très souvent l’injection d’hormones directement en intraveineuse. Elles permettent de booster la production de follicules dans les ovaires… Qui deviendront des ovules ! Dans ce processus là, une surveillance particulière est mise en place de manière à éviter une grossesse multiple (des triplés ou plus). Dans ce cas là, lors de la stimulation finale, les médecins réalisent une échographie pour éviter les risques de stimuler plusieurs ovulations.

SOPK : tomber enceinte grâce à la FIV.

Lorsque les traitements ne fonctionnent pas, on peut orienter les couples qui désirent un bébé vers la PMA. On pourra alors leur proposer une insémination artificielle. Cette technique a pour but de rapprocher les spermatozoïdes de l’ovocyte à l’intérieur de l’utérus de la femme. On peut également leur proposer une FIV (fécondation in vitro). Dans ce cas là, les spermatozoïdes et l’ovocyte auront été mis en contact en laboratoire. Une fois que la fécondation a eu lieu, on implante les embryons dans l’utérus de la femme. Certains centres PMA proposent également les FIV ICSI dans le cas d’un SOPK. Cette technique consiste à introduire, au laboratoire, un spermatozoïde directement au coeur de l’ovocyte.

Il y a donc de nombreuses pistes si vous souhaitez tomber enceinte et que vous êtes atteinte du SOPK.

Dans le cas du SOPK, les risques liés à la PMA sont l’hyperstimulation ovarienne et le risque de grossesse multiple. Mais là encore, des solutions sont envisagées. On mettra notamment en place un protocole spécifique de stimulation spécial SOPK et on pourra vous proposer de transférer un embryon unique par cycle de FIV.

Tomber enceinte naturellement avec le SOPK : c’est possible ?

Comme toujours, ça dépend des cas. Comme 1 femme sur 3 souffrant du SOPK aura des difficultés à tomber enceinte, il se peut que vous soyez dans ce cas. Mais il se peut aussi que vous fassiez partie des femmes qui n’ont pas besoin d’être accompagnée par la médecine. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, n’oubliez pas que votre alimentation joue un rôle important sur votre fertilité. Et cela est d’autant plus vrai avec le SOPK. Je vous invite à lire cet article pour savoir quels aliments sont conseillés quand on essaye de tomber enceinte.

Il aurait également été démontré un lien entre la prise de poids, le SOPK et l’infertilité. Dans ce sens, le perte de poids est conseillée si vous êtes en surpoids (IMC au dessus de la norme conseillée). Pour se faire, vous pouvez pratiquer un sport qui vous plait et adopter une alimentation saine et équilibrée.

Pour le reste, n’hésitez pas à vous tourner vers les médecines alternatives notamment l’homéopathie, l’acupuncture, la lithothérapie…

Je vous souhaite de tout mon coeur que vous puissiez tomber enceinte. Je vous envoie des milliers de pensées positives.

Y en a t’il parmi vous qui souffrent du SOPK ? Ou qui ont réussi à tomber enceinte malgré cela ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Quand on a le SOPK et qu'on veut tomber enceinte : on ne sait pas toujours comment ça va se passer. Découvrez les réponses à vos questions.

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Beaucoup de femmes sont touchées et pourtant… on n’en entend si peu parler…
      J’espère pouvoir renseigner des femmes qui pourraient avoir certains de ces symptômes !
      A bientôt et merci pour ton retour! 🙂

  1. 3
    Christel

    Petit Coucou Charlotte pour témoigner…
    J’ai eu ce diagnostic autour de mes 30 ans (absence de règles, absence d’ovulation… Stérilité primaire/ SOPK).
    J’ai simplement envie de dire que l’on peut avoir ce diagnostic un jour et tomber enceinte sans strictement aucune aide ensuite …
    J’ai eu ce diagnostic vers 30 ans et j’ai eu deux enfants à l’approche de mes 40 ans. Naturellement.
    Merci à toi Charlotte d’avoir précisé qu’il ne s’agit pas de « kystes » à proprement parler. On entend cela trop souvent à tort…
    Bonne chance à toutes, gardez confiance ! 🍀
    C.

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup Christel d’avoir partagé ton histoire avec nous.
      Ton témoignage montre bien qu’il y a toujours de l’espoir.🍀
      Alors merci d’avoir pris le temps de raconter ce que tu as vécu.
      Je suis certaine que tes mots vont rassurer d’autres femmes !
      A bientôt ! 🙂

  2. 5
    Julie

    Bonjour,
    Il est possible d’avoir recours à un drilling ovarien, qui permets de faire plein de petits trous dans les ovaires en ag, afin de libérer les follicules en surnombre et retrouver des cycles normaux en cas d’aménorrhées. Cette intervention est (pour mon cas) indolore, mais éphémère, les trous se rebouchent à un moment donné… mais facilitent nettement le passage en pma …
    par expérience, et en tant que sopk sévère, je maîtrise le sujet… 😅

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup Julie d’ajouter ce point important !
      Ce que je retiens de ton témoignage c’est qu’il y a toujours de l’espoir et des solutions à envisager !
      Je te souhaite une grossesse très bientôt et je t’envoie plein de belles ondes 🍀
      A bientôt !

      • 7
        Julie

        Bonjour charlotte,
        La grossesse a bel et bien eu lieu grâce à tout ça et une fiv !! Je suis la maman de jumeaux de 14 mois …. donc tout est possible, il suffit d’y croire et de bien s’entourer médicalement.

        • 8
          Enfance Joyeuse

          MERCI du fond du coeur d’avoir partagé cela avec nous car je suis certaine que ce témoignage va donner beaucoup d’espoir aux femmes qui traversent cela !
          A bientôt 🙂

  3. 9
    Laura

    Merci Charlotte, pour cet article qui répond à beaucoup de mes questions, il est clair et concret. C’est exactement ce que je vis en ce moment.
    Merci à toi

    • 10
      Enfance Joyeuse

      Merci pour ton retour Laura.
      Ça doit être difficile au quotidien pour toi alors je t’envoie plein de belles ondes et je te souhaite un test positif très bientôt ! <3
      A très vite!

  4. 13
    Jolivet

    Je suis SOPK sur mon ovaire gauche et il y a une semaine sur demande de mon centre PMA nous avons fait un IRM pelvien et la le coup de massue tombe pas d ovaire a droite..
    RDV cette apremidi a 16h pour la suite du parcours ..
    Je fessais 120 kgs jai maigri je suis arriver a 113 mais es ce possible je ne suis pas sure .. malgré tout cela jai un homme formidable a mes côtés depuis 10 ans essaie bebe depuis 3 ans maintenant

    • 14
      Enfance Joyeuse

      Ca a du être terrible d’apprendre cela…
      J’espère de tout coeur que ce rendez-vous vous aura apporté des réponses et surtout : de l’espoir !
      Je vous envoie plein de belles ondes dans votre parcours ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *