Alizée et sa césarienne d’urgence en code rouge. #

Aujourd’hui c’est Alizée qui nous raconte son accouchement. Elle a vécu une césarienne en code rouge, une césarienne d’urgence. Elle a très mal vécu cet accouchement mais la présence de son bébé l’a toujours maintenu à flot.

Alizée nous raconte sa césarienne d'urgence. Code rouge. Alors que tout se passait bien jusqu'alors, elle est emmenée au bloc. Voici son histoire.

Donner la vie n’est pas toujours simple.

Mon suivi de grossesse a été « normal ». Une très belle grossesse, aucune douleur. 
Puis le jour J est arrivé. Le travail s’est déroulé vraiment tout doucement… Étant ma deuxième grossesse j’étais très sereine lorsque j’ai eu les premières contractions. Mon conjoint m’a accompagné du début à la fin, ce qui m’a énormément aidé.

Le travail commença le 15 Aout, jour férié, où l’on m’annonce la couleur à mon arrivée… “Heureusement que vous accouchez par voie basse car pas d’anesthésiste sur place.”

Il faut savoir que depuis 1h du matin mes contractions étaient espacées de 10 minutes jusqu’à dilatation 9, jamais plus rapprochées.

Tout se passait très bien pour moi. Pour nous. À la maternité depuis 7h. A 10h, dilatée à 5, je souhaite faire la péridurale pour pouvoir me reposer un peu et prendre des forces pour la dernière ligne droite.

A ce moment là, la péridurale me fait faire un malaise et le petit cœur de bébé s’affole. Il se passe 3h ou tout sonne autour. Nous sommes seuls à attendre de savoir ce qu’il se passe. La sage femme vient enfin faire un contrôle. Un prélèvement sur le crâne de bébé non douloureux pour lui mais qui, pourra nous donner un peu une idée de la suite.

Prélèvement fait, résultat immédiat, code rouge, césarienne d’urgence. Le code rouge était lié à l’état du bébé qui avait 2 tours de cordons autour du cou d’où le cœur qui s’accélérait.

Et là, tout s’affole, ils courent dans les couloirs en poussant le lit. On ne me dit rien, la seule réponse à mes questions est la suivante: “vous ne sentirez plus vos jambes”. Sauf qu’à ce moment là, je sens mes jambes. On m’allonge, m’attache les mains, et à travers « le rideau » j’entends : “on commence, on ouvre”.

Je n’ai donc pas été anesthésiée, j’ai tout senti, j’ai vu ma vie défiler, j’ai hurlé… beaucoup. Lorsque j’ai demandé de l’aide, ils m’ont dit que pour le moment il fallait sortir le bébé. J’ai donc dû attendre. Attente horrible. 

Lorsque mon bébé est sorti, il avait 2 tours de cordons autour du cou. Lorsque mon conjoint est rentré au bloc le récupérer, il a vu mon état, il a demandé ce qu’il se passait… Ils lui ont simplement répondu: « votre enfant va bien c’est le principal ».

 Je tiens à préciser que cette histoire est unique. Elle appartient à Alizée. Toutes les femmes ayant vécu une césarienne d’urgence n’ont pas eu toutes ce ressenti là. Cet espace est un endroit où tous les témoignages sont les bienvenus. Car ça peut aussi se passer comme cela. Mais ils n’ont pas pour but de vous angoisser si jamais vous êtes enceinte. Si vous vous inquiétez vis à vis des césariennes d’urgence, et de l’anesthésie qui en découle, prenez le temps d’en parler avec le professionnel de santé qui vous suit.

Pour les retrouvailles, vu la situation j’ai eu le droit de l’avoir avec moi en salle de réveil pendant 2h. Nous étions sous contrôle le bébé et moi. 

Je vous passe les détails, mais.. Aujourd’hui 5 mois et demi après, ça va. Ça va mieux. J’y pense tous les jours, à cette douleur intense et indescriptible mais aussi et avant tout à ce bonheur de le tenir dans mes bras chaque jour, à ce regard qu’il m’a lancé lorsque je souffrais et que je l’ai vu pour la première fois. Ce premier regard qui bouleverse tout mais qui aide a tenir.

J’ai eu de la chance, beaucoup de chance, nous sommes là, en bonne santé et heureux.

Malgré ça, on oublie pas mais on avance et c’est le plus important.

Merci d’avoir partagé votre histoire ici Alizée. Après toutes ces difficultés, vous avez été, enfin, réunis. Ça y est. Code vert. Vous pouviez respirer…

Si vous souhaitez découvrir d’autres témoignages, rendez vous ici.

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Alizée nous raconte sa césarienne d'urgence. Code rouge. Alors que tout se passait bien jusqu'alors, elle est emmenée au bloc. Voici son histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *