Le risque du CMV pendant la grossesse.

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du CMV (cytomégalovirus). Je ne sais pas si vous connaissez ce terme mais il me semble important de faire un article sur le sujet. Alors qu’on pose peu de mots dessus, ce virus peut être à l’origine de nombreux maux si une femme le contracte durant sa grossesse… Qu’en est-il alors ? Qu’est ce que le CMV ? Comment s’en protéger ? ↓

cmv grossesse

Quand un témoignage sur le CMV nous plonge dans le quotidien de ces familles…

J’ai reçu, il y a quelques temps le témoignage d’une femme qui me partageait le calvaire que sa famille avait traversé à cause du CMV. Je vous laisse en découvrir une partie.

« Je suis la grand-mère d’une petite-fille de 18 mois touchée par le cytomégalovirus (CMV) durant la grossesse de sa maman.
Je pense que vous avez déjà entendu parler de ce virus qui fait des ravages lorsqu’il est transmis au foetus notamment dans les premiers mois de gestation. Fort heureusement la petite n’a pas de séquelle même s’il faut faire attention à son audition car celle-ci peut être touchée pendant encore longemps. Elle a pourtant été touchée au début de sa conception car elle a été annoncée comme très petite depuis le début, d’un poids inférieur à la normale (elle pesait 2,1 kg à la naissance) et un gros suivi échographique dans une maternité parisienne a été fait mais JAMAIS de prise de sang pour rechercher ce virus n’a été demandé. C’est à la naissance que l’on a annoncé cela aux parents, anéantis devant le tableau brossé par le corps médical et les examens du crâne, des yeux, les prises de sang…  C’est un scandale a déclaré un voisin médecin qui s’est étonné qu’aucun examen sanguin n’ait jamais été prescrit.  Bref tout cela pour encourager les futures mamans à demander ce test qui n’est malheureusement pas obligatoire du fait qu’aucun traitement n’existe.
Ce virus est la première cause de déficience mentale chez les petits ce n’est donc pas une pécadille et on nous parle toujours de la toxoplasmose mais pas de ce virus qui se transmet pourtant très facilement. »

Ainsi, avec ces mots, j’ai pris conscience du manque d’informations liée à cette maladie. À ma petite échelle, j’ai eu envie de vous en parler. La prévention est, à l’heure actuelle, notre seule arme.

Qu’est ce que le CMV ?

Il s’agit d’un virus de la famille des herpès. Très peu connu et pourtant très répandu : plus d’un adulte sur deux le contracte durant sa vie. Le CMV est sournois. Il nous contamine à notre insu. Nous ne présentons, généralement, aucun symptôme. Si symptômes il y a, il peut s’agir d’une légère fièvre, de fatigue, de courbatures… Bref, des symptômes souvent associés à un état grippal.

En règle générale, ce virus passe donc inaperçu et ne pose pas de problème. En revanche, il s’avère être très dangereux pour les femmes enceintes ne l’ayant jamais contracté auparavant… Et surtout pour leur foetus !

CMV & grossesse.

Les femmes enceintes sont donc exposées au danger du CMV. Il faut savoir qu’une femme sur deux, au cours de sa grossesse, n’a jamais été exposée au virus auparavant. Dans ce cas de primo-infection, les risques pour le bébé sont plus élevés. Pourquoi ? Car quand une personne contracte le CMV, elle développe des anticorps pour lutter contre. Ainsi, si la femme enceinte contracte le virus pour la première fois durant sa grossesse, elle n’a pas encore développé les anticorps. La transmission au foetus est donc probable. Le virus est d’autant plus dangereux si la femme le contracte au début de sa grossesse notamment. La transmission éventuelle au bébé en est accrue. Malheureusement, la barrière placentaire ne protège pas le bébé du CMV.

300 enfants naissent chaque année en France en ayant été touchés par le CMV. 72% d’entre eux ne présenteront pas de symptômes. Les autres, malheureusement, pourront avoir de graves séquelles. Souvent, il s’agit d’atteintes neurosensorielles. On retrouve en premier lieu la surdité mais aussi des cécités sensorielles ou des difficultés de langage par exemple.

Vous l’aurez donc compris.. Le CMV est dangereux ! Peut-être que derrière votre ordinateur, c’est la première fois que vous entendez parler de ce virus… Et c’est bien là que le bas blesse ! Seule la prévention peut permettre aux femmes de se protéger de ce virus durant leur grossesse ! Il est donc important qu’on en parle !

La prise en charge du CMV pendant la grossesse.

À l’heure actuelle, en France, aucun diagnostic n’est réalisé chez les femmes enceintes. On entend beaucoup parler de la toxoplasmose par exemple mais presque jamais du CMV. Et à tort ! Nos voisins Belges réalisent un dépistage systématique (via une prise de sang) durant les grossesses des femmes !

Ainsi, il ne reste que la prévention à mettre en place au quotidien pour éviter de le contracter. Il faut savoir que le CMV est plutôt répandu dans les collectivités accueillant de jeunes enfants. En effet, il se transmet notamment par les fluides du corps (larmes, toux, bave, urine..). Ainsi, on le retrouve beaucoup en présence des jeunes enfants ! Donc, si vous travaillez avec des touts-petits (garderie, crèche, assistante maternelle, école maternelle…), vous êtes une personne à risque. Pareil, si vous avez un ainé qui est accueilli dans un établissement collectif.

Il est tout de même important de souligner qu’il faut un contact répété avec le virus pour le contracter. Ainsi, les risques sont limités car le virus n’est pas excessivement contagieux comme peut l’être la gastro par exemple.

Quoi qu’il en soit, les gestes de prévention sont les suivants : se laver les mains régulièrement, éviter les contacts répétés avec la salive, les larmes de jeunes enfants, laver les jeux régulièrement…

Et si je le contracte ?

Votre médecin peut décider de vous prescrire un dépistage (une prise de sang) s’il juge que c’est nécessaire selon votre situation. Je rappelle que rien est obligatoire en France. Si les résultats montrent une infection au CMV récente (primo-infection), il pourrait alors vous proposer de réaliser une amniocenthèe.

Durant cette dernière, il est possible que le virus ne soit pas détecté dans le liquide amniotique. Ainsi, cela prouve que le bébé n’est pas infecté. Les parents peuvent alors être rassurés.

Il est également malheureusement possible que le CMV soit détecté. De là, la femme enceinte sera prise en charge. Elle aura alors un suivi particulier via des échographies mensuelles. Si l’équipe médicale décèle une anomalie cérébrale, elle en parle aux parents qui pourront alors faire le choix d’interrompre la grossesse. Bien évidemment, il se peut aussi qu’aucune anomalie ne soit révélée et que l’enfant soit en bonne santé.

Sachez qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin contre le CMV. Il n’y a également aucun traitement. Il n’existe que la prévention.

Ainsi, j’espère que cet article aura pu vous donner des éléments pour que vous puissiez prendre soin de vous et de votre bébé durant votre grossesse si vous êtes considérée comme une « patiente à risque ». N’hésitez pas à en parler à votre médecin. Il pourra répondre à toutes vos questions.

Ecrire cet article me replonge dans le témoignage d’Anaïs qui a, elle aussi, contracté le CMV durant l’une de ses grossesses.

Et vous ? Connaissiez-vous ce virus ? Avez-vous subi un dépistage ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
En savoir plus sur le CMV, Cytomégalovirus, pour s'en protéger durant la grossesse.

17 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 3
    Madleen

    Très bon article : si ça peut renseigner les futures mamans c’est top car sinon, en effet, on n’en entend jamais parlé ! J’ai fais une prise de sang l’année dernière, un check up complet et j’ai fais lire les résultats à un ami médecin avant de revoir le miens : j’ai eu droit à un « malheur heureusement que tu n’es pas enceinte ». En effet, ce petit virus pas bien méchant pour nous ne se fait pas entendre mais les conséquences peuvent être grave si on se situe dans le premier trimestre de grossesse et pourtant rare sont les personnes à le connaître (concrètement, il ne serait pas apparu dans mes résultats, je n’en saurai rien non plus). Je n’ai pas pour projet d’avoir d’enfant mais je pense qu’il est essentiel d’informer les mamans ! Il semble aussi que ce virus se transmet beaucoup d’enfants à enfants aussi (à la crèche, la maternelle, etc.), d’où l’intérêt aussi pour la futur maman de faire attention au début de sa grossesse au contact avec les autres.

    Bref, merci pour cet article éclairant !

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ton retour d’expérience !
      Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on en parle pas assez alors que c’est notre seule arme de prévention contre ce virus ! Il faut que les femmes enceintes soient prévenues et qu’elles puissent aussi être dépistées !
      Heureusement que tu n’étais pas enceinte quand on te l’a détecté !
      Merci encore pour ce commentaire très enrichissant,
      A bientot,
      Charlotte.

  2. 5
    Klai

    J’ai découvert ces 3 lettres lors de ma première prise de sang pour ma 2 eme grossesse…
    Effectivement personne ne parle de ce virus, je ne savais meme pas qu’il était demandé dans ma prise de sang.
    Heuresement apparemment je l’aurai eu avant ma grossesse mais j’attends mon prochain rdv avec impatience car personne ne m’a contacté depuis (sauf le labo pour une analyse plus poussée de datation du virus non remboursée !).
    Je veux des réponses et malheureusement je pense que pendant toute ma grossesse je n’arriverais pas être tranquille..

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Je comprends entièrement votre angoisse… N’hésitez pas à appeler votre médecin pour qu’il vous accompagne durant le diagnostic ! Avec les résultats de cette analyse poussée de datation vous aurez vos réponses. Si les médecins ne « s’affolent » pas et qu’ils pensent que vous l’avez contracté en amont, tout devrait bien se passer.
      Je vous souhaite en tous cas d’obtenir des réponses rapidement, positives bien évidemment !
      Et surtout, une belle grossesse.
      A bientôt,
      Merci pour votre commentaire,
      Charlotte.

  3. 7
    Workingmutti

    Sur le CMV, j’ai trouvé que le sujet fait il y’a peu par la maison des maternelles (janvier 2019) était vraiment très intéressant. Le chef de service de Necker parlait notamment des traitements anti-viraux qui pourraient limiter les dégats causés par le virus s’ils sont pris très tôt.

    Mais clairement il y’a une différence très nette de prise en charge selon les maternités. Dans la mienne (niveau III grossesses à risques) une sérologie du CMV est réalisée tous les mois pour les mamans non immunisées jusqu’à 20 SA. Mais je n’en avais jamais vraiment entendu parler avant pour mes précédentes grossesses. Ou alors on m’a juste parlé d’un vague risque de surdité.

    C’est vraiment dommage car cette pathologie touche plus de nouveaux-nés que la toxoplasmose. Certainement car pour cette dernière il y’a une vraie politique de prévention.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Entièrement d’accord avec toi ! C’est bien dommage que ça dépende des maternités… Et qu’on en informe pas forcément les mamans…
      Comme tu le dis si justement, ce virus touche de nombreux nouveaux-nés ! Il est urgent que l’on en parle, que l’on informe, que l’on sensibilise !
      Concernant les traitements anti viraux je n’en avais pas entendu parler ! Je vais aller voir l’émission de ce pas !!!
      Merci pour ton retour !
      A bientôt,
      Charlotte.

  4. 11
    3 kleine grenouilles

    En Allemagne, j’ai été testée tous les mois si je me souviens bien. Ma gynéco m’en a bien parlé à partir de ma deuxième grossesse mais je ne m’en souviens plus si elle m’en a parlé pendant la première. En tout cas, elle m’avait bien expliqué que je ne devais pas utiliser la cuillère de mon grand, boire dans son verre, bien me laver les mains après chaque changement de couche, etc.

    • 12
      Enfance Joyeuse

      Merci pour ton retour « made in » Allemagne 😉 Je trouve ça super qu’on t’en ai parlé, qu’on t’ai parlé de prévention et qu’on t’ai dépisté tous les mois 😉
      A bientôt,
      Charlotte.

  5. 13
    ba

    Merci d’en parler. j’ai découvert le CMV lorsque je l’ai contracté pour ma deuxième grossesse. Je ne connaissais pas avant, j’ai eu la chance d’avoir une sage femme qui me faisait faire le dépistage automatiquement donc on a pu voir a quel moment je l’ai contracté (fin du 1er trimestre). Ensuite, j’ai eu une grossesse très suivie et très angoissante. Mon bébé a subit de nombreux examens in utero et après la naissance. Heureusement, il a 18 mois actuellement et il est en bonne santé. Le CMV peut s’incruster surtout lorsqu’on a des enfants en bas âge, cela fait peur car les conséquences peuvent être dramatique mais tout peut aussi bien se passer. Il faut garder confiance et espoir.

    • 14
      Enfance Joyeuse

      Merci pour votre témoignage.
      J’imagine à quel point votre grossesse a pu être angoissante.
      Je vous souhaite plein de courage car je suis bien consciente que la peur doit encore être présente…
      Mais comme vous le dites, tout peut aussi très bien se passer. Finalement, 72% des enfants atteint du CMV pendant la grossesse ne développent pas de symptômes ! Ce qui est un pourcentage rassurant ! Il faut, en effet, garder espoir et confiance.
      Je vous envoie plein de pensées !
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *