Émilie, ma péridurale, ma brèche et ce calvaire… #

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous partager le témoignage d’Émilie. Alors qu’elle ne souhaitait pas avoir la péridurale, elle l’a finalement eu. Sauf que son histoire avec elle a duré bien plus longtemps que son accouchement. Et dure encore. Malgré elle. Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir son portrait. ↓

Émilie, ma péridurale, ma brèche et ce calvaire...

Chère Émilie, peux-tu te présenter toi et ta famille ? 

J’ai 32 ans, mon mari 33. Nous nous sommes rencontrés il y a 4 ans maintenant et nous avons de suite décidé d’avoir un enfant ensemble. Bien évidemment les choses ne sont pas toujours aussi simples (étant atteinte d’endométriose). Nous avons du passer par la PMA et après deux ans de combat nous avons enfin réussi a avoir cette accroche de notre petit champion.

Peux-tu nous raconter comment s’est déroulée ta grossesse de manière générale ? 

Ma grossesse a été angoissante d’une car au début c’était une grossesse gémellaire (j’en ai perdu un) mais aussi car le parcours PMA avait laissé un stress permanent du « est ce que mon bébé va rester là? ».

Nous avons passé beaucoup de temps aux urgences a vérifier que notre petit champion était en forme et tout allait bien pour lui ( un besoin pour nous deux d’être rassurés..)

Il a voulu naitre a 30 SA. J’ai donc été hospitalisée en catastrophe puis tout est rentré dans l’ordre.

Il est donc né a 39 SA.

Comment t’étais-tu imaginé ton accouchement ?

J’avais imaginé un accouchement plutôt naturel après avoir une grossesse médicalisée. C’était un peu le défi pour moi.

Quel était ton ressenti vis-à-vis de la péridurale durant ta grossesse ?

Mon avis était plutôt subjectif : je voulais absolument vivre ce moment naturellement. Nous avions fait un projet de naissance mais en arrivant à la maternité tout a tellement été vite que nous n’avons pas eu le temps de le donner (grosse erreur). Dedans j’avais nommé cette idée du « sans péri » !

Peux-tu nous raconter pourquoi tu as eu la péridurale ?

En gros, quand je suis arrivée à la maternité, j’étais à 7 cm (je ne pensais pas .. pour un premier..). La sage femme m’a vite emmené en salle d’accouchement. Il faut dire que je souffrais à ce moment là. 30 min après j’étais à 8cm. Elle m’a dit « on pose la péridurale ». J’étais, à ce moment là, dans un état second. Ma seule idée était de me concentrer sur ma douleur et mon bébé. Je n’ai pas su dire non … À mon grand regret.

Peut être aurait elle du me proposer la péridurale différemment ? Sous forme de question ? Peut être aurait elle pu m’accompagner vers un accouchement naturel surtout à 8 cm ?

Je comprends… Te souviens tu de la manière dont on te l’a posé ?

Je me souviens parfaitement de la personne qui m’a posé la péridurale… Elle s’y est reprise à 4 fois soit à 4 endroits différents. Je sentais chaque piqûre. Mon corps réagissait : des douleurs dans le dos, les jambes et orteils qui bougeaient seuls… Et des craquements dans les vertèbres…

A la troisième fois, cette anesthésiste s’est rendue compte que l’aiguille était bouchée. Elle a donc repiqué une dernière fois, la bonne fois puisque la péridurale était enfin posée.

Et la suite de ton accouchement s’est bien passé ?

La partie gauche de mon corps (jambes, bassin …) était totalement anesthésiée alors que la partie droite je sentais tout. Ceci dit je sentais plus aucunes contraction à mon grand regret…

J’ai accouché 4 heures après la pose de la péridurale, mais je n’ai même pas senti mon bébé « sortir ».

Une étape manquante à ma vie de maman !

Enfin, ton bébé était là, avec vous. J’imagine votre bonheur ! Pourtant, peu de temps après, tu ne t’es pas sentie bien… Que ressentais-tu?

Une fois l’accouchement passé, je me suis relevée pour monter en chambre en fauteuil. Dès que j’ai relevé la tête une douleur m’a de suite irradié le devant de la tête. Je ne savais aucunement qu’à ce moment précis, ça aller être «  grave ».

Au fil des heures; la douleur s’est accentuée. Une jeune sage femme a prononcé le mot «  BRECHE » mais évidemment je ne savais pas de quoi il s’agissait. Ensuite est arrivée la paralysie des cervicales, et acouphènes à gauche, je ne pouvais plus bouger les bras ou les lever ni tourner la tête. Et je ne pouvais malheureusement plus m’occuper de mon bébé qui a été emmené en pouponnière  (un déchirement psychologique…).

Et comment t’a accompagné le personnel médical à ce moment là ?

Le lendemain mes douleurs étant intenses et insupportables, un anesthésiste m’a proposé le « blood patch » afin de colmater la brèche. Celui-ci a été fait en fin de journée. Quasiment plus de 24 heures après… La souffrance était telle que je la revis quotidiennement comme un traumatisme.

Ce blood patch a révélé son efficacité : aussi tôt fait plus de paralysie et plus de maux de tête.

Enfin tu ne souffrais plus ! T’es tu sentie soulagée de pouvoir profiter pleinement de ton bébé ?

Une fois soulagée j’ai enfin pu m’occuper de mon bébé mais à mon grand regret : le lien affectif avec lui n’était pas encore créé… Peut être que ces intenses douleurs m’avaient enlevé une partie de mon bonheur… J’ai ensuite passé 12 jours a profiter de lui du mieux que je pouvais sans me poser de questions, sans même imaginer une seule seconde que les douleurs pouvaient revenir. Ma vie de maman commençait. Comment celle-ci pourrait-être a nouveau gâchée ?

Pourtant, malheureusement, les douleurs sont réapparues… Qu’est ce qu’on t’a proposé pour les soulager ?

Lors de la réapparition des douleurs (soit acouphènes à gauche et maux de tête), l’équipe médicale trouvant cela bizarre m’avait juste proposé des anti inflammatoires quelques jours mais ça a été inefficace.

J’ai fini aux urgences avec des douleurs atroces à l’oreille gauche… Ils ont donc décidé de refaire un second blood patch soit une 6ème ponction lombaire.

Le pire moment que j’ai pu vivre. La douleur lombaire lors de l’injection fut atroce : j’en ai même fait une crise de spasmophilie et tétanie. Et ce nouveau patch n’a rien solutionné : ni mes maux de tête, ni au final les acouphènes… Ni mes douleurs dans tout le corps..

À l’heure actuelle, tu en souffres encore. J’imagine à quel point cela doit être difficile au quotidien, surtout avec un enfant en bas âge… Comment vis-tu cela au quotidien ?

Au quotidien avec un bébé c’est un vrai supplice. Il faut une capacité à se surpasser, mais des fois la douleur physique et psychologique est trop forte. Et dans ces moments là je craque… Je m’effondre de souffrance. J’ai du penser au pire plusieurs fois. Mais ma force : c’est mon fils… Je me dois d’être forte encore !

J’imagine que tu espères de tout coeur qu’un médecin puisse te soulager sur le long terme, trouve une solution pour te soigner complètement. Est ce qu’on t’a parlé de ces éventualités ?

En terme de solution médicale : personne n’a de solution. Et nous sommes à ce jour dans ma région que deux femmes a avoir des séquelles. Mais à nous deux nous menons le combat pour être entendues, reconnues dans notre souffrance mais surtout qu’on nous soigne. Nous sommes prêtes à tout, nous nous orientons de plus en plus vers les médecines douces pour soigner nos douleurs (hypnose, magnétisme..). Si médicalement il n’y a pas de solution on espère trouver la ressource dans ces médecines douces sans conséquences…

Les médecins ne veulent pas reconnaitre que c’est une erreur médical hélas c’est là le plus frustrant dans l’histoire.

Comme je comprends… Que pouvons nous te souhaiter pour la suite ?

On peut me souhaiter de réussir à soigner ces douleurs autant physiques que psychologiques mais surtout garder l’espoir « la vie est un éternel combat ! »

Souhaiterais-tu conclure avec un petit message pour les autres mamans ?

Le message que j’adresserai aux autres mamans c’est ne jamais baisser les bras face aux douleurs, à l’incertitude, mais surtout ne plus se laisser imposer une péridurale qui de nos jours parait être un remède, on est toutes capables de se surpasser pour mettre au monde nos bébés.

Emilie, je te souhaite de tout coeur que ces douleurs s’apaisent enfin. Que les médecins reconnaissent leur responsabilité. Que des solutions vous soient proposées à toutes les deux.

Plein de pensées.

Et vous ? Quel a été votre rapport à la péridurale ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Emilie ne souhaitait pas la péridurale. Elle l'a eu. Sauf que son effet a duré longtemps. Et dure encore. Les douleurs de la brèche sont toujours présentes.

  1. 3
    Workingmutti

    C’est un témoignage vraiment très touchant. Vraiment cette maman a vécu un calvaire dues à une rigidité des protocoles hospitaliers. Quid du consentement de cette maman ? J’espère vraiment qu’elle pourra trouver une solution. Peut-être dans un centre anti-douleur ? Peut-être dans un centre spécialisé à Paris ?

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Je le lui souhaite de tout coeur,
      J’espère sincèrement qu’elle pourra trouver des solutions, qu’on lui en apportera. Et rapidement…
      Merci beaucoup pour ton message,
      A bientôt,
      Charlotte.

  2. 5
    Allegretto

    Quel témoignage bouleversant ! Je ne pensais vraiment pas que des conséquences aussi douloureuses pouvaient arriver après une péridurale. Je souhaite à Emilie beaucoup de courage et de persévérance. J’imagine que l’amour pour son fils doit l’aider à surmonter cette épreuve.

    • 6
      Charline

      Bonjour.
      Serait il possible pour moi d’entrer en contact avec Émilie svp ?
      J’ai accouché il y a 4 mois, il y a aussi eu une brèche lors de la péridurale. J’ai « bénéficié » du blood patch mais depuis je ne vais pas bien du tout…
      Partager mon vécu avec quelqu’un qui comprend mon calcaire me ferait tellement de bien.
      Merci d’avance.

    • 10
      Enfance Joyeuse

      Malheureusement on est pas assez informées sur ce que peuvent, parfois, être les suite d’une péridurale.
      Merci en tous cas pour ton message de soutien,
      A bientôt;
      Charlotte.

  3. 11
    Emilie

    Bonsoir à toutes je viens de prendre connaissance de vos messages et je tiens a toutes vous remercier pour votre soutien dans ce combat contre la douleur ….
    Je souhaitai partager mon histoire car il me semble important qu’on sache et connaisse les éventuelles conséquences d’une péridurale
    Merci en tout cas
    Emilie

  4. 12
    renée

    Bonjour Emilie, je viens de tomber par hasard sur votre témoignage qui m’a énormément touchée. que ce doit être horrible! Je ne comprendrai jamais que les tors ne soient pas reconnus? personne ne peut témoigner en votre faveur? j’ai moi-même eu des problèmes à cause de la péridurale mais sans séquelle physique. j’ai été paralysée totalement parce que la piqûre a été mal posée, je n’arrivais plus à respirer, j’ai terriblement mal vécu mon accouchement et mon bébé a dû être ventilé car il n’a pas respiré tout de suite! j’ai ensuite mis du temps à me remettre psychologiquement de tout ça mais grâce à une sage-femme qui m’a épaulée et soutenue, j’en parle maintenant sans pleurer. J’espère de tout coeur que toutes vos douleurs vont disparaître pour faire parties comme moi de votre passé prochainement. Je vous apporte tout mon courage!

    • 13
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour votre message !
      En effet, j’ai également beaucoup de mal à comprendre qu’on laisse Émilie ainsi. Sans lui apporter aucune aide pour qu’elle puisse vivre sans douleur…
      Je comprends que pour vous non plus ça n’a pas été facile… Sur le moment et après.
      Vous avez l’air d’avoir réussi à faire un véritable cheminement autour de tout ce que vous avez vécu,
      C’est beau à lire.
      Encore merci pour vos mots,
      Charlotte.

    • 14
      Emilie

      Renee il faut comme tu le dis beaucoup de temps pour s en remettre autant physiquement que psychologiquement
      Je suis contente de lire que le soutien permet de se sortir de ces mauvais moments
      J espere réussir aussi avec le temps a soigner le traumatisme et les douleurs surtout

  5. 15
    Maman Chamboule Tout

    Ce n’est malheureusement pas le premier témoignage de la sorte que je lis mais la plupart du temps le blood patch semble suffire à guérir les souffrances. Je souhaite à Emilie de réussir à apaiser ses souffrances et de gagner le difficile combat administratif qu’elle est en train de mener.

    • 16
      Enfance Joyeuse

      Malheureusement, ce n’est pas le seul témoignage que j’ai lu à ce propos non plus :'(
      Merci pour tes mots,
      Je suis certain qu’ils enverront plein de force à Émilie,
      A bientôt,
      Charlotte.

  6. 17
    Dubois

    Bonjour.

    J ai accouché moi-même ce 08 septembre 2019. Une péridurale qui a été posée à 8 reprises, qui n a pas fonctionnée du tout et qui a provoquée également une brèche.

    J ai souffert pendant 10 jours suite à cette brèche, j ai pété un câble c’etait horrible et j avais des angoisses terribles ! Je criais sur mon conjoint et mon premier fils et je n arretais pas de pleurer. En plus j accouchais malheureusement de ma petite fille décédée in utero. Double peine. Bon courage à toi Emilie, vraiment ça doit être terrible. Je te soutiens.

    • 18
      Enfance Joyeuse

      Je suis sincèrement désolée de lire votre témoignage…
      Merci à vous pour vos mots de soutien à Émilie,
      Je vous envoie, à vous aussi, beaucoup de pensées et de courage <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *