Pourquoi faisons-nous des fausses couches ?

Il y a quelques temps, sur mon instagram, je vous demandais quelles étaient vos plus grandes peurs durant votre grossesse. Vous avez été plus de 70% à me répondre : “les fausses couches”. C’est un sujet que nous avons toutes en tête et pourtant… C’est peut-être celui dont on parle le moins. Car c’est tellement tabou dans notre société. Malheureusement. Et de ce silence, peut naitre le sentiment que c’est de notre faute si on a perdu ce bébé. « C’est vrai, après tout, pourquoi j’ai fait une fausse couche ? C’est forcément de ma faute ! » Alors que non. Et puis, il y a toutes ces autres questions qui nous assaillent : « Comment ça se passe une fausse couche ? Combien de temps on doit-attendre avant d’essayer à nouveau ? » Et moi, j’ai à coeur de vous en parler librement. Sujet sensible certes, mais il doit être abordé. Car vous n’êtes pas seule. Une vraie armée de guerrières. 

Les fausses couches sont fréquentes. Mais on n'en parle pas. Et c'est peut-être ce silence qui fait croitre notre sentiment de culpabilité. Mais finalement : pourquoi faisons nous des fausses couches ?

C’est quoi une fausse couche ?

On a déjà tous entendu ce mot mais pourtant, on ne sait pas toujours ce que ça signifie, concrètement. Il s’agit d’une interruption spontanée de la grossesse qui peut survenir durant les premiers mois. On parle de fausse couche précoce avant 14 semaines d’aménorrhée (soit pendant le premier trimestre) ou tardive si elle survient après.

Sachez que de nombreuses femmes vivent ou ont vécu des fausses couches dans leur parcours de maternité. Pourtant, on n’en parle pas. C’est tabou. Mais si ça vous arrive, sachez que vous n’êtes pas seule.

Comment se passe une fausse couche ?

C’est certainement la nouvelle question que vous avez sur le bout des lèvres… Mais que vous n’osez peut-être pas poser. Alors, je vais vous y répondre.

Faire une fausse couche ça se caractérise par la perte de sang. Rassurez-vous, tous les saignements qui surviennent durant la grossesse ne sont pas forcément synonymes de fausses couches. Il se peut que ce soit un symptôme de nidation, votre col qui est fragilisé ou bien vos “règles anniversaires”.

Lorsqu’on fait une fausse couche, les saignements sont de plus en plus abondants et présentent des caillots. De plus, les femmes souffrent. La douleur est présente. Certaines ne peuvent plus bouger. D’autres ressentent comme de grosses douleurs de règles. Chacune a son propre ressenti.

Programme gratuit pour vous aider dans vos essais bébé.

Généralement, la fausse couche se déroule naturellement, c’est à dire sans qu’elle ne nécessite de médicaments ou d’hospitalisation. Cependant, ça arrive parfois. Cela peut se produire si vous faites une hémorragie ou si l’échographie de contrôle suite à votre fausse couche révèle la présence d’un sac embryonnaire ou de débris de placenta. Dans ce cas là, une aspiration sous anesthésie peut être envisagée à l’hôpital. Seul votre gynécologue sera à même de vous indiquer si c’est nécessaire dans votre situation. Généralement, les femmes entrent et sortent le jour même de l’intervention. C’est une opération réalisée en ambulatoire.

Pourquoi faisons nous des fausses couches ?

Je pense que c’est LA question qu’on se pose quand on perd son bébé. Car oui, n’ayons pas peur des mots. Quand on fait une fausse couche, on ne perd pas juste “un embryon” ou “un foetus”. On perd le bébé qu’on s’était imaginé, qu’on attendait, qu’on rêvait. Et toujours, on se demande : “pourquoi ? Pourquoi moi ? Qu’est ce que j’ai fait ? Pas fait ? Est ce que c’est de ma faute ?”

Il faut savoir que dans 90% des cas, les fausses couches sont dues à des anomalies chromosomiques. Il s’agit donc d’un processus naturel d’élimination par l’organisme de la femme d’un embryon qui n’aurait pas pu vivre. Savoir cela n’enlève pas la douleur. Mais ça peut soulager le sentiment de culpabilité ressenti.

Il y a également d’autres causes qui peuvent expliquer une fausse couche. Dans de très rares cas, ça peut être du à un virus ou une infection. Cela peut aussi être causé par une malformation utérine empêchant à l’oeuf de s’implanter.

Vous savez, le corps médical considère que deux fausses couches successives sont le fruit du hasard. Ce n’est qu’à partir de trois que des examens sont réalisés car on considère que ce sont des “fausses couches successives”. C’est donc à ce moment là que vous pourrez être accompagnée afin de savoir s’il y a bel et bien une malformation. Les bilans entrepris iront aussi vérifier vos caryotypes à tous les deux et bien d’autres données.

Je trouve ça triste qu’avant ce fameux chiffre de trois, on ne considère pas les fausses couches comme “successives”. Mais c’est ainsi. Et il faut voir le positif : les couples qui en ont besoin sont, ensuite, suivis.

Combien de temps doit-on attendre avant de tomber enceinte après une fausse couche ?

Bien sur, même si ça reste un sujet que l’on tait, c’est une épreuve immense pour le couple. Bien souvent, vous aurez besoin de faire le deuil, ensemble. Ainsi, souvent, c’est pour ce côté psychologique qu’on préfère attendre avant d’essayer à nouveau.

Sachez que sur le plan physique, rien ne contraint à attendre un certain laps de temps.

Si je pouvais donner une note d’espoir dans cet article sombre ça serait de vous donner un chiffre. Je ne partagerai pas avec vous le pourcentage de femmes qui en vivent ou les risques selon l’âge. J’aurai peur d’inquiéter sans raison plutôt que de répondre à une demande de votre part. Par contre, je tiens à vous partager ce chiffre : 85. Dans 85% des cas, après une première fausse couche, la grossesse suivante se passera bien.

Ce n’est pas grand chose mais j’espère que ça pourra vous donner de l’espoir.

Devenir maman : un long chemin.

On pourrait croire, en regardant les films et les séries, que devenir maman c’est simple. Il suffit de le vouloir. Et puis, hop, ça y est. Et après 9 mois, un joli bébé joufflu nous aura rejoint. Mais, parfois (pas toujours heureusement), c’est plus complexe.

Si vous vivez cela en ce moment, sachez que vous n’êtes pas seule.

Je le répète, encore et encore, faire une fausse couche ce n’est pas rien.

Vous avez le droit d’être triste et en colère. Vous avez le droit de prendre ce temps pour vous. Que vous ayez été enceinte de quelques semaines ou de quelques mois. C’est votre histoire et elle vous appartient.

Je vous envoies milles pensées.

Ça va marcher, ça va marcher.

↑ J’espère de tout coeur que ce clip vous parlera. Les paroles de cette chanson ont résonné en moi… ↑

Si vous êtes en essais bébé, n’hésitez pas à rejoindre notre groupe privé sur Facebook. Chacune raconte son histoire, pose ses questions, demande des conseils. Car n’oubliez pas : vous n’êtes pas seule.

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Les fausses couches sont fréquentes. Mais on n'en parle pas. Et c'est peut-être ce silence qui fait croitre notre sentiment de culpabilité. Mais finalement : pourquoi faisons nous des fausses couches ?

8 Comments

Ajoutez les vôtres
    • 2
      Enfance Joyeuse

      Merci à toi pour ton message Amélie.
      Je tiens tellement à donner une place à ces histoires, même si elles sont plus courtes que ce qu’on espérait…
      Vos étoiles le méritent.
      A bientôt.

  1. 5
    Workingmutti

    Merci d’en parler sans tabou. Tu as raison de dire que la douleur est vraiment très variable. Pour ma première, c’était une douleur vraiment horrible, et pour ma 3e, rien de très méchant. Par contre, la douleur morale est très forte. Je dirais qu’il faut malheureusement se préparer à entendre des phrases blessantes du genre “oh mais c’est la nature qui a fait son boulot”, “c’est bon, t’étais même pas vraiment enceinte”.

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Merci pour ton partage d’expérience.
      Je crois aussi qu’il faut malheureusement aussi être préparé à entendre que “ce n’est rien”. Et je suis tellement triste pour tous les couples qui entendront ces phrases…
      On minimise à tort cette douleur et j’espère qu’avec cet article je pourrai sensibiliser sur cette question…
      Encore merci pour ton message,
      À bientôt ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *