Aurélia, son accouchement naturel aux États Unis. #

Bonjour à toutes ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous partager le magnifique témoignage d’Aurélia. Alors qu’elle vit aux Etats-Unis, elle se prépare à un accouchement naturel en clinique privée et espère accoucher dans l’eau. Durant toute sa grossesse elle se prépare à cet accouchement imminent. Puis, le jour J arrive. Et il s’avère que sa pression artérielle est trop élevée pour qu’elle puisse accoucher là où elle l’espérait. Elle doit être transférée à l’hôpital. Ce récit haut en couleurs est rempli de belles ondes. Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse le découvrir ↓

Aurélia nous raconte comment elle s'est préparée pour vivre un accouchement naturel aux Etats-Unis. Un magnifique témoignage !

Peux-tu te présenter chère Aurélia ?

Oui ! Je suis mariée depuis 7 ans, deux enfants de 3 ans (fille) et garçon (6 mois.) J’habite aux US depuis plus de 10 ans. 

Qu’as tu ressenti quand tu as su que tu étais enceinte pour la seconde fois ?

Surprise ! C’était ma deuxième grossesse et on avait prévu d’attendre que ma fille ait 4-5 ans.

Comment s’est déroulée ta grossesse ?

Très bien globalement. Pas de soucis de tension avant 39 semaines et 6 jours. Cette fois ci on a opté de ne pas voir un docteur “classique” (la norme aux US c’est un obstétricien) et de voir à la place une sage femme en clinique privée qui se spécialise sur les accouchements naturels (naissance dans l’eau, sans peridurale etc.) 

 Les sage femmes ont offert tous les tests et services normaux de grossesse mais étaient également très concentrées sur la nutrition et le côté holistique de la grossesse et santé en général… J’ai beaucoup apprécié l’union du suivi “typique” et du côté naturel et holistique. J’étais également toujours très éduquée et mise au courant de toutes mes options pour chaque décision au niveau de la grossesse/accouchement. J’ai beaucoup aimé ça aussi.

Tu avais donc un projet de naissance sans péridurale ?

C’est ça, sans péridurale. Je voulais aussi donner naissance dans l’eau (ils ont une baignoire fait pour ça sur place.

Je voulais aussi un professionnel très engagé sur ma santé globale et également très aimable et amicale sur un point de vue personnel. J’aime pas quand les rendez vous vont trop vites (ce qui était le cas avec ma fille chez un obstétricien).

Je voulais pouvoir prendre mon temps et poser toutes les questions que j’avais et rester informée tout au long de la grossesse.

Et du coup, aux Etats-Unis, quels cours de préparation à l’accouchement as-tu suivi ?

Un stage très approfondi sur les naissances naturelles et pouvoir aussi gérer une naissance à l’hôpital (ce qu’on appelle aux États Unis le “informed consent”), ce qui est, en gros, comment rester informée de nos options et poser les bonnes questions au personnel médical pour savoir vraiment quelles interventions lors de l’accouchement sont nécessaires ou non et pouvoir communiquer pour avoir la meilleure expérience possible, tout en gardant bébé en bonne santé. 

Et, comment s’est passé le grand jour ?

J’etait prête, après plusieurs semaines de crampes et contractions irrégulières.

Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu.

Après une découverte de tension artérielle pas bonne on m’a indiqué qu’il faudrait accoucher en hôpital. On m’avait frotté les membranes et je n’avais pas encore de contractions à ce moment là. Donc, en gros, l’indication c’était qu’on allait sûrement devoir déclencher l’accouchement (ce que je voulais vraiment éviter.)

Tu peux nous parler de cette tension artérielle du coup ?

Avec ma fille j’ai souffert de pré-éclampsie. c’est une complication de grossesse qui peut mettre en danger maman et bébé si elle est pas gérée. L’accouchement est vraiment ce qui règle généralement le problème.

Avec ma fille ma tension était très élevée. Avec mon fils vraiment moins élevée mais assez haute pour que la sage femme ne puisse plus me gérer. 

C’est pour ça qu’on m’a transféré. La sage femme n’était plus en mesure de gérer mon accouchement.

Après, on m’a expliqué ce qui se passait et la raison pour laquelle il fallait qu’on aille à l’hôpital. Nous sommes chrétiens et on a prié ensemble avant le transfert, ce qui était vraiment un moment fort avec mon mari et l’équipe médicale. 

Le transfert n’était pas en ambulance, mon mari m’a conduit en voiture. C’est pendant la conduite à l’hôpital que j’ai commencé à avoir des contractions régulières. Enfin à l’hôpital !

Et alors, qu’est ce qui s’est passé quand vous êtes arrivés à l’hôpital ?

Notre doula nous rejoint à l’hôpital. Nous sommes en salle d’examen (en gros une toute petite pièce et pas encore la vraie chambre de maternité.) Ils me font alors des tests pour savoir si je suis en pré-éclampsie sévère (tests d’urine et sanguins.)

Les contractions se rapprochent et deviennent de plus en plus intenses, mais je gère plutôt bien grâce aux techniques que j’ai apprises.

Quand les contractions deviennent très dures, je continue de bouger au plus et de respirer le mieux possible. Je fais des sons très intéressants… Mais en même temps c’est des sensations qui sont vraiment intenses et d’un côté ça devient très dur de rester pudique.

Une infirmière arrive et réalise que j’ai du progresser plus qu’elle ne le pensait. En effet j’étais à 7.5 cm! On m’a fait marcher de suite dans un couloir menant à la vraie chambre de maternité.

Je me mets sur le lit, les eaux se rompent, j’ai deux contractions, puis d’un seul coup je sens la tête de mon fils descendre, j’ai un besoin intense de pousser, je pousse 5 fois et il est là! (La scène dure 10 minutes, je n’exagère pas!)

Les médecins et infirmières couraient un peu partout c’était rigolo. L’accouchement de la première contraction à l’arrivée de baby a durée 3 heures en tout.


Quand j’ai vu mon bébé, j’ai ressenti un soulagement énorme. C’est vraiment dur à articuler. C’était incroyable. D’un seul coup la douleur est complètement partie. Que de l’amour. Du choc aussi.

Magnifique ! Et du coup, les suites de couches, comment se sont-elles passées ? Pas de problèmes particuliers liés à la tension artérielle ?

Non tout c’est très bien passé. On est revenues à la maison après 24 heures, j’étais franchement en forme. 
On ne m’a pas dit qu’il faudrait forcément que j’accouche à l’hôpital si future grossesse il y a.

En fait étrangement ma condition s’est améliorée par rapport à la naissance de ma fille, où ma tension était si haute que j’avais eu un accouchement très médicalisé. C’est dur de savoir si j’aurais le même problème ou non. C’est vraiment du cas par cas.

Aurais-tu, pour finir, un conseil à donner aux femmes enceintes ?

L’accouchement naturel est incroyable. Je sais qu’en France les péridurales se font encore beaucoup (et bien sûr ça reste un choix personnel) mais je conseille vraiment aux futures maman de considérer une naissance sans la péridurale. Et bien sûr choisissez bien votre clinique/sage femme/docteur. Il faut trouver une équipe qui va être avec vous à 100%.

Merci beaucoup Aurélia pour ce partage ! C’est chouette de découvrir ce qu’il se fait aussi dans les autres pays… notamment un accouchement naturel aux Etats Unis.

Finalement, tu as pu vivre l’accouchement naturel dont tu rêvais même s’il ne sait pas passé exactement comme tu te l’étais imaginé ! Je vous souhaite beaucoup de bonheur à vous tous !

Si vous souhaitez découvrir d’autres témoignages, je vous invite à en découvrir d’avantage en cliquant ici.

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Aurélia nous raconte comment elle s'est préparée pour vivre un accouchement naturel aux Etats-Unis. Un magnifique témoignage !

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Coucou Amélie 🙂
      J’espère que tu as pris du plaisir à découvrir tous ces témoignages que tu n’avais pas encore lus 🙂
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *