Le spasme du sanglot à la loupe !

Bonjour à tous ! Je suis très heureuse de vous retrouver en ce début de semaine pour aborder un sujet pas toujours connu : le spasme du sanglot ! Vous connaissez? Vous en avez vaguement entendu parler? Je vous explique maintenant ce phénomène et les manières de réagir si cela se produit chez vous ↓

spasme du sanglot

Qu’est ce que c’est que le spasme du sanglot?

Le spasme du sanglot survient chez l’enfant durant une crise de larmes. Ces pleurs peuvent être dus à de la colère, de la rage, de la douleur ou de la peur. Bref, une grosse émotion. Il existe deux formes de spasmes du sanglot chez les enfants. La première, la plus courante est appelée la forme « bleue ». L’enfant se met à pleurer très fort. Les sanglots se font alors plus rapides et saccadés. La reprise du souffle est donc difficile pour lui.  Au bout d’un moment, la bouche de l’enfant reste ouverte et plus aucun son n’en sort. L’enfant devient « bleu » (notamment autour de la bouche). Il peut alors tomber dans les pommes, faire une syncope. L’enfant perd connaissance, ne respire plus, reste inerte et a parfois les yeux qui se révulsent. C’est en fait un malaise vagal. Après quelques secondes, une minute au maximum, l’enfant revient à lui, reprend son souffle et reprend conscience. Parfois, l’enfant peut être pris de secousses. Le réveil survient toujours rapidement. L’autre forme, moins répandue est la forme « pâle ». Ici, l’enfant est frustré mais ne pleure pas. Sous l’émotion, il devient pâle et perd connaissance. Parfois, la distinction entre les deux formes n’est pas très nette.

Y a t’il un danger ?

Pour résumer, le spasme du sanglot n’est pas grave. Il s’agit d’un malaise dû à un élément vécu difficilement par l’enfant. Attention toutefois, si c’est la première fois que votre enfant réagit ainsi, appelez les secours. Il pourrait s’agir de convulsions. Et dans ce cas, les mesures à suivre ne sont pas identiques.

Si ses réactions sont reconnus comme étant « les spasmes du sanglot » alors il n’y a pas de craintes à avoir d’ordre médical. Les pertes de connaissance n’ont pas d’incidence sur le développement de l’enfant. En revanche, tout se joue au niveau éducatif. Généralement ces crises apparaissent dans la fameuse période d’opposition. Elles peuvent arriver quand l’enfant est plus jeune mais ne surviennent plus après ses 6 ans. Du coup, le seul « danger » se trouve d’un point de vue éducatif. Vous pourriez vous mettre à ne rien refuser à l’enfant de peur qu’il ne fasse une crise de pleurs. Cela donnerait à l’enfant un très grand pouvoir sur vous mais aussi une tendance à faire des spasmes du sanglot pour obtenir satisfaction. Sachant qu’il n’y a pas de danger médical, il est donc important d’accompagner l’enfant dans ses moments de frustration tout en ne cédant pas de peur qu’il ne fasse une crise. Cela n’est pas évident, je comprends. C’est pourtant primordial à mon sens.

Comment réagir si cela se produit?

Si vous voyez que votre enfant commence à entrer dans une crise de pleurs, rassurez le. Parlez lui calmement. Ne vous affolez pas. Restez calme. N’hésitez pas à prendre votre enfant dans vos bras ou bien à lui tamponner le front avec une serviette humide. Bref, essayez de l’apaiser afin que la crise de pleurs cesse et ne se finisse pas en spasme du sanglot. Son doudou pourrait vous être utile 😉 Ne vous inquiétez pas, en accompagnant ainsi votre enfant à chaque « début de crise de pleurs », en ne vous affolant pas plus que de raisons, les spasmes du sanglot devraient disparaitre rapidement.

Si votre enfant ne se calme pas et qu’il commence à faire un spasme du sanglot, restez près de lui. Si c’est la première fois que vous assistez à ce genre de scène, appelez toujours les secours afin qu’ils confirment le diagnostic. De même, si vous connaissez ces spasmes mais qu’ils vous inquiètent, appeler votre médecin à la fin de la crise pour être rassuré(e). Lorsque votre enfant perd connaissance, installez le confortablement au sol. Eloignez les objets qui pourraient le blesser. Restez près de lui. A son réveil, votre enfant sera certainement chamboulé. Faites lui un câlin. Je vous déconseille de le punir. Cela n’aurait pas de sens pour lui. Et je le répète, ne lui donnez pas ce pour quoi il pleurait. En agissant ainsi, votre enfant intégrerait le fait que de faire des crises de pleurs lui permettront d’obtenir satisfaction. Il en ferait alors de nouveau. Ce serait un cercle non-vertueux qui s’instaurerait..

Comment travailler sur cette question en amont?

Je vous conseille de travailler sur les émotions de votre enfant avec lui. Pour se faire, n’attendez pas qu’une crise se produise. C’est très frustrant pour les enfants de ressentir tout un tas d’émotions et de ne pas savoir les mettre en mots ou bien de réussir à vous les exprimer clairement. Vous pouvez l’aider à mettre des mots dessus. Les livres pour enfants sont de supers outils pour cela.

Je vous conseille également de poser des limites à votre enfant. Ils sont confrontés, par définition, à de nombreuses frustrations dans leur vie d’enfant. Je ne vous conseille donc pas de mettre trop de règles. En revanche, certains interdits  doivent être posés avec votre enfant. Cela les sécurise !!! Un enfant a besoin de limites pour grandir. C’est justement ce qui se joue en cas de spasme du sanglot. En réagissant fortement, votre enfant cherche à obtenir satisfaction. Même si c’est impressionnant, restez sur vos convictions éducatives. La frustration, la non obtention de ce que l’on désire, toujours et tout le temps, est un apprentissage.

J’espère que cet article vous aura permis d’en apprendre d’avantage sur ce phénomène. Et vous? Le vivez vous chez vous? Comment réagissez vous? Dites moi tout en commentaires 😉

enfance joyeuse

spasme du sanglot

 

 

10 Commentaires

Ajoutez les vôtres
    • 2
      Enfance Joyeuse

      Oui c’est pas évident comme situation à gérer !
      J’espère t’avoir donné quelques clés si jamais ça se reproduit 😉
      Bonne journée et merci de ton commentaire 😉

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Je ne connaissais pas cette méthode ! Merci de m’en avoir parlé 😉
      C’est toujours tellement impressionnant que c’est utile d’avoir plusieurs manières d’agir 😉
      Merci pour ton commentaire et à bientôt !

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Et oui c’est souvent méconnu et c’est toujours mieux de connaitre je pense 😉
      Ravie d’avoir pu t’informer 🙂
      Bonne journée et merci pour ton commentaire 😉

  1. 7
    Ingrid

    Mon fils fait des spasmes du sanglot depuis qu’il a 6 mois….il va bientôt avoir 2 ans et les spasmes sont de plus en plus impressionnant….c’est difficile a géré pour une mère….mais tout se joue dans la position des parents. Parfois être ferme sans crier peut éviter le spasmes tout en évitant la crise …

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Merci pour votre partage d’expérience,
      Je suis entièrement d’accord avec vous, tout se joue dans la position des parents mais c’est vrai que ce n’est vraiment pas facile à gérer. Ça reste, comme vous le dites, très impressionnant.
      En tous cas, vous avez l’air d’avoir trouvé une solution qui vous correspond : être ferme sans crier. Je trouve ça super !
      Je vous souhaite une belle continuation,
      A bientôt,
      Charlotte.

  2. 9
    deriviere

    Bonjour, ma petite fille de 18 mois fait des crises semblables, mais pas lors de colère. c’est surtout quand elle a eu mal, après une chute par exemple et qu’elle a cogné sa tête ! dernièrement elle l’a même fait quand je la coiffé et que j’ai « tiré » un peu fort ses cheveux, je pense ! c’es très dur à gérer car là c’est, je pense une vive émotion qu’elle ressent, suite à une douleur… j’ai encore beaucoup de mal à gérer on a est à une crise par mois depuis 5 mois ! et j’ai l’impression que le phénomène s’amplifie… comment l’aider à faire face à ses émotions ? est ce les notres qu’elle ressent ?
    dur dur à gérer même si on sait que ce n’est censé pas être grave, elle perd connaissance et tombe dans nos bras, rien ni fait, on souffle, gant mouillé, on la stimule sous les cotes ! il me faut la mettre la tête en bas pour qu’elle reprenne son souffle après d’interminables secondes !

    • 10
      Enfance Joyeuse

      Je comprends tout à fait que cela soit impressionnant pour vous. On dit souvent que les enfants sont des éponges émotionnelles. Ainsi, je pense que votre fille ressent votre inquiétude dès lors qu’elle tombe dans les pommes. Elle peut, en effet, être très sensible à la douleur. Pour écarter tous risques, je vous conseille de consulter votre pédiatre. Il pourrait y avoir une autre explication que le spasme du sanglot. Car en effet, les enfants réagissent ainsi souvent suite à une frustration ou une colère importante.
      Dans tous les cas, vous pouvez l’aider à appréhender ses émotions en lui lisant beaucoup de livres sur les émotions et en les lui laissant à disposition. Je pense à « aujourd’hui je suis » par exemple. S’il s’agit de colères, on peut aider les enfants avec un coussin de la colère ou bien des livres plus précis tels que « grosse colère ». Les cartes des émotions peuvent aussi être vos alliées. Et la verbalisation, encore et toujours.
      Je comprends que ça soit vraiment pas facile pour vous et que ça vous inquiète. Je vous conseille donc de consulter pour éliminer tout autre éventuel diagnostic.
      Et s’il s’agit effectivement du spasme du sanglot, je ne peux que vous conseiller de continuer à faire ce que vous faites car vous agissez comme il faut. Et de rester le plus calme possible (même si je sais que c’est dur) ainsi que de lui poser des mots en lui expliquant comment elle peut vous indiquer sa frustration autrement.
      Courage <3
      J'espère vous avoir aidé,
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *