Les soins du bébé à l’accouchement, vraiment nécessaires ?

Bonjour à tous ! Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler d’un sujet qui me tient à coeur. Je regardais Baby boom en replay et j’ai été assez étonnée de voir à quel point, parfois, les soins réalisés sur les bébés pouvaient être faits rapidement. Observer leurs yeux jaunis par les collyres tout juste quelques heures après leur naissance m’a amené à me questionner sur la question des soins du bébé à l’accouchement. Alors, qu’en est-il ? Réellement indispensables ? ↓

Les soins du bébé à l'accouchement, vraiment nécessaires ?

Des rituels bien ancrés.

Finalement, en me penchant sur la question, j’ai compris tous ces soins que l’on prodigue au bébé à l’accouchement servent à faire un « check-up » complet. Généralement, c’est assez rapide. On ne l’emmène pas trop loin de sa maman. Souvent, les deux parents peuvent y assister. Ou le papa tout du moins.

Pourtant, j’ai comme l’impression que ces gestes sont routiniers… On ne les questionne presque plus. On ne se demande pas si c’est vraiment nécessaire de faire tel acte avec tel bébé. En a t’il vraiment besoin ? Et surtout, pourquoi se « précipiter » dans certains cas ? Pourquoi y a t’il autant de soins ?

Généralement, il est conseillé de laisser une heure (au minimum) d’intimité pour la famille. Le bébé rencontre alors sa maman. Ils peuvent faire du peau à peau, prendre la première tétée, se dévorer du regard… Bref, c’est la fameuse « golden hour ». Ces premiers instants sont importants pour le lien mère – enfant et pour la mise en place de l’allaitement si la maman souhaite allaiter.

Je sais que ce n’est parfois pas réalisable car la jeune maman a un problème quelconque ou qu’elle a vécu une césarienne par exemple. Mais dans toutes les autres situations, pourquoi précipiter ces soins ?

Et finalement, quels sont ces soins ? À quoi servent-ils ? Faut-il les questionner ? S’y opposer ?

Le clampage du cordon, le premier soin du bébé à l’accouchement.

Quand un bébé sort du ventre de sa mère, on lui coupe son cordon très rapidement. Il devient inutile et gênant dans les mouvements. Bref, on le sectionne. Souvent, on laisse au papa le choix de décider s’il souhaite le faire ou non.

Pourtant, au fil de mes lectures, j’ai compris que si le bébé va bien (je partirai toujours ici du postulat que l’accouchement se passe bien, que le bébé va bien), il est recommandé d’attendre que le cordon ait cessé de battre pour le couper. Pourquoi ? Car à la naissance, une partie de l’oxygénation du bébé est assuré par le placenta… Qui est relié au bébé par le cordon comme pendant la grossesse ! Petit à petit, les poumons prennent la relève et le cordon cesse de battre. Ce procédé peut prendre 10/15 minutes.

De cette manière, il a été observé que couper le cordon trop tôt pouvait enlever une source d’oxygénation supplémentaire (et importante) au bébé. En attendant pour le clamper, on laisse au bébé plus de temps pour que ses poumons soient pleinement fonctionnels.

De plus, les autres arguments en faveur de l’attente pour le clampage sont nombreux. On parle notamment du fait que le placenta est riche en sang et donc en globules rouges ce qui permet de limiter le risque de déficit d’anémie par exemple.

Pour autant, il y a des pour et des contre. Dans certains cas, le clampage tardif serait nocif pour le bébé. Il y a toujours des exceptions. Mais pour le coup, je pense qu’il peut être intéressant d’en parler à sa sage-femme ou à son gynécologue pour avoir son avis à ce sujet. Parfois, il est possible de le noter dans son projet de naissance. Si le jour J, tout va bien alors il n’y a pas de raison de se précipiter pour le couper.

L’aspiration des voies oro-pharyngiennes.

Tout d’abord, commençons par le commencement. Ce terme un peu barbare signifie simplement l’aspiration qui est réalisée pour dégager les bronches de votre bébé qui peuvent être remplies de sécrétion et de liquide amniotique. De cette manière, on va venir aspirer ses voies respiratoires pour l’aider à respirer. Certains bébés, à la naissance ont du mal à prendre de grandes inspirations. Parfois, ils ont comme une quinte de toux et on entend les sécrétions dans leurs voies respiratoires. L’aspiration est faite pour les aider.

Dans certains cas, cette aspiration est primordiale notamment quand le bébé a ingéré du méconium. Pour autant, ça ne devrait pas être réalisé en systématique. Si le bébé va bien, qu’il respire bien tout seul, pourquoi venir lui mettre cette petite sonde ?

Je ne crois pas que cette pratique soit réalisée obligatoirement mais elle reste très fréquente. Là aussi, ça me questionne.

Le test d’APGAR et des réflexes du bébé.

Quand on vient vous voir après votre accouchement et qu’on vous indique qu’on va procéder aux premiers soins de votre bébé, généralement, ce sont les tests d’APGAR et des réflexes du nouveau-né qui sont réalisés.

Mais, qu’est ce que c’est ? Le test d’APGAR vise à évaluer l’état général de votre bébé. Il calcule différents paramètres dont la coloration de votre bébé, sa fréquence cardiaque, sa mobilité… Bref, il est complet !

Les tests des réflexes sont assez nombreux eux-aussi. Je vous en avais parlé dans un précédent article. Vous savez, c’est quand le professionnel fait faire les petits pas à votre bébé en le tenant à la verticale.

Finalement, ces tests là sont importants. Ils permettent de donner une appréciation générale de votre bébé. Il n’y a pas de contre-indications particulières à les réaliser. Cependant, je pense qu’il est important, là encore, d’attendre cette fameuse « golden hour » avant de les réaliser. De plus, il a été prouvé que les résultats du test d’Apgar sont plus concluants quand le bébé a déjà quelques heures de vie plutôt que directement à la naissance.

Soins du bébé à l’accouchement : qu’en est il des collyres ?

Enfin ! On y arrive ! Je vous en parlais dans l’introduction ! En regardant cette fameuse émission, j’ai été impressionnée d’observer que tous les nouveaux-nés avaient reçu des collyres antibiotiques dans les yeux. Ces collyres ont pour but d’éviter de graves infections oculaires. Mais… S’il n’y a pas de risques connus d’infection des yeux, est-ce vraiment nécessaire ?

Je n’ai trouvé que peu d’infos à ce sujet, donc si vous avez des éléments à m’apporter pour compléter cet article, n’hésitez pas !

Comme toujours, il n’est pas question de dire « ça c’est bien », « ça ce n’est pas bien », mais plutôt de questionner ce qu’on a toujours fait pour évoluer.

Nettoyer le bébé.

Tout d’abord, essayons de comprendre pourquoi on nettoie le bébé à la naissance. Ça parait assez évident… Car il est « sale » et qu’il risque d’attraper froid. Donc on le nettoie. On l’habille. Pourtant, le bébé porte l’odeur de sa maman… Et l’odeur joue un rôle très important dans la création du lien d’attachement. Le bébé est connecté à l’odeur de sa mère et inversement. Quand on l’essuie très rapidement, dès la naissance, je pense qu’on peut altérer ce début de relation.

De plus, le bébé nait recouvert d’une substance blanche appelée vernix. C’est comme une protection naturelle qui le protège des infections. Ainsi, lui laisser son vernix quelques heures, voir quelques jours, semble plus indiqué.

Bien sur, n’oublions pas les exceptions ! Un bébé qui nait recouvert de sang et/ou de méconium va forcément être nettoyé plus rapidement.

Dans tous les cas, la question qui reste au creux de mes lèvres est : pourquoi si vite ? Pouvons nous attendre un peu ?

Les soins du bébé à l’accouchement : la pesée !

Cette donnée là, on l’attend souvent avec impatience ! Il nous tarde de prévenir notre famille, nos amis… « Bébé est né, il pèse X kilos ». C’est donc une habitude très ancrée, elle aussi. Mais finalement, là encore : pouvons nous attendre un peu ? Bébé va t’il prendre des kilos entre sa naissance et trois heures après ?

Pour conclure, avec cet article je ne veux pas critiquer ou juger ce qui est fait à l’heure actuelle dans nos hôpitaux. Je souhaite seulement relever des habitudes ancrées. Les questionner. Je pense que beaucoup de choses sont faites « car c’est comme ça ». Et qu’il est de notre droit le plus strict de ne pas vouloir certains actes pour notre bébé. Les soins du bébé à l’accouchement ne sont pas toujours obligatoires ou même urgents. Et je trouvais important de le mettre en perspective.

Et vous ? Avez vous refusé certains soins sur votre bébé lors de votre accouchement ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Le clampage du cordon, le nettoyage du bébé, les collyres dans les yeux : tous ces soins réalisés sur le bébé lors de l'accouchement sont ils indispensables ?

  1. 1
    Workingmutti

    Effectivement, cette histoire de collyre à l’accouchement me laisse un peu perplexe. Je n’ai jamais compris vraiment pourquoi .. Bon sauf pour Samuel qui est né dans son liquide méconial où là je pense que ça peut avoir un intérêt

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Oui je pense aussi qu’il y a des situations où les collyres sont vraiment recommandés mais c’est le côté systématique, qui comme toi, me dérange…
      Merci beaucoup pour ton message !
      A bientôt,
      Charlotte.

  2. 3
    Julia - Et maman tu deviendras.com

    Des pratiques ancrées qui ne sont pas toujours nécessaires.
    Il faut selon moi rééquilibrer les choses, en s’inspirant des nouvelles études sur les besoins du nouveau-né à la naissance. Se libérer des automatismes… Le chemin est long, mais déjà en marche. Il faut se poser des nouvelles questions 😉 Ton article en est la preuve 🙂

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ton message Julia !
      Je suis entièrement d’accord avec toi : il faut se questionner sans cesse, aux lumières des travaux récents.
      Et c’est déjà en pleine évolution dans certains endroits !
      C’est d’ailleurs beau à lire tous ces témoignages !
      A bientôt !

  3. 5
    Nanakie

    Je n’ai jamais entendu parler de cette histoire de collyre … je te dirai bien que ma fille n’en n’a pas eu, mais suis-je au courant de tout ?

    Sinon elle a été posée sur moi, le cordon fut clampé et coupé de sitôt, puis elle a été emmenée pour être aspirée car il s’avérait qu’elle graillonnait pas mal … ça m’a satisfait qu’ils attendent quelques minutes d’observation avant de prendre cette décision.
    Quand elle est revenue (de nouveau pas plus de 5 minutes) je l’ai eue quelques temps en peau à peau, nues toutes les 2. Les soins ont peut être été réalisé qu’une heure plus tard, je ne sais plus.
    En tout cas, le contact a été plus ou moins favorisé, les tests et la pesée n’étaient pas prioritaires. Et ceci dans un CHU donc niveau 3, pourtant réputé « usine à bébé » où l’on se soucierait peu des patients … une réputation que j’essaie de démentir à mon petit niveau !

    • 6
      Nanakie

      c’est ptet pas clair mon histoire : elle n’a été absente que 5 minutes pour l’aspiration, puis est restée sur moi durant près d’une heure. Ce sont des temps approximatif car dans ce moment là, on ne se rend pas bien compte !

    • 7
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ce partage.
      Tout comme toi, je ne pense pas forcément qu’il y ait de corrélations entre gros CHU et le côté « les patients ne sont que des numéros ». Ça dépend avant tout de la politique du lieu ET surtout des professionnels qui y travaillent ! Il se peut très bien que tout y soit pensé pour assurer la sécurité et la santé (car c’est ce qu’on attend d’un tel établissement) mais que cela soit adapté à chaque patient, à chaque situation.
      En tous cas, je suis ravie de lire qu’ils ont observé ta fille avant de faire une aspiration et qu’ils vous aient laissé ce temps rien qu’à deux.
      Merci pour ton message !
      A bientôt !
      PS / les collyres font les yeux jaunes, tu l’aurais vu je pense 😉

  4. 8
    Maëliss Layeux

    Naissances à domicile pour moi. Donc, le moins d’interventions possible!

    Parmi les mamans que j’accompagne comme doula, ce sont souvent des questions que j’invite les parents à poser (et bien d’autres)! Afin qu’il sachent, à l’avance, quels sont les protocoles de l’endroit où ils vont naître… et qu’ils puissent discuter, s’informer, choisir!

    Pour moi, il n’y avait donc rien, a part la vitamine K. 🙂

    • 9
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ce précieux partage.
      Je pense aussi que c’est important d’en parler aux parents durant la grossesse. Ça peut leur permettre de se poser la question en amont et de faire le point avec le lieu de naissance qu’ils ont choisi le cas échéant.
      Parfois, certaines choses sont « négociables » et peuvent être notées sur le projet de naissance. 🙂
      A bientôt,
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *