Sereine à mon accouchement.

Bonjour à tous ! Pour le portrait de la semaine, c’est Lydie qui se confie à vous. Elle vous raconte son vécu d’accouchement. Loin d’être stressée à l’idée de mettre son enfant au monde, elle n’a qu’une hâte : le serrer dans ses bras. Sans vous en dévoiler plus, je vous laisse découvrir le récit de cette maman sereine. ↓

sereine accouchement

  • Sereine avant de partir à la maternité.

A l’heure où j’écris, ça va faire un an que j’ai vécu le plus beau moment de ma vie : mon accouchement.

Le 11 octobre, à 2h du matin,  je ne m’attendais pas à accoucher car Eden était prévu pour le 18 octobre. Je suis descendue faire pipi. J’ai eu une mini douleur mais rien qui ne m’alarme. Je remonte et me rendors quelques minutes pour qu’à 2h16 je redescende faire pipi. Bizarre. Une autre petite douleur. Rien de bien méchant.
En montant les escaliers, une idée me traverse l’esprit : « Et si j’allais me doucher ? »
C’était hors de question d’aller à l’hôpital sans avoir pris une douche.

Apres ma douche ou je n’ai eu que 2-3 petites douleurs, je vais réveiller mon homme. Pour moi, je pense qu’il faut aller à l’hôpital. Je suis sereine mais quelque chose se passe. Quoi ? Ca, je ne le sais pas. J’ai juste eu quelques mini douleurs alors que durant la grossesse, je n’en n’ai jamais eue. Alors, c’est vrai qu’actuellement je n’en n’ai pas beaucoup mais comme je n’en ai jamais jamais eu lors de ma grossesse, je préfère demander à des professionnels.

Donc, j’appelle la maternité qui me dit d’y aller, de venir. (Impossible de leur dire si j’ai des contractions car lors de la grossesse, je n’en n’ai jamais eue. Elle me demande si mon ventre est dur… Il l’a toujours était…)

Je monte prévenir mon homme. Au même moment, je me mets à 4 pattes sur le lit à cause d’une douleur énorme. Là, c’est sur, il faut y aller.  Mon homme va vite se laver et on part.
Je ne me souviens pas m’être dit : « ça y est, j’accouche ». Je suis de nature stressée mais là, rien.

Étais-je déjà prête dans ma tête ?

  • Rester sereine à l’arrivée à la maternité.

    On met le sac dans la voiture et des sacs poubelles sur le siège au cas où la poche des eaux se percerait. On y va.

    J’ai mal… C’est très fort. Je ne m’attendais pas à ça. Pas tout de suite… On m’avait dis : « ça vient petit à petit » … Mouais… A part quelques minies douleurs durant peu de temps, c’est arrivé fort directement.

    03h00 du mat plus ou moins : nous sommes à la maternité. J’explique ce que je ressens. Les douleurs sont de plus en plus présentes, de plus en plus fortes. Monitoring et examen. La sage-femme me dit : « on vous garde, ça commence ».

Je commence donc à accoucher. Ca y est. Eden va arriver !!

Aucune peur. Aucune crainte. Rien. Je reste zen. (Et, je m’étonnes moi-même).

Je demande à la sage-femme le ballon pour me soulager. Je mets mon CD de chansons de films que j’ai écouté tout au long de ma grossesse. Mais rien n’y fait. Rien… Contractions sur contractions… Elles sont longues. J’ai 2 minutes de contractions, 5 secondes de répit. 2 minutes de contractions, 5 secondes de répit… Et ainsi de suite. Pour ainsi dire, je n’ai que de longues contractions et quasiment pas de moment pour me reposer. Ca fait mal, vraiment très mal.

  • Des douleurs si vives mais un bébé si proche…

    A 2 doigts de tourner de l’oeil tellement j’ai mal et que je suis fatiguée (je n’ai dormi qu’une heure et demie), je demande de l’eau. Je n’en peux plus. Et je demande, au final, la péridurale… Moi qui ne la voulais pas. « Je pense que je veux la péri  » lui dis-je. Je regrette ces mots à la seconde même mais je me dis que si je continue des heures comme ça, sans répit, je vais vraiment tomber dans les pommes.

    On me regarde en bas et là … « On sent Eden à ça (en me montrant avec son doigt). Eden arrive, je vous perce la poche des eaux et il sera là »… Donc pas le temps pour la péridurale .. HOURRA !!! J’aurais accouché comme je le voulais. Je lui ai même dis : « Génial » !

Plusieurs fois lors de la poussée, je lui dis que je n’y arrive pas. Je n’ai pas de souffle à cause de la fatigue et bizarrement, mes contractions sont courtes maintenant… Je fais toujours tout à l’envers ! La sage-femme s’est mise à rire quand je lui ai dis ça.

Mon homme m’encourage : « Mais si tu y arrives » ! Et il me fait de l’air car j’ai très chaud. Il me sert la main tout le long de mon accouchement. « On va avoir Eden Mon Amour ». Voilà ce que je me dis dans ma tête.

Même si j’ai mal, c’est merveilleux.

Je sens Eden.

Oui, je le sens passer… Et remonter… J’adore. Mon bébé arrive, je le mets au monde.

  • Sereine. Épanouie. Comblée. Maman pour de bon.

06h12 : Après quelques gros efforts de pousse, Eden arrive dans mes bras ! Je ressens déjà tout l’amour. « Mon bébé, mon bébé, mon bébé… » : voilà ce que je dis sans arrêt, la voix presque coupée. Jeremy, mon chéri, a les yeux qui pétillent. Ca me touche tellement.

Environ une heure plus tard,  (je vous avoue ne pas avoir regardé une seule fois l’heure), on me prend Eden pour le peser, le mesurer… Le gynécologue s’occupe de mon placenta. La sage-femme me demande alors si elle donne Eden au papa. Bien sûr que oui. J’ai qu’une hâte : voir mon bébé dans les bras de son papa.

Et la… pleurs… LE PLUS BEAU MOMENT DE TOUTE MA VIE.

Je me sentais heureuse et deux fois plus amoureuse de voir mon fils dans les bras de l’homme de ma vie.

Je me sens deja si heureuse, si comblée et remplie d’amour.

Me voilà Maman.

Que notre vie à trois commence !

Et vous ? Etiez-vous aussi sereine à l’arrivée de votre enfant ? Ou bien plus angoissée ? Venez partager cela avec moi dans les commentaires 🙂 

enfance joyeuse blog parents futurs parents

Portrait de maman : Lydie, sereine lors de son accouchement. #accouchement #grossesse #enceinte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *