Savoir « débusquer » un jeu Montessori.

Bonjour à tous ! Comment allez vous ? Aujourd’hui je vous retrouve pour un nouveau billet concernant la pédagogie Montessori. Quand on s’y intéresse un peu, on réalise que pratiquer cette forme d’éducation c’est faire des choix en terme de jeux. Je voulais donc vous parler de ce qu’est concrètement un jeu Montessori. De cette manière, vous pourrez être plus à même de faire vos achats en fonction. Prêts ? Let’s go ↓

Choisir un jeu Montessori

Penser « Montessori Friendly » sans dépenser des sommes astronomiques !

Je ne pouvais pas commencer cet article sans débuter par ce point. Quand je parle de savoir choisir un jeu Montessori, je ne parle pas de foncer sur un site qui revend du matériel Montessori.

Pourquoi ? Car il y a de tout ! J’ai déjà trouvé des sites qui vendaient du « Montessori » en proposant du matériel pas du tout en accord avec les concepts de Maria Montessori. Marketing bonjour !

Et ensuite parce qu’il y a pleins de jouets que vous pouvez trouver dans un commerce « lambda » qui ne seront pas estampillés Montessori mais qui « répondront aux critères ».

Et enfin, parce que je suis lassée de voir les étiquettes « Montessori » et « cher » collées ensemble. OUI, ON PEUT PROPOSER DU MATÉRIEL MONTESSORI À SON ENFANT À MOINDRE COÛT.

Alors attention, certaines boutiques Montessori vendent des produits de haute qualité qui valent entièrement le prix proposé. Mais d’autres, pas vraiment.

C’est pourquoi je vous propose des pistes pour que vous puissiez débusquer vous-mêmes des jeux Montessori friendly (comme on dit dans le jargon!). En gros, pas forcément des jeux estampillés « Montessori » mais qui feront très bien l’affaire ! 😉

Je pense notamment à ce jeux de cartes. (Il est également tout a fait réalisable fait main ;)) Il n’est pas excessif, pas estampillé Montessori… Et pourtant ! Il peut devenir un jeu pour accompagner votre enfant dans ses premiers mots. Ainsi, avec ces cartes, vous pouvez demander à votre enfant de parler. Jeu ludique et éducatif ! Plus tard, vous pouvez utiliser des animaux en plastique pour lui demander de faire des paires entre la photo et l’animal. Autant d’activités Montessori… Avec du matériel non estampillé Montessori… À moindre coût… Et réutilisable de multiples manières !

Choisir des matières nobles.

Je pense que c’est LA règle d’or quand on choisit du matériel Montessori. Par matières nobles on entend du bois, de l’osier, du tissu, etc. En gros, on limite un maximum le recours au plastique et aux jouets électroniques.

Pourquoi ? Car les enfants explorent avec leurs sens. Ainsi, les matières nobles ont des intérêts divers. Par exemple, le bois est agréable à toucher, relativement sécure à mettre en bouche et à des propriétés techniques qui lui sont propres. Je pense à sa couleur, son poids, son toucher… Et le plastique lui, n’aura pas toutes ses caractéristiques.

Alors certes ces produits nobles sont souvent plus chers à l’achat mais ils peuvent durer plus longtemps. De plus, n’hésitez pas à les dénicher d’occasion dans les brocantes ou les vides greniers par exemple. Et puis certains de vos ustensiles ménagers peuvent aussi être sources d’expérimentations.

En effet, les matières nobles sont issues du « vrai », de la réalité. Et Maria Montessori expliquait à quel point les enfants ont envie et besoin de faire comme nous adultes. Ils ont besoin d’être considérés et qu’on leur fasse confiance en leur donnant de « vrais matériaux ». De cette manière, on pourra par exemple mettre en place des activités de transvasement avec des pichets en verre. L’enfant a tant à apprendre en manipulant des objets fragiles.

Formation Montessori bébé

Un jeu = 1 but

Je pense qu’il s’agit là de la seconde règle d’or quand on choisit un jeu Montessori. Vous pouvez donc bannir tous les jeux électroniques qui sur-stimulent les enfants.

Dans la pédagogie Montessori, un jeu a un but. Pas plus. Pas moins. Cela permet à l’enfant de pouvoir se concentrer. On limite les stimulations et on lui permet de développer son pouvoir de concentration.

Ainsi, l’enfant peut « lire » l’intérêt du jeu et s’y exercer autant de fois qu’il en a envie. Si de nombreuses possibilités existent sur un même jeu, l’enfant peut vite s’y perdre. Bien souvent, ces jeux là sont pensés pour nous adultes. Je pense notamment au fameux petit train qui fait à la fois office de siège, de jeu d’encastrement et d’apprentissage des lettres… Bref, l’enfant ne peut pas s’exercer à une activité sans être interrompu par une nouvelle sollicitation !

Et tout ce qui réside dans l’invisible…

Au delà du jeu en lui-même, ce qui est important c’est la manière dont vous allez proposer le travail à votre enfant.

Oui, oui, j’ai bien dit le mot « travail » ! Car dans cette pédagogie, on parle plus souvent de « travail de l’enfant » que de « jeu de l’enfant ». Pourquoi ? Car on considère l’enfant et son activité. On leur donne une reconnaissance avec nos yeux d’adultes. Ainsi, oui, l’enfant travaille quand il fait ses expérimentations. On légitime ses actions.

Chaque chose à sa place.

Maria Montessori conseillait de présenter le matériel à l’enfant sur des plateaux ou dans des paniers. Ainsi, l’enfant voit d’un seul coup d’oeil l’activité, le travail qu’il choisit.

Elle préconisait également que chaque chose ait une place de manière à ce que l’enfant sache où se rendre pour trouver son jouet mais aussi où le reposer. Cela répond notamment à sa période sensible de l’ordre qui est très présente dans ses premières années de vie.

La liberté de choix.

Proposer un jeu Montessori à son enfant c’est tout d’abord lui offrir la possibilité de choisir son jeu. On va lui offrir le choix entre plusieurs jeux que l’on disposera de manière accessible en fonction de ce que l’on observe des besoins de son enfant. Ensuite, il sera libre de s’en saisir seul.

Cette notion est fondamentale. Chaque enfant a son propre guide, son propre rythme. Ainsi, on ne propose pas tel jeu car l’enfant à tel âge. On le propose plutôt parce qu’on observe que notre enfant est dans telle période où il a une sensibilité particulière pour tel aspect de son environnement.

Une place pour la répétition.

Autre point fondamental quand on propose un jeu à son enfant c’est de pouvoir lui laisser l’opportunité de répéter son action autant de fois qu’il le souhaite. Il ne fait pas « mille fois la même chose », il consolide un acquis, il expérimente.

Un jeu Montessori en bref.

Vous l’aurez donc compris, il s’agit parfois plus « d’objets à jouer » que de « jeux » à proprement parlé.

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir tel ou tel objet pour faire « du Montessori ». Il suffit de savoir choisir du matériel qui sera adapté à la philosophie d’ensemble.

Mais surtout, il est important de comprendre que c’est plus la manière de proposer ce jeu qui sera important. On peut acheter tous les jeux estampillés Montessori et pour autant ne pas faire du Montessori avec son enfant.

Je tenais à préciser cela. La pédagogie Montessori est une philosophie de vie et d’éducation. Cela va au delà de l’effet « tendance ».

Si vous souhaitez en apprendre d’avantage sur cet univers éducatif, je vous invite à regarder mes vidéos « la pédagogie Montessori pour les 0-3 ans ». J’aborde des concepts qui vous permettront de mettre cette pédagogie concrètement en place chez vous, avec votre enfant.

Et chez vous ? Pour quels jeux optez vous ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Savoir reconnaître et choisir un jeu montessori.

8 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Chutmamanlit

    Mes critères de choix de jeu sont presque les mêmes, à une très grosse différence :
    – Choisir des matières nobles, oui, grand oui !
    – Chaque chose à sa place : on ne peut plus d’accord ;
    – La liberté de choix, évidemment ;
    mais là où je ne suis pas à fond pour Maria Montessori, c’est pour la règle « Un jeu = 1 but ». Au contraire, j’aime les jeux qui n’ont aucun but (à ne pas confondre avec ceux qui en ont 10), les jeux qui peuvent être détournés, selon l’imagination et l’envie de l’enfant. Bref, je suis une fana du jeu libre !

    Et je crois que c’est une des choses qui me choquent le plus dans la pédagogie Maria Montessori (mais peut-être n’ai-je pas assez bien lu son travail pour comprendre ?) : cette tendance à empêcher l’enfant d’utiliser le matériel à « mauvais escient », en tout cas chez les puristes. Je me souviens par exemple, dans le film Le maître est l’enfant, où le maître redirige un enfant qui jouait avec les figurines destinées à l’apprentissage du son sur une autre activité. Il n’y avait certes aucune violence ni aucun reproche dans son geste mais ça m’a tout de même dérangée… Là ou MM considère que tout est travail, je considère que toute activité motivée par l’enfant est intéressante pour lui, même si c’est via un usage différent de celui auquel on avait pensé.

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Je suis entièrement d’accord avec toi !
      La règle du 1 jeu = 1 but est plus pensée dans le sens où 1 jeu ne doit pas servir à 20 000 buts. En revanche, les jeux sans but, les « objets à jouer » sont tout aussi importants à mes yeux pour toutes les raisons que tu as cité !
      Concernant le fait de ne pas autoriser « un mauvais comportement » avec le matériel pédagogique, je t’avoues que c’était également un des points sur lesquels j’ai tiqué quand j’ai approfondi la pédagogie. Alors j’ai creusé. Il s’agit plus d’un comportement de l’éducateur auprès des enfants d’âge scolaire et non des tout-petits. Il s’agit de l’accompagner à utiliser le matériel dans le but qu’il a été pensé pour permettre à l’enfant de faire son « travail ». En revanche, je te rejoins. Si le jeu ou l’activité est choisie volontairement par l’enfant alors c’est qu’il vit une période sensible et qu’il a besoin de faire cette action là, orienté par son guide intérieur. Personnellement, je pratique la pédagogie Montessori avec les enfants de moins de trois ans, donc le « contrôle de l’erreur » se pense grâce aux choix faits. Mais en aucun cas, je ne coupe un enfant dans son expérimentation.
      C’était un échange très interessant 🙂 Merci pour ce commentaire !
      À bientôt sur le blog,
      Charlotte.

  2. 3
    Workingmutti

    Clairement, maintenant je n’achète plus aveuglément le matériel estampillé Montessori. Certains ont bien senti le filon … Pour ce qui est des jouets en bois, j’ai toujours peur de deux choses: qu’ils referment des peintures/vernis qui soient toxiques, et que les enfants les choisissent pour projectiles XD

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Haha 😉 Bien vu ! C’est vrai que les jouets en bois peuvent devenir de vrais projectiles par excellence !
      Et tu as raison, ils n’ont pas forcément des peintures toujours hyper clean…
      Pour ce qui est du marketing Montessori, on est bien d’accord ! Parfois c’est même vendu comme « Montessori » alors que ça ne l’est pas du tout ! Ça, ça me rend dingue par contre..
      Merci pour ton partage d’expérience !
      A bientôt,
      Charlotte.

  3. 5
    Maman Chamboule Tout

    Comme toujours je partage ton point de vu Charlotte. J’achète souvent des objets du quotidien en matériaux nobles à la ressourceriez du coin. Pour quelques euros j’arrive à composer des jeux très chouettes !
    En revanche, pour compléter ce que vous disiez en commentaire au dessus, je suis certaine d’avoir lu dans ‘L’Enfant ‘ que le jeu d’imitation était en réalité une fuite signifiant que l’enfant n’allait pas forcément bien et pour le coup, je ne suis pas d’accord avec ça… Alors, peut être aussi qu’elle revient sur ce thème dans d’autres ouvrages que je n’ai pas lu !

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Merci pour ton retour ! C’est vrai que pour quelques euros, on peut faire des jouets maisons très sympas 😉
      Je me souviens aussi l’avoir lu mais je ne me rappelle pas l’avoir interprété de la même façon, car vu ainsi, ca me choque aussi. Un enfant en plein dans l’imitation n’est pas un enfant qui va mal à mes yeux. Il élabore au contraire.
      Je crois qu’elle parlait plus du fait que l’enfant a besoin de nous imiter avec du « vrai matériel » plutôt qu’avec un jeu. Donc le jeu d’imitation n’a pas lieu d’être. Par exemple, on préfère lui donner l’opportunité de mettre la table, de cuisiner avec nous, dans la « vraie » cuisine, avec de « vrais » matériaux plutôt que de lui demander de le faire avec sa dinette. Donc un jeu ! Je l’ai vu comme cela pour ma part 🙂
      J’espère avoir éclairé ta lanterne !
      A bientôt,
      Charlotte.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Ah oui en effet elle parle beaucoup des jeux d’imagination et de l’imagination en règle générale. Elle préconise de rester sur du réel pour les jeunes enfants (par exemple; dans les livres, on favorisera des héros humains plutôt que des animaux).
      Je serai ravie que tu me montres le passage dont tu parles car je ne vois pas à quoi tu fais référence pour le coup 😉
      A bientôt,
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *