La prééclampsie durant la grossesse, qu’est ce que c’est ?

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve aujourd’hui pour aborder la question de la prééclampsie. Cette maladie fréquente durant la grossesse reste pourtant souvent un mystère. Alors qu’est ce que c’est ? Quels sont les symptômes ? Les traitements ? Je réponds à vos questions ↓

La prééclampsie durant la grossesse, qu'est ce que c'est ?

La prééclampsie dans les grandes lignes.

La prééclampsie est une maladie assez fréquente qui survient durant la grossesse. Elle apparait généralement au milieu du second trimestre (après 20 semaines d’aménorrhée) mais peut se déclencher en toute fin de grossesse ou très rarement quand le bébé est né.

Cette maladie se caractérise par une pression artérielle élevée ainsi que la présence de protéines dans les urines. Concrètement, l’origine de cette dernière est un dysfonctionnement du placenta. Alors qu’il fonctionnait très bien durant le premier trimestre, son efficacité diminue alors que le bébé a besoin d’un afflux sanguin considérable pour continuer sa croissance.

Cette maladie, si elle est prise en charge, est bien accompagnée en France. Il n’y a pas de traitements pour la soigner, seule la naissance du bébé est une solution. Ainsi, parfois, la prééclampsie nécessite une naissance prématurée afin que la maman et le bébé se portent bien. D’ailleurs, c’est la cause d’un tiers des accouchements de grands prématurés en France. Et c’est également l’une des causes principales de retard de croissance intra utérin.

Si vous vivez une prééclampsie, sachez que vous n’êtes pas seule. C’est environ 40000 femmes qui, comme vous, cette année seront touchées par cette maladie.

La prise en charge actuelle dans nos hôpitaux limite les complications qui peuvent survenir. Pour toutes vos questions d’ordre médical, seuls les professionnels de la santé qui vous suivent seront à même de vous répondre.

Quels sont les symptômes ?

Généralement, quand on lit un article sur la prééclampsie, il n’est pas rare qu’on ait déjà été diagnostiquée. Ainsi, les symptômes : vous les connaissez. En revanche, il me semble important de les présenter.

Je le rappelle mais généralement, les symptômes apparaissent aux environ de 20ème SA. Certaines femmes vivront une prééclampsie plus sévère que d’autres… Dans ce sens, les symptômes peuvent être plus ou moins importants.

  • Une hypertension artérielle (que seules des analyses peuvent déceler).
  • Une quantité trop importante de protéines dans les urines (là encore, seules des analyses les décèlent).
  • De forts maux de tête.
  • Des complications liées à la vision (vision floue, gêne en regardant la lumière…) et/ou de l’audition (comme des acouphènes).
  • Des douleurs au ventre pouvant être associées de vomissements ou de nausées.
  • Prise de poids très rapide (plus de 1kg par semaine).
  • Baisse de la quantité d’urine.

Il y a d’autres symptômes mais ceux-ci sont les plus courants.

Vous avez plus de risques de développer une prééclampsie si vous en avez déjà vécue une durant une précédente grossesse ou si des membres de votre famille en ont eu également. Mais, comme toujours, il s’agit uniquement de chiffres. Ça ne veut pas dire que cela vous arrivera forcément.

Généralement, cette maladie survient lors d’une première grossesse.

Quelle prise en charge ?

Il se peut que ces symptômes arrivent progressivement. Il se peut aussi que tout s’accélère en fin de grossesse. Quoi qu’il en soit, à partir du moment où on vous décèle une prééclampsie, vous êtes prise en charge à l’hôpital.

Le suivi dont vous bénéficierez sera alors bien plus poussé qu’auparavant afin de s’assurer de votre santé et de celle de votre bébé.

Cette hospitalisation permettra aux médecins de vérifier que:

  • Vous allez bien (prise de la tension artérielle fréquente, bilan rénal…)
  • Que votre bébé grandit bien et qu’il n’est pas en détresse (rythme cardiaque contrôlé, évaluation de ses mesures…)
  • De pouvoir intervenir rapidement s’ils le jugent nécessaire. Le but des médecins est de permettre à votre bébé de grandir le plus longtemps possible dans votre ventre. Des fois, cela est possible pendant plusieurs mois sans que cela ne vienne mettre en danger sa santé ou la vôtre.

Comme je vous l’expliquais plus haut, si vous souffrez de prééclampsie : seul l’accouchement est un traitement efficace. On peut, au cours de la grossesse, vous aider à baisser votre pression artérielle afin de repousser au maximum votre accouchement. Cependant, il n’est pas rare que la date d’accouchement soit avancée. Alors, il sera possible que l’on vous programme une césarienne (et alors il y a différentes choses que vous pourrez penser en amont). Ou alors, que l’on vous déclenche (en fonction de votre nombre de semaines de grossesse).

Une fois que votre bébé est né, vous serez bien évidemment suivie (vous et votre enfant) afin de vérifier qu’aucunes complications ne surviennent.

Prééclampsie : un stress tout à fait compréhensible.

Quand le diagnostic tombe, que vous faites vos recherches sur internet, il est absolument normal d’être prise d’angoisses. De s’inquiéter, de chercher partout des informations, de se culpabiliser aussi.

Je tiens donc à conclure cet article en vous disant de prendre soin de vous. Maintenant que le diagnostic est tombé : vous savez ce dont vous souffrez. Les médecins sont compétents et formés à cette question.

De plus, je tiens à vous rappeler que vous n’êtes absolument pas responsable ou coupable de quoi que ce soit. Si vous arrivez à mettre ce sentiment de culpabilité qui vous envahit de côté, vous en serez soulagée. Même si je sais que ce n’est pas évident.

Je tiens également à préciser que même si vous êtes alitée à l’hôpital, il y a différentes façons de prendre soin de vous. De profiter de cette grossesse. Voyons quelques avantages de votre séjour à l’hôpital : avoir le temps de regarder des émissions pour en apprendre chaque jour d’avantage, poser toutes vos questions au personnel médical à la moindre angoisse, avoir du temps pour prendre soin de vous. Et dans ce sens, vous pouvez : vous masser le ventre. Ecouter de la musique qui vous fait du bien. Lire des livres. Bref, tout ce qui vous soulage. Le séjour à l’hôpital n’est pas uniquement synonyme de complications. C’est sans aucune doute une parenthèse différente que celle que vous vous étiez imaginée mais il peut y avoir du positif là dedans.

Je vous envoie plein de pensées !

Et vous ? Avez vous connu la prééclampsie ? Auriez vous envie de partager votre vécu avec nous en commentaires ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
De nombreuses femmes souffrent de prééclampsie durant leur grossesse : mais qu'est ce que c'est finalement ?

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Je pense comme toi.
      On a certainement toutes entendues ce mot une fois dans notre vie. Pourtant, alors que ça touche des milliers de femmes enceintes, on ne sait pas vraiment ce que c’est, ce que ça implique. Je trouvais ça important d’en parler !
      Merci beaucoup pour ton message Julia !
      A bientôt !

  1. 5
    Marine

    C’est une maladie dont on parle peu, en effet, merci d’y mettre un peu de lumière ! J’encourage aussi toutes les mamans qui le vivent à garder espoir et à se renseigner pour se sentir moins seules.

  2. 7
    Nanakie

    J’ai connu cela grâce à un épisode de la série Downton Abbey qui l’évoque, et cette idée est restée en moi tout le long de ma grossesse … c’était le truc qui me faisait le plus peur, je crois.
    On n’en parle pas du tout dans la société je trouve !

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Comme quoi, les séries peuvent être hyper enrichissantes ! 😀
      Je comprends que ca t’ait angoissé… On n’en parle tellement peu alors que ca arrive quand meme souvent… Que ca peut créer une sorte de tabou…
      Merci pour ton message en tous cas <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *