5 petites phrases qui altèrent sa confiance en lui.

Bonjours à tous ! Comment allez-vous en ce jour de Saint Valentin ? Je n’ai pas eu envie de tourner cet article autour de ce jour des amoureux. Je préfère écrire sur la confiance en soi ! À mon sens, plus on a confiance en soi, mieux on se sent. (Et en amour aussi, de ce fait ;)) Alors je vais vous proposer de faire un arrêt sur 5 petites phrases qu’on a souvent tendance à dire aux enfants… Et qui altèrent leur confiance en eux. Mais quelles sont elles alors ? Voyons ça de suite ! ↓

confiance en lui

La confiance en soi.

Je vous ai déjà fait un article spécial sur la confiance qu’ont les enfants en eux-mêmes.

La confiance s’acquiert dès la naissance et se construit avec le temps. Un enfant a besoin d’expériences positives avec les adultes qui l’entourent pour qu’il puisse prendre confiance en lui. Il se nourrit de nos mots.

Il nous revient donc de faire attention aux phrases que l’on dit comme ça, sans penser à mal. Ces phrases là peuvent avoir un impact sur ce que les enfants en perçoivent. Elles peuvent égratigner son image qu’il a de lui-même.

« Tu manges comme un petit cochon! »

En disant cela, l’adulte ne pense pas forcément à mal. Il souhaite seulement dire à l’enfant qu’il ne mange pas proprement. Mais après tout, c’est bien normal non ?

Un jeune enfant apprend avec les expériences à manger sans en mettre partout. Il a BESOIN de manger « comme un cochon » pour ensuite manger « proprement ». Il apprend. Il essaie. Il s’améliore.

En lui disant cette phrase, on lui colle une étiquette. L’enfant risque de vouloir s’y conformer. De plus, on le compare à un animal, ce qui avouons le, n’est pas très glorifiant. Et enfin, on lui laisse sous entendre qu’on attend de lui qu’il soit parfait. Or, il ne le PEUT pas. Il n’en a pas la compétence ! Il ne peut pas manger proprement. Il ne sait pas faire. C’est comme lui demander quelque chose d’impossible. Il se retrouve donc dans l’incapacité de répondre à votre demande. Il ressent cette pression. Il ne peut rien faire. Il perd confiance en ses compétence. Ceci est un gros schéma, on s’entend bien ! Mais répété souvent, l’enfant peut se sentir dévalorisé.

Essayons plutôt de lui dire : « essaye de rapprocher ta cuillère plus doucement ».

Pour découvrir comment accompagner l’autonomie de votre enfant pendant les repas, c’est par ici !

« Mais t’es bête ou quoi? »

Cette phrase là fait partie de notre quotidien. Aussi pour bien pour les enfants que les adultes. Elle fuse assez rapidement… Et à tort.

L’enfant n’est pas bête. Il a sa propre temporalité. Il apprend à son rythme. Il n’a heureusement pas les mêmes compétences que nous ! Il ne fait pas exprès de ne pas comprendre telle ou telle consigne.

Ainsi, avec cette phrase, l’enfant comprend qu’il n’a pas le droit à l’erreur. Il pourrait alors refuser d’apprendre car il se sentira « inférieur ». Il ne voudra pas prendre le risque de l’échec. Ça pourrait ainsi renforcer son inhibition. Bien évidemment, là encore, c’est à force d’entendre cette phrase, que cela pourra se produire.

À la place, n’hésitez pas à lui dire : « Je crois que tu n’as pas bien compris. »

« Regarde ton frère, il le fait bien lui ! « 

Avec cette phrase, l’adulte essaie surement de motiver son enfant. Mais au final qu’est ce que l’enfant en comprend ? Il se sent dévalorisé et comparé. Il comprend alors qu’il doit « faire aussi bien » que l’autre. Mais pourtant, chaque enfant a son propre rythme. Il pourrait alors perdre confiance en ses compétences. Cela pourrait altérer sa confiance en lui.

Essayez plutôt de lui dire : « Je vois que tu essayes. As-tu envie que je t’aide un peu? »

« Attention ! Tu vas tomber ! »

Je sais qu’on essaie de protéger son enfant quand on lui dit cette phrase. Elle sort presque sans qu’on ait eu le temps de la réfléchir. On a une peur. On la formule. Pourtant, votre enfant entend que vous pensez qu’il n’en est pas capable. On met directement en question ses compétences. C’est comme si votre enfant lisait votre manque de confiance en lui dans vos yeux. Et il l’entend dans vos mots. Il pourrait alors perdre lui aussi confiance en lui-même voyant que vous, vous ne semblez pas avoir confiance en lui.

Essayez plutôt de le valoriser et de rester à côté au cas où. Par exemple vous pouvez lui dire : « je m’installe ici car je préfère ». Ainsi, vous utilisez le « je » et non le « tu » qui implique une certaine fatalité. De plus, vous ne prédisez pas la chute de l’histoire. Vous lui laissez aller au bout de l’expérience. Et peut être que votre enfant vous surprendra. Peut être qu’il ne tombera pas. En voyant qu’il réussit, votre enfant verra sa confiance en lui en être renforcée.

« T’es un petit coquin toi ! »

Souvent, en tant qu’adultes, on étiquette les enfants sans le vouloir. On leur donne un rôle inconscient de « coquin, de turbulent, de petit monstre… »

On ne le pense pas toujours puis à force que l’enfant fasse certaines choses, on se rend compte que « c’est vraiment un petit coquin ». On aura tendance à voir les actions qui se conforment à cette idée. On aura tendance à le dire à l’enfant. Il l’entendra donc régulièrement.

Avec nos yeux, c’est plutôt un terme mignon. Pourtant, l’enfant entend simplement qu’il est « coquin ». Que c’est « un petit monstre ». A force d’être ainsi étiqueté, l’enfant va vouloir se conformer à l’image que vous avez de lui. Il perdre alors petit à petit confiance en lui. En ses compétences. Et se conformera à cette image de petit « coquin. »

Ainsi, même si ce sont des mots qui nous échappent et qu’ils partent bien souvent d’un bon sentiment, essayez de ne pas le répéter à outrance. L’enfant aura envie de se conformer à l’idée que vous allez de lui. Il pourrait alors perdre confiance dans toutes ses forces, ses qualités et se conforter dans ses « défauts ».

Voici donc 5 phrases qui peut nous arriver de dire. Je sais pertinemment qu’on ne pense pas à mal. Ces mots font partie de ce que l’on entend depuis toujours. On a souvent nous-même été élevés avec ces derniers. Pourtant, répétés régulièrement, ils peuvent avoir un impact négatif sur la confiance que peut avoir l’enfant en lui. Essayons de ne pas l’étiqueter, d’utiliser des termes à consonance positive plutôt que négative. Utilisons le « je ». Ainsi, nous limiterons notre impact. Nos mots ne créeront pas de maux. Il s’agit d’un travail du quotidien, j’en ai bien conscience mais comme le dit le proverbe : « mieux vaut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ». Quoi que, cette phrase là est un peu dégradante au final non ? Car elle laisse entendre que ce j’ai dit avant était complètement débile ?

Bref, je réfléchis peut être trop mais je suis persuadée que les enfants se nourrissent de ce qu’on leur dit. Ainsi, nous avons une responsabilité envers eux. Tâchons d’y faire attention 🙂

Et vous ? Avez-vous observé des petites phrases que vous utilisiez au quotidien et que vous ne trouvez finalement pas adaptées ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
5 phrases qui altèrent sa confiance en lui.

  1. 1
    WorkingMutti

    Ah le fameux attention tu vas tomber … Je plaide coupable ! Ou alors j’arrive carrément en support derrière lui, ce qui n’est pas forcément mieux. Mais le papa arrive maintenant à me retenir. Une petite écorchure à 3 ans, ça arrive. En plus à l’aire de jeux, le revêtement est bien adapté et loin du gravier de notre enfance. Et nous avons bien survécu nous.

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Haha ! C’est vrai, qu’au fond, une petite écorchure ça arrive… Et ce n’est souvent pas bien grave. Et je dirai même que c’est « bénéfique ». Car l’enfant prend conscience du danger… Et ne le refera certainement pas ! Alors que si tu restes derrière lui, il y a plus de chances que tu sois là pour éviter la chute donc certes il ne se blessera pas mais il y aura plus de risques qu’il se blesse le jour où tu ne seras pas là 😉
      Merci pour ton retour 🙂
      A bientôt !

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Ce n’est pas grave en soi hein ? 😉 Mais je me dis qu’à force, ça peut avoir des effets auxquels on ne pense pas forcément.
      Si tu arrives à te positionner pas loin, et à simplement lui dire que tu es là (donc tu gardes ton côté « maman poule ») et pour autant tes mots n’auront pas le même impact 😉
      A bientôt,
      Merci pour ton commentaire !

    • 6
      Enfance Joyeuse

      J’espère aussi 🙂 Il faut qu’on y fasse attention alors certes ce n’est pas évident mais je suis certaine qu’on peut travailler dessus 😉
      A très bientôt !
      Charlotte.

  2. 7
    Maman Chamboule Tout

    Le « attention tu vas tomber » bizarrement je ne l’ai pas beaucoup dit, je lui fais confiance (un peu trop au gout de papa d’amour), par contre pour le ‘t’es un petit coquin’ je plaide coupable ! En revanche le ‘tu es bête’ je trouve ça vraiment dur, ma maman, qui était assistante maternelle, m’a toujours appris à ne jamais dire ça aux enfants !

    • 8
      Enfance Joyeuse

      C’est vrai que certaines phrases sont plus dures que d’autres comme le « tu es bête ». Je suis bien d’accord. On l’entend plus souvent quand on s’adresse aux enfants d’âge scolaire j’ai l’impression !
      Je trouve ça super que tu arrives à lui faire confiance … Car il prend confiance en lui par la même occasion 😉
      Et pour « le petit coquin », je sais que tu ne penses pas à mal. On le dit car on trouve ça mignon. Mais au final, je pense que du point de vue de l’enfant, ce n’est pas perçu comme « mignon » haha 😉
      Merci pour ton retour et à bientôt !

  3. 9
    Allegretto

    J’entends beaucoup le « Attention tu vas tomber » chez ma mère, ainsi que « celui-ci est un fripon » en parlant de mon fils. Alors je me retiens souvent de le dire à mon tour car je pense comme toi. Par contre quand mes enfants mangent salement j’ai tendance à le leur dire. J’essaie plutôt de tourner mes phrases positivement, pour ne pas les juger : « mange proprement », « utilise ta fourchette »… Pas toujours naturel !

    • 10
      Enfance Joyeuse

      Je suis bien d’accord, ce n’est pas toujours ces phrases positives qui nous viennent en tête en premier lieu. Surtout quand on a entendu toutes les autres durant son enfance 😉
      Mais je suis certaine qu’en y travaillant, on peut tendre vers cela.
      Après bien sur, le fait de dire ces phrases de temps en temps ne va pas ruiner la confiance que tes enfants ont en eux mais ca peut l’altérer à force de répétions. C’est pour ca que je trouve super que tu te tournes vers ces phrases alternatives !
      Merci pour ton retour,
      A bientôt !

  4. 11
    Eva

    Des phrases qui peuvent venir instinctivement…
    Je dis souvent le « attention tu vas tomber » car mon fils est un cascadeur et a deja du se faire recoudre deux fois au visages, 2 et 3 ans… Le « tu manges comme un cochon » je dis plutôt « tu fais le cochon ». Le « tu es bête » j’engueule mon mari quand il le dis a notre fils.
    C’est vrai qu’en tant qu’adulte, même si on ne pense pas a mal, on ne pense pas forcement aux répercussions que certains mots peuvent avoir. Tes remarques font réfléchir, dorénavant je vais essayer de tourner certaines phrases autrement.

    • 12
      Enfance Joyeuse

      Je suis entièrement d’accord sur le fait que ces phrases peuvent nous échapper et/ou venir instinctivement ! Je suis aussi tout à fait consciente qu’on ne dit pas ces phrases en pensant à mal.
      Mais comme tu le dis, je pense que ca peut avoir des répercussions à long terme sur la confiance qu’ont les enfants en eux-mêmes. Parfois, il suffit juste de modifier sa phrase légèrement, de la tourner de manière positive ou de s’appuyer sur des faits plutôt que des images pour que son impact soit totalement différent 😉 .
      J’espère que tu auras trouvé des pistes ici !
      Merci pour ton retour ! Et à bientôt !
      Charlotte.

  5. 13
    Maman Nouille

    Pour le ‘fais attention , tu vas tomber’, je me contrôle et je sers les dents. Le papa un peu moins, la mamie c’est une horreur (j’ai essayé de lui expliqué, je crois que je l’ai vexé).
    Par contre j’aurai tendance à leur dire qu’ils mangent comme des cochons ou qu’ils sont coquins, mais sans penser à mal.Tiens d’ailleurs, je l’ai fait tout à l’heure, le petit faisait une blague en faisant semblant de manger de la pâte à modeler, et je faisais semblant de le gronder, au final on a rit et je lui ai dit qu’il était coquin (oui on s’amuse bien XD). Mais jamais qu’ils sont bêtes par contre.

    • 14
      Enfance Joyeuse

      Il y a bien évidemment le contexte dans lequel on dit ces phrases qui est à prendre en compte, je suis entièrement d’accord 😉 Et puis le ton sur lequel on le dit mais aussi la fréquence dont on le répète.
      Je suis persuadée que chaque parent ne pense pas à mal en disant ces phrases là. Et je souhaitais juste voir ce que cela pouvait induire chez l’enfant qui l’entend. C’est une invitation à la réflexion 🙂
      Merci beaucoup pour ce partage d’expérience !
      A bientôt,
      Charlotte.

  6. 15
    Allison

    Merci pour cet article ! Dans le lot il y a des phrases que je ne dis jamais (« tu es bête »…) mais d’autres que je dis souvent (« fais attention tu vas tomber », et « petit coquin ») et qui me paraissaient anodines jusqu’à maintenant, mais qu’il faut que je change ! 🙂

    • 16
      Enfance Joyeuse

      Je tiens vraiment à ne culpabiliser personne mais je me place toujours à la place de l’enfant et je m’interroge sur ces petites phrases du quotidien 😉 Je suis certaine que vous ne pensez pas à mal en disant « petit coquin » par exemple mais c’est vrai que l’enfant entend que c’est un coquin. 😉
      Je suis ravie que mon article ait pu soulever une réflexion chez vous 🙂
      A bientôt,
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *