La motricité de votre bébé: 3 faits que vous ignorez sûrement.

Chaque jeune enfant tente de nouvelles expériences sur sa motricité chaque jour. Au début de sa vie, ses premières réussites s’axent beaucoup autour de son développement moteur. Tout d’abord, il apprend à attraper ses mains, ses pieds, à se regrouper. Il essaie de se retourner du ventre au dos, du dos au ventre. Il apprendra à ramper, à s’assoir, à faire du quatre pattes, à se hisser, à marcher… Pourtant, il n’y a pas de formules toutes faites. Chaque enfant prend le temps qu’il lui fait pour grandir et acquérir toutes ces nouvelles compétences. Certains ramperont avant de savoir s’assoir. Pour d’autres, se sera l’inverse. Il n’y a pas de science exacte. Votre bébé est unique. Ses compétences le sont également ! Je voulais écrire cet article car j’ai rencontré de nombreux parents qui souhaitaient aider au mieux leur enfant dans ses expérimentations mais qui par manque de connaissances, faisaient des choses qui produisaient l’effet inverse. Je ne tiens absolument pas à culpabiliser les parents de quoi que se soit. Mon but est de vous faire partager mes connaissances pour vous apporter des idées quant-à l’aide que vous pouvez apporter à votre tout petit. Il est bien évident que chaque parent est libre de s’en saisir comme il le souhaite. 😉

Voici donc TROIS faits que vous ignorez certainement sur la motricité de votre bébé : 

  1. Il est IMPORTANT de laisser votre bébé faire ses propres expériences motrices et de ne pas les faire pour lui !

Je m’explique. J’ai vu un grand nombre de parents assoir leur enfant pour « l’aider » à acquérir cette position. J’ai vu des parents mettre leur enfant sur le ventre pour leur montrer la sensation. Bref, j’ai rencontré une tonne de parents bienveillants qui souhaitaient que leur tout-petit développe leur motricité grâce à leurs actes d’adultes. Aie! Malheureusement, ces petits gestes qui vous semblent anodins n’aident pas votre bébé. Un enfant a besoin de faire ses propres expériences pour acquérir de manière sécure les nouvelles étapes de sa motricité. Si vous asseyiez un enfant qui ne le fait pas encore de lui même c’est comme demander à un adulte de faire le grand écart alors qu’il n’y arrive pas forcément. Le tout petit sera dépendant de vous dans cette position, inconfortable et n’aura aucune issue pour revenir de lui même dans une position qu’il a déjà acquise. Alors certes il sourit car il voit le monde d’un nouvel angle et qu’est ce que c’est agréable pour lui cette nouveauté !! Mais le laisser dans cette position, sans vos mains sur son dos pour le soutenir: il se retrouve… coincé. Sa musculature n’est certainement pas suffisamment développée pour qu’il le fasse de lui même. Faites lui confiance. Faites confiance à sa motricité. C’est au fur et à mesure de ses expériences qu’il réussira à s’assoir de lui même. Il réussira. Faites lui confiance. Et une fois qu’il aura acquis cette posture ou n’importe quelle autre position, il sera en capacité de s’y mettre quand il le souhaite et d’en changer aussi simplement. Et pour votre bébé, il n’y a pas plus sécurisant. Du coup, si j’ai un conseil à vous donner: laisser votre bébé sur son tapis avec des jeux adaptés à proximité. De lui même il se retournera pour les regarder. Puis se déplacera pour aller voir plus loin. Puis trouvera de lui même la manière de s’assoir et d’explorer différemment les objets qui l’entoure. Une seule règle donc. FAITES LUI CONFIANCE. C’est la plus belle manière de soutenir le développement sécure de sa motricité.

    2.  Pendant les temps sur la table de soins, ne soulevez pas ses jambes !!!

Il n’est pas rare de voir les adultes changer la couche des enfants en leur soulevant les jambes vers le haut pour glisser la couche sèche sous leurs fesses. On a découvert il y a quelques années maintenant que cet acte, répété de nombreuses fois au cours de la journée, entrainait des pressions sur sa nuque. De ce fait, il a été préconisé de faire pivoter les cuisses de l’enfant (et donc son bassin) d’un côté puis de l’autre de manière à limiter les tensions sur sa colonne vertébrale et sa nuque. Voilà donc juste un fait que vous ignoriez peut-être sur la motricité de votre bébé et qu’il est intéressant de connaitre 😉

     3. Les yoopalas…. HORS DE NOTRE VUE !

Voilà pour finir un sujet qui me tient à coeur … Le yoopala appelé également trotteur. Vous savez cette chose qui roule sur quatre roues et dans laquelle on pose l’enfant qui ne sait pas encore marcher pour qu’il se fasse embarquer d’un endroit à un autre… Sur ce sujet, je le reconnais, mon avis est assez tranché. Je suis éduc de jeunes enfants et forcément ce que je prône au quotidien ne va pas en faveur de ce genre d’objet… Pour autant, j’y ai été en étant enfant. Mais maintenant, je marche sur la pointe des pieds !! Et oui ce n’est pas un mythe 😉 Haha ! Pour être plus sérieuse, le yoopala (déjà interdit à la vente au Canada par exemple) est dangereux car le bébé ne maitrise absolument rien. Il est complètement dépendant de la vitesse et de la direction du trotteur du fait qu’il ne touche le sol qu’avec sa pointe de pieds. Et avec cette vitesse, il peut avoir des accidents. Il y aussi le fait que, comme je vous en ai parlé plus haut, l’enfant est mis dans une position qu’il n’a pas acquise de lui même et dont il est prisonnier. Comment réussira t’il a acquérir de lui même la marche si on le force à le faire avant même que son corps ne soit prêt? Bref. Je n’irai pas plus loin, mon article est déjà suffisamment long mais vous aurez compris mon avis sur la question. Le yoopala est loin d’être un objet indispensable pour le bien être et le développement de la motricité de votre bébé.

Un tapis, des jeux adaptés, des choses auxquelles il peut s’agripper, de l’amour et votre bébé aura tout ce dont il a besoin pour acquérir une motricité sécurisante pour lui et donc des acquisitions sereines sur lesquelles il pourra se reposer toute sa vie…

J’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à la commenter et à me donner votre avis. 

Charlotte.

Si cet article vous a plu, mon article sur les enfants qui se retournent sur la table de soins peut vous intéresser. Il y est aussi question de motricité 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *