J’aurai voulu allaiter ma fille plus longtemps… #

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour un nouveau portrait. C’est Julia qui a décidé de partager son histoire. Elle a donné le sein à sa fille, Charlie, les premiers mois mais n’a finalement pas pu continuer à allaiter comme elle l’aurait souhaité. Elle revient donc sur cette aventure lactée avec vous. ↓

Julia et son allaitement.

Bonjour à tous,

Je m’appelle Julia, j’ai 27 ans et je suis l’heureuse maman d’une petite Charlie depuis juin. Je suis manager dans une librairie en Haute-Savoie et blogueuse. Passionnée par la maternité (bien avant d’être enceinte et maman) c’est tout naturellement que j’ai débuté un blog sur ce sujet il y a quelques mois. Je suis très contente de partager avec vous aujourd’hui mon histoire sur le thème de l’allaitement.

Mon rêve de maman a commencé en septembre 2017, moment auquel j’ai appris que j’étais enceinte. Durant toute ma grossesse j’ai suivi une philosophie : avoir le moins d’idées arrêtées possible. Je souhaitais rester ouverte d’esprit, de manière à accepter plus facilement l’inconnu.

Donc pendant ma grossesse, lorsqu’on me demandait si je souhaitais allaiter mon bébé, je répondais: « J’adorerais allaiter, mais on verra si ça fonctionne ». En réalité, ne pas avoir d’idées arrêtées était une manière de me protéger. Je ne souhaitais pas être déçue si ça ne se passait pas comme je l’aurais souhaité ou imaginé.

Ma fille a pointé le bout de son nez en juin 2018. Par chance et avec beaucoup de bonheur, mon allaitement a très bien commencé. Dès le début Charlie a trouvé mon sein facilement et tétait très bien. J’avais réussi à éviter les douleurs des premiers temps, du type crevasses, grâce à l’utilisation de coques en argent et de crème lanoline. Ma fille et moi  avons trouvé nos marques et notre rythme au fil des jours qui passaient. J’adorais ces doux moments avec elle.

J'aurai voulu allaiter ma fille plus longtemps... #

Tout s’est très bien passé jusqu’à ses 1 mois et demi environ, moment auquel j’ai commencé a remarquer des changements dans mon allaitement. Certaines tétées se passaient bien, quand d’autres étaient beaucoup plus compliquées. Charlie s’énervait en fin de tétée et gigotait dans tous les sens. C’était évident que quelque chose la gênait. J’ai pensé pendant plusieurs jours que c’était un problème de position. J’ai alors consulté mon médecin, ma sage femme, une autre fois mon médecin. A chaque fois, elles me posaient le même diagnostic : « Oui le problème vient certainement de votre position d’allaitement puisque votre fille prend du poids et dort correctement. Continuez de varier les positions, vous finirez par trouver celle qui vous convient. Tout devrait rentrer dans l’ordre ».

Un mois et demi plus tard, malgré de multiples essais de position et l’utilisation plus fréquente de mon coussin d’allaitement, la situation était inchangée, elle avait même empiré. Charlie ne tétait plus que 2-3 minutes sur chaque sein, trop peu pour un bébé de son âge. Elle pleurait à chaque tétée. Je m’inquiétais qu’elle ne mange pas suffisamment. J’ai alors consulté une infirmière puéricultrice et consultante en lactation. 

Son diagnostic a été posé très rapidement… 

J'aurai voulu allaiter ma fille plus longtemps... #

Je manquais de lait. Charlie pleurait et s’énervait en fin de tétée parce qu’elle avait faim …  Et je n’avais plus de lait…

Cela a été un vrai coup dur pour mon cœur de jeune maman. J’étais partagée entre la culpabilité de ne pas avoir compris que c’était un problème de lactation et de n’avoir pas consulté cette spécialiste plus tôt. Je culpabilisais aussi d’avoir laissé mon bébé avoir faim pendant tout ce temps. Et d’un autre côté, je savais pertinemment que je n’étais pas fautive car je n’aurais pas pu le comprendre seule : c’était la première fois que j’allaitais, je n’y connaissais finalement pas grand chose…

Malheureusement, ma lactation n’a jamais vraiment repris… Tirer mon lait après chaque tétée était devenu lourd et contraignant. Nous sommes donc progressivement passé au biberon. J’ai arrêté l’allaitement au 4 mois de ma fille. Cette transition a été douloureuse au début car je n’étais pas prête a arrêté à ce moment là. Je pensais allaiter ma fille beaucoup plus longtemps, tellement tout avait bien commencé.

Pour relancer ma lactation, la consultante m’avait prescris un complément alimentaire à base d’ortie et de houblon à prendre pendant 1 semaine ainsi qu’un tire lait. Elle m’avait recommandé de tirer mon lait après chaque tétée.

J'aurai voulu allaiter ma fille plus longtemps... #

Aujourd’hui j’ai pris beaucoup de recul et puis ma fille va très bien. Même si l’allaitement s’est terminé plus tôt que ce que j’imaginais, cela n’a en rien altéré son bien être et le mien. 

Si j’avais des conseils à donner aux mamans allaitantes, ce serait les suivants :

  • Suivez votre instinct et n’attendez pas trop longtemps pour consulter un spécialiste si vous constatez que quelque chose ne se passe pas correctement dans votre allaitement. 
  • Si vous en avez la possibilité, consultez directement un spécialiste en lactation.
  • Le repos ainsi qu’une alimentation équilibrée et en bonne quantité sont indispensables pour qu’un allaitement se passe bien (avec le recul, j’ai compris que mon manque de lait venait d’une fatigue accumulée et déniée. J’étais épuisée sans m’en apercevoir. Et d’une alimentation trop faible. Difficile de produire du lait en quantité suffisante avec un corps fatigué et mal nourri…).

Je vous souhaite à toutes de merveilleux moments avec vos bébés. 

Merci d’avoir lu mon histoire.

Je remercie beaucoup Julia pour ce témoignage qui résonnera, j’en suis sure, dans d’autres coeurs, chez d’autres femmes.

Et vous ? Avez-vous rencontré des difficultés de lactation ? Comment s’est déroulé votre allaitement ?

Si vous souhaitez, vous aussi, partager votre histoire de maman (votre grossesse, votre accouchement, ou n’importe quel autre sujet), n’hésitez pas à m’écrire ! Chaque femme et chaque famille a une histoire précieuse qui mérite d’être partagée.

enfance joyeuse blog parents futurs parents
J'aurai voulu allaiter ma fille plus longtemps...

9 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    petitsruisseauxgrandesrivieres

    Comme je comprends ! mes allaitements compliqués et écourtés sont mon grand regret. D’ailleurs si j’avais eu un autre enfant, je crois que je n’aurais même pas tenté tellement cela a été à chaque fois une déception. Heureusement, je peux quand même leur dire à chacun qu’ils ont bu MON lait ! et toc 🙂

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Et toc 😉
      Je comprends que ça ne soit pas facile quand ce n’est pas vraiment un choix que d’arrêter d’allaiter. Le manque de soutien et d’informations est souvent présent dans les aventures lactées et c’est tellement dommage…
      Mais comme tu le dis, tu as pu leur donner à chacun TON lait et comme c’était important pour toi, je trouve ça vraiment super <3 !

    • 3
      Julia - Et maman tu deviendras

      Quel dommage que tes allaitements aient été écourtés et difficiles.. On devrait toutes avoir le droit à un allaitement serein et doux ! C’est d’ailleurs en partie pour cela que j’ai souhaité partager mon histoire, pour partager et informer les futures mamans ou les mamans allaitantes en ce moment.

  2. 4
    Maman Chamboule Tout

    J’imagine que que ça doit être particulièrement difficile de mettre fin à un allaitement auquel on tient… En effet, être le plus tôt possible en contact avec une conseillère en lactation, même avant la naissance si possible, me parait le meilleur conseil à donner.

  3. 7
    WorkingMutti

    L’accompagnement des jeunes maman en France est incroyablement défaillant. L’allaitement en est un exemple particulièrement voyant. J’imagine la douleur de la maman qui a du arrêter contre sa volonté.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Je suis bien d’accord… Malheureusement, l’allaitement en est la preuve. J’espère que bientôt, les femmes pourront être plus épaulées et accompagnées dans cette aventure de la vie qu’est celle de devenir mère !
      A bientôt,
      Merci pour ton message,
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *