L’IMG, cette terrible épreuve… #

Bonjour à tous ! C’est avec beaucoup de respect que je vous retrouve aujourd’hui pour le portrait de la semaine. Marie, avec force et courage, revient sur la douloureuse épreuve que son couple a subi. Enceinte de trois mois, elle a du subir un interruption médicale de grossesse (IMG). Elle se livre aujourd’hui sur ce parcours difficile.

img interruption médicale de grossesse vécu

Chère Marie, peux-tu commencer par te présenter ?

Bonjour Charlotte ! Je m’appelle Marie et j’ai 27 ans. Je suis avec mon Amoureux depuis 5 ans et nous avons déménagé à Lyon il y a presque 3 ans pour le travail. Dans la vie je suis responsable comptable dans une régie immobilière et je partage mon quotidien sur « bonjoourmarie » ainsi que sur instagram.

Il y a quelques mois, tu as appris ta grossesse, c’est bien cela ?

Nous avons décidé d’avoir un bébé en mars dernier, mon amoureux m’a annoncé qu’il était prêt le soir de mon anniversaire. Nous avions passé un super week-end en famille, j’étais la plus heureuse ! (J’avais arrêté ma pilule depuis novembre 2017 de manière à libérer mon corps de toutes ces hormones). J’ai appris cette grossesse le 31 juillet à 6h30 du matin, en me levant je sentais qu’il se passait quelque chose et effectivement en faisant les deux tests de grossesse : ils n’ont pas tardé à me donner une réponse positive. Je n’ai pas trop réagis sur le moment, j’ai couru au laboratoire d’analyses pour que ce soit noté « noir sur blanc ». Dès de le départ je me suis sentie inquiète, pour moi ce bonheur ne pouvait arriver qu’aux autres, je n’y croyais pas … ! J’étais très stressée ! Nous partions en vacances quelques jours après la nouvelle, ça nous a permis de nous reposer et pour ma part d’essayer de relativiser. Je n’avais qu’une hâte : le rendez vous pour l’échographie de datation ! Echographie que nous avons faite au retour de vacances et c’était un moment magique et surtout entendre son cœur battre pour la première fois ! Nous étions aux anges !

 Les premiers examens de routine se sont-ils bien passés ?

Quelques jours après l’échographie de datation, je faisais le fameux bilan sanguin (toxoplasmose, rubéole…). J’étais très angoissée à l’idée de ne pas être immunisée étant donné que nous sommes très fusionnels avec mon chat, je n’avais pas envie de m’en séparer j’avais très peur ! Manque de chance pour moi, une fois les résultats tombés : mes résultats de toxoplasmose étaient positifs ! Le taux n’était pas bon ! Il fallait commencer un traitement préventif au plus vite de manière à ne pas contaminer le bébé le temps d’avoir l’avidité du taux. (L’avidité du taux permet de savoir de quand date la contamination) ! Mes examens ont voyagé entre Paris et Lyon … Je suis restée une dizaine de jours sans réponse … ! Dans le stress et le flou total ! Tout ça pour au final l’avoir contracté quelques mois avant en Thaïlande.

A quel moment avez-vous appris que tu allais devoir subir une IMG?

Nous avons appris que je devais subir une Interruption Médicale de Grossesse (IMG) lors de l’échographie du 1 er trimestre. C’est en faisant l’échographie que le gynécologue nous a dit qu’il fallait interrompre cette grossesse car le fœtus était atteint d’une malformation que l’on appelle «  acranie : absence de voute crânienne ». Aucune issue n’était envisageable le bébé n’aurait pas survécu. Quelques jours après ce rendez vous j’ai rencontré une sage femme et l’anesthésiste pour m’expliquer l’intervention … Il pratique un curetage, j’allais donc être opérée ! J’étais anéantie et mon conjoint pareil … !

J’imagine à quel point cette nouvelle a du être douloureuse à apprendre.. T’es-tu sentie accompagnée par le personnel médical aussi bien d’un point de vue émotionnel que médical ?

Je ne me suis pas sentie plus soutenue que ça par le personnel médical … Malheureusement pour eux, ce genre de situations ils le voient tous les jours. Je n’ai pas eu d’explications concernant la malformation je me suis renseignée de moi-même pour comprendre ce que c’était … Je n’en avais jamais entendu parler avant. Les médecins m’ont juste dit que j’allais me faire opérer et qu’il fallait que je rencontre un anesthésiste.

Après cette première opération, tu as malheureusement, du en subir une seconde… J’imagine que cette épreuve en a rajouté grandement à votre tristesse…

J’ai malheureusement du subir une deuxième intervention … car l’hôpital n’a pas été fichu de me prescrire une échographie de contrôle post opératoire … Je me suis rendue compte qu’il y avait « un problème » quand … quinze jours après l’opération je perdais des caillots noirs … Ils ont du pratiquer une seconde intervention car le travail n’avait pas été correctement fait à la première intervention …. ! Très clairement il restait du throboplaste. Je me suis prise une grosse claque dans la figure, moi qui essayait d’avancer depuis 3 semaines. Et là ça a été la descente aux enfers …. Niveau moral !

Quelle épreuve ! Etes vous aujourd’hui suivis au niveau médical pour une future grossesse?

A ce jour médicalement parlant, j’attends ! J’ai rendez vous le 30 novembre avec mon gynécologue pour analyser les résultats du caryotype, à chaque IMG il y a un caryotype du fœtus ! Cela permet de comprendre ce qu’il s’est passé, d’essayer de déceler la cause de la malformation, si c’est génétique … Je ferais le point avec mon gynécologue à ce rendez vous, de toute façon nous avons décidé de ne pas reprendre les essais tant que nous n’avons pas le feu vert du médecin. J’ai recommencé un traitement d’acide folique bien plus fort en prévention ! Mais il n y a pas de raison que cela se reproduise !

 Je vous le souhaite de tout coeur ! Mais au delà du médical, comment te sens-tu à l’intérieur ?

Aujourd’hui le temps me parait tellement long, depuis septembre entre l’annonce de la malformation, la première opération, la seconde, l’attente des résultats … Il y a des jours avec et des jours sans ! J’ai tellement hâte que cette histoire soit derrière nous et que l’on puisse de nouveau goûter à ce bonheur !

Je comprends !! Cette épreuve vous l’avez vécu en couple. J’imagine que ça a été dur pour lui comme pour toi.

Ce que je retiens aujourd’hui, c’est que cette épreuve a renforcé notre couple. Nous étions déjà très unis avant ! Mais là ça n’a fait que renforcer notre amour, c’est «  notre première difficile » de la vie ! Et on a su la vivre avec brio en se soutenant mutuellement.

En revanche,  j’ai entendu des phrases toutes faites comme : «  Vous êtes jeune, un bébé vous en referait … » je pense que jusqu’à présent ce qui a été le plus dur c’est ça …. ! J’en ai beaucoup souffert !

Que pouvons nous vous souhaiter pour la suite ?

Nous souhaiter de s’aimer encore plus et de goûter à nouveau à ce bonheur très vite car j’ai vraiment envie de fonder une famille avec mon amoureux !

Et c’est ce que je vous souhaite de tout coeur ! Si vous aussi vous avez connu cette douloureuse épreuve, subi une IMG, sachez que les commentaires sont un espace ouvert d’échanges. Et puis, si vous avez envie de partager votre soutien avec Marie, n’hésitez pas à lui laisser un petit mot. 

PSSST !!! Pour découvrir tous les autres portraits des mamans, c’est par là ! 

enfance joyeuse blog parents futurs parents

Marie a du subir une IMG. Elle raconte aujourd'hui son douloureux parcours.

10 Commentaires

Ajoutez les vôtres
    • 2
      Enfance Joyeuse

      Merci à toi d’avoir partagé ton vécu avec nous. C’est vrai qu’on parle peu de tout ce parcours alors que beaucoup de parents passent par diverses épreuves avant de pouvoir devenir parents.
      A bientôt et encore merci pour tout !

  1. 3
    Marlène

    Très émouvante cette interview…

    Je suis d’autant plus touché parce ce que j’ai un peu vécu des choses  » similaires  » en mai dernier. Je venais d’apprendre une troisième grossesse ( J’ai la chance d’être déjà maman deux fois de deux merveilleuses filles de 2 ans et 5 ans ). Et dès le début j’ai senti qu’il y avait en problème… Je n’avais d’ailleurs pas ressenti ça pour mes deux précédentes grossesses. J’étais stressée bien sûr, mais pas comme ça…

    Et en effet, 1 mois plus tard, après l’ascenseur émotionnel avec ces put*** de taux, et après avoir entendu son coeur, j’ai hélas fais une fausse couche le lendemain ( ou le jour même, je ne sais plus ! ) de la fête des mères 🙁 Cela a été naturel, rapide et avec des douleurs plutôt supportables. Après l’écho à l’hôpital, en effet c’était terminé. Pendant ces épreuves, hormis la présence de mes filles et mon mari, je me suis senti tellement seule et incomprise. Et en effet, le corps médical niveau empathie c’était pas trop ça, mais je pense surtout qu’ils sont obligés de rester neutre, je ne leur en veux pas. Et les petits commentaires genre  » tu as la chance d’en avoir deux  » ( bien que ce soit vrai et que je suis consciente que ça m’a permis de me relever plus vite ) c’était vraiment insupportable. Ce n’est pas méchant mais les gens ne comprennent pas que, une fois que tu te projette avec ce bébé ( malgré les doutes ) la chute reste terrible et il est important que les gens comprennent qu’on a seulement besoin d’une épaule pour pleurer et de quelqu’un pour nous écouter sincèrement, sans avoir envie de donner son avis. De l’écoute empathique, tout simplement.

    Merci encore pour ce partage, ça fait du bien de trouver des personnes qui nous comprennent…

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup d’avoir pris de ton temps pour partager cela avec nous. J’imagine à quel point ça a du être une épreuve difficile. Heureusement que tu avais ta famille pour t’épauler mais ca n’enlève en rien de la douleur. Les remarques désobligeantes sont tellement mal venues dans ces tristes moments… J’espère que le portrait de Marie et ton retour aideront à véhiculer ce message : faites attention à vos mots quand vous vous adressez à une femme qui vient de perdre son enfant. Ces mamans là ont besoin d’une épaule, d’une oreille attentive, emphatique. Comme tu le soulignes.
      Merci à toi …
      A bientôt !

    • 5
      Marie

      Bonjour Marlène, c’est vrai que l’on se sent vraiment seule quand une épreuve comme celle-ci arrive dans nos vies … et surtout incomprise ! Pareil pour moi hormis mon conjoint et ma famille je me suis sentie vraiment seule … Le corps médicale n’est pas très empathique du fait qu’ils voient ça régulièrement …. Pour eux, ce n’est qu’une fois de plus … Alors que pour nous c’est tellement important … !

      Pour notre part nous avons eu beaucoup de chance d’être à Lyon et d’être suivis dans un très bon hôpital où les praticiens sont compétents et très rapides dans les délais de rendez vous.

      Et dans le parcours d’être parent, il n y a pas que la grossesse et la naissance il y a tout  » l’avant  » et toutes les difficultés que rencontrent certains couples pour le devenir…

      A très bientôt, Marie
      http://www.bonjoourmarie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *