Mon aventure pour devenir maman. #

Aujourd’hui, pour le portrait de la semaine, je donne la parole à Alexandra qui souhaite devenir maman. Cette femme se bat pour pouvoir donner la vie malgré des complications qui rendent difficile son chemin de maternité. Je vous laisse découvrir ce bouleversant témoignage et la force d’Alexandra qui ne baisse pas les bras et continue de voir du positif. Toujours. ↓

difficultés devenir maman

J’ai enfin pris le courage de vous partager mon combat ou plutôt mon aventure pour devenir maman, car il est tellement important qu’on puisse communiquer et échanger sans se sentir incomprise ou jugée.

J’espère que mon témoignage donnera de la volonté aux femmes qui sont dans la même situation que moi d’en parler et de partager, car on n’est pas les seules dans ce monde à vivre cette aventure de la maternité avec quelques chemins difficiles par le milieu.

Je m’appelle Alexandra, j’ai 29 ans et je suis en couple depuis 11ans. Et j’ai l’un des plus beaux métiers au monde : éducatrice de l’enfance, responsable de structure accueillant des enfants de 4 mois à 4 ans. Mon quotidien est entouré d’enfants, parents et collègues qui me donnent la motivation et le plaisir d’aller travailler tous les jours avec le sourire. Je vous dis ça car le travail est pour moi une de mes ressources pour pouvoir avancer dans mon aventure sans y être focalisée h24.

Étant adolescente j’ai découvert que j’avais le syndrome d’ovaire polykystique. Je ne me suis pas inquiétée particulièrement. Je savais enfin la raison de mon dysfonctionnement menstruel, de ma pilosité excessive (hirsutisme) et de mon acné qui était dû à ce déséquilibre hormonal. Cependant, je me souviens que le médecin m’avait dit qu’il serait plus difficile de tomber enceinte. Mais à 14 ans je me suis pas questionnée davantage. J’étais encore tellement jeune mais j’avais déjà en tête d’avoir des enfants plus tard. La priorité était les études, ensuite trouver le papa, d’avoir un travail stable et profiter de faire 2-3 voyages. La maternité était dans mon esprit encore très loin, je savais au fond de moi que devenir maman serait la plus grande responsabilité de ma vie. Et je voulais me sentir prête pour accueillir ce petit être dans de bonnes conditions.

Il y a environ 1 an et demi, nous avons décidé, moi et mon conjoint, de commencer cette aventure pour devenir parents. Quelques mois plus tard, mon gynécologue nous propose d’être suivis à l’unité de fertilité dû à mon syndrome d’ovaire polykystique. C’est à ce moment-là que je me suis vraiment intéressée sur ce qu’est ce syndrome.

Et là j’ai compris la complexité. Ce syndrome altère la croissance des follicules ovariens et perturbe la production d’ovules. Sans l’aide de la médecine, sans médication, je ne peux pas ovuler naturellement. Ce qui rend la possibilité de grossesse très difficile, voir impossible. Je commence alors le traitement au Gonal-F pour stimuler l’ovulation et je réalise plusieurs examens. Car étant inscrite dans l’unité de fertilité, nous devons suivre une série d’examens afin de déceler s’il n’y a pas d’autres causes qui empêchent une grossesse.

Mon conjoint à effectué les examens et tout était positif de son côté. De ma part, les choses n’étaient pas si positives, suite à une hystérographie, mon gynécologue m’annonce que j’ai un utérus unicorne ! J’ai vu dans son visage qu’il était surpris et m’a dit qu’on discuterait au prochain rendez-vous. Je suis sortie de l’examen sans savoir exactement ce que j’avais, la première chose qui m’est venu à l’esprit, c’est d’aller me renseigner sur Google.

Et là, quand je lis, mes larmes me coulent sur mon visage. Je n’arrive pas à  croire que j’ai cette malformation utérine tellement rare, que je n’ai que la moitié d’un utérus et que les chances de grossesse deviennent encore plus compliquées. Je passe des heures à lire des documentaires de médecins, des témoignages sur des forums mais les discussions sur ce sujet sont rares. Je découvre alors que les personnes ayant cette malformation n’ont peut-être qu’un rein car au niveau du développement du l’embryon, ce sont les mêmes cellules qui forment le système reproductif et urinaire. Et puis, je lis aussi que s’il y a une grossesse, il y aura un grand risque de naissance prématurée car le bébé n’a pas assez d’espace dans ce demi-utérus pour pouvoir se développer à terme.

Après le choc de cette nouvelle, je commence gentiment à accepter que mon chemin pour devenir maman ne sera pas si simple. Je poursuis les rendez-vous chez le médecin, les examens… J’ai subi il y a quelques semaines une intervention (laparoscopie), afin de savoir la certitude de mon système reproductif : j’ai effectivement un utérus unicorne, un demi-utérus avec une seule trompe et deux ovaires, mais j’ai deux reins en bonne santé.

Le médecin me dit que c’est la nature qui a voulu que ça m’arrive. Il n’y a pas vraiment d’explication pour cette malformation. Elle est due à un arrêt de développement. La bonne nouvelle, oui parce qu’il y en a, c’est que je peux porter un enfant. Je ne sais pas ce que le futur me réserve mais je le prends positivement, j’avance pas à pas dans mon aventure et peut-être un jour, qui sait, je reviendrais vous témoigner sur le thème d’être maman.

Je souhaite à toutes les femmes qui sont dans le même chemin que moi, d’avoir espoir et prendre le positif des choses, parce qu’il y a au fond toujours quelque chose de positif. Si la vie nous fait passer par cette épreuve c’est pour une raison que peut-être un jour on comprendra.

Si vous avez envie de partager votre soutien pour l’aventure que traverse Alexandra pour devenir maman, n’hésitez pas à le faire en commentaires.

enfance joyeuse blog parents futurs parents

Mon combat pour devenir maman.

14 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 4
    WorkingMutti

    On parle encore trop peu de l’infertilité en dehors des sites spécialisés ou de la blogosphère PMA. Merci d’en parler sur un blog petite enfance. Je souhaite beaucoup de courage à Alexandra dans ce parcours si difficile.

    • 5
      Enfance Joyeuse

      Merci à toi pour ton commentaire et ton soutien envers Alexandra.
      Je trouve normal de donner la parole à ces femmes qui se battent pour devenir mères. Ce n’est pas forcément un parcours sans embuche.
      A bientôt et merci de ton passage !

    • 6
      Alexandra

      Merci beaucoup, et effectivement le sujet de l’infertilité est encore très peu parlé dans la société actuelle. C’est une des raisons qui m’a fait témoigner. 😊

  2. 7
    Aurelie

    Ce portrait est tellement touchant je ne peux que me reconnaître dans celui ci avec ma pathologie des trompes je comprends tellement alexandra. Je te souhaite beaucoup de courage et on va y arriver !!

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Vous n’êtes pas seules ! Je vous souhaite, à toutes les deux, de tout coeur, d’y arriver, de fonder votre famille !
      Plein de courage à toi aussi,
      Maintenant que vous savez ce qu’il en est, ça sera plus facile d’adapter les traitements pour concevoir votre bébé !
      A bientôt !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *