Le développement de la conscience de soi chez l’enfant.

Bonjour à tous ! Comment allez vous ? Aujourd’hui je vous retrouve pour un article sur le développement des enfants ! Vous l’ignorez peut-être mais au début de sa vie, votre enfant ne sait pas qu’il est une personne à part entière. Petit à petit, il prendra conscience de lui-même. Mais, vous vous en doutez, cela va prendre du temps. Mais alors, que se passe t’il pour lui ? Comment l’accompagner ? ↓

conscience de soi enfant

Une conscience de soi qui s’élabore avec le temps.

Dans ses premiers mois de vie, l’enfant croit être sa mère. Oui, vous avez bien lu ! Je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises mais au début de sa vie l’enfant ne fait pas de distinctions entre lui et vous. Vos corps respectifs. Vos esprits distincts. S’il pleure, s’il a faim, vous répondez à sa demande en lui donnant votre sein ou son biberon. Il obtient une réponse quasi immédiate à ses besoins. Il n’élabore pas encore le fait que votre sein (ou son biberon) n’est pas lui. Il pleure, il obtient satisfaction.

Petit à petit, il va devoir patienter entre sa demande et l’obtention de ce qu’il souhaite. Vous allez le faire patienter plus longtemps entre sa demande et votre réponse. Il va donc devoir apprendre à réguler ses tensions internes par lui-même . Il va prendre conscience que vous êtes deux êtres distincts.

Généralement, on peut dire que cette phase débute vers les 8 mois de l’enfant. Cela corrèle avec l’apparition de l’angoisse de la séparation. Alors qu’il pensait être en fusion avec vous, il comprend que vous êtes deux êtres séparés ce qui peut être anxiogène pour lui.

Bien évidemment, cette conscience de soi s’élabore avec le temps. Il y aura aussi, plus tard dans son développement, une phase d’opposition. On parle souvent du « terrible two ». À cette période de sa vie, l’enfant cherche à s’émanciper et à s’affirmer comme un être à part entière et unique.

Bref, vous l’aurez compris : la vie du jeune enfant est jalonnée d’acquisitions qui lui permettront, avec le temps, d’arriver à la fameuse conscience de soi. À l’utilisation du « je ». À l’élaboration du « moi ».

Que va faire mon bébé à tel âge ? Quels jeux lui proposer ? Comment l'accompagner ? Découvrez toutes vos réponses avec le kit éveil bébé. Écrit par une éducatrice de jeunes enfants, vous obtiendrez toutes vos réponses au même endroit.

Différentes étapes langagières dans la conscience de soi.

Pour qu’un enfant prenne conscience de lui-même, il doit notamment élaborer cette notion par ses mots. Je ne sais pas si vous l’avez observé mais l’enfant ne parle pas directement de lui en disant « je ». Au début de l’acquisition de la parole, l’enfant dire « le bébé ». Petit à petit, il dira son prénom. Enfin, il utilisera le « je ». Généralement, un enfant est en capacité de parler à la première personne du singulier vers ses trois ans.
Mais bien sur, cela lui demande du temps.

Pour l’aider dans cette élaboration langagière, je vous invite à l’appeler par son prénom. Il n’est absolument pas contre-indiqué d’appeler votre enfant par des petits noms doux. « Mon bébé, mon poussin, mon chéri, un surnom… » Tout cela est possible. En revanche, je pense qu’il est important que l’enfant puisse aussi entendre son prénom régulièrement. J’ai connu en enfant qui, avant d’utiliser le « je », s’appelait « Yoyo ». Ce n’était pas son prénom mais bien un diminutif de ce dernier. Il avait l’habitude d’être appelé ainsi et n’entendait que très peu son vrai prénom. Je ne pense pas que cela soit « grave ». En revanche, je pense que ca peut être un frein dans la construction de sa conscience de lui-même. C’est pourquoi je vous invite à appeler votre enfant par son prénom assez régulièrement. De plus, s’il est confié à des personnes étrangères au cercle familial, il sera appelé par son prénom. Il me semble important qu’il connaisse ce dernier pour être en sécurité avec ces personnes là.

Je vous invite également à utiliser le « je » et le « tu » quand vous vous adressez à votre enfant. Cela l’aidera, par vos mots, à prendre conscience de ce qui est de lui ou de l’extérieur. On a souvent tendance à dire aux enfants « viens, on va faire ça ». On utilise beaucoup le « on ». Pourquoi ? Tout simplement car c’est un tic de langage que nous avons adultes. En revanche, je pense que ça peut être facilitant pour l’enfant que de s’entendre dire « je » et « tu ». Cela l’aidera à prendre conscience de lui-même mais aussi de vous. Par exemple, au lieu de dire : « viens, on va là », vous pouvez préférer cette alternative : « je te proposes d’aller là bas. » Ainsi, vous enlevez cet effet de groupe, cette généralisation souvent présente. N’hésitons pas à mettre en avant les individualités de chacun !

La conscience de lui-même au travers de ses acquisitions corporelles.

Bien évidemment, la conscience de soi passe par la conscience de son corps. Un enfant va avoir besoin d’expérimentations pour prendre conscience des limites de son corps. Et de son potentiel. Au fur et à mesure qu’il s’essaiera, il pourra faire l’expérience de son propre corps. Il n’aura pas la sensation d’être morcelé mais bien unifié. Cette notion lui est fondamentale pour prendre conscience de lui-même.

Je vous invite à lui proposer des activités motrices qui lui permettront de faire des expériences positives concernant son corps.

N’hésitez pas non plus à lui proposer un miroir régulièrement. Je ne sais pas si vous le saviez mais au début de sa vie, l’enfant sourie à l’image qu’il projette dans le miroir car il pense sourire à un autre enfant. Il n’a pas conscience qu’il s’agit de lui. Plus tard, vers 8/9 mois, il va acquérir le fameux « stade du miroir ». Ainsi, l’enfant se reconnait dans le miroir. Il sait que c’est lui. Dans un précédent article, je vous proposais différentes astuces afin de savoir si votre enfant a acquis ce stade ou pas encore.

Lorsqu’il a acquis ce moment là, l’enfant prend conscience que son corps est le sien (et pas le votre). Il prend également conscience de son schéma corporel. N’hésitez pas à lui proposer des parcours moteurs dans cette période là de sa vie. Les acquisitions que nous faisons enfant concernant notre motricité nous suivent toute notre vie…

Pour petit exemple: combien d’entre vous se sont déjà baissés en passant sous un tunnel alors qu’ils étaient en voiture ? Je suis certaine qu’au moins la moitié d’entre vous a répondu par l’affirmation ! C’est un simple geste du quotidien qui met en avant le fait que le schéma corporel que l’on se crée enfant nous suit toute notre vie 😉

Les actions du quotidien qui favorisent la conscience de lui-même.

Il y a également de nombreuses actions à mener au quotidien pour accompagner votre enfant à ce qu’il prenne conscience de sa personne. En voici une petite liste non exhaustive :

  • Mettre des mots sur ses émotions. Cela pourra l’aider à prendre conscience de la singularité de son être. Mais aussi de sa légitimité. N’hésitez pas non plus à lui lire des livres à ce sujet. Je pense notamment à « aujourd’hui je suis » de Mies Van Hout. Ce livre pourra aider votre enfant à mettre des mots sur ce qu’il ressent.
  • Mettre des mots sur vos propres émotions. Ainsi, votre enfant pourra élaborer le fait que vous êtes vous, une personne à part entière. N’oublions pas que la conscience de soi va de pair avec la conscience des Autres.
  • Apprenez à respecter ses désirs. Au fil du temps, votre enfant aura des demandes plus précises. Il saura ce qu’il souhaite ou non. Je vous invite à écouter autant que possible ses besoins. Cela lui permettra de se sentir reconnu comme légitime d’être qui il est.
  • Bien évidemment, n’hésitez pas à mettre aussi l’accent sur le désir et besoins des autres. Pareil, n’utilisez pas toujours le « on » et n’ayez pas de craintes à vous mouiller un peu en disant « je ». Oui, votre enfant est un être unique mais vous en êtes un aussi. Tout comme son frère. Sa soeur. Son père. Le voisin. La voisine. Le chat. Etc…
  • N’hésitez pas à lui mettre à disposition des jeux symboliques qui pourront l’aider à élaborer la « vraie vie ». Il pourra alors se mettre en scène et prendre la place qu’il désire.

Voici donc différentes idées qui vous permettront d’accompagner votre enfant à ce qu’il prenne conscience de lui-même. Bien évidemment, c’est un travail sur la durée. Un enfant élabore qu’il est une personne à part entière grâce à ses expériences quotidiennes. Il ne va pas se réveiller un matin en prenant conscience qu’il est « lui ». Cela prend du temps et s’élabore à tous les niveaux de son développement.

Et vous ? Avez-vous observé des étapes clés qui vous ont montré que votre enfant était en pleine acquisition de cette conscience de lui-même ? Comment l’avez vous accompagné ? N’hésitez pas à venir en discuter avec nous en commentaires !

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Comment aider son enfant à développer sa conscience de lui-même?

  1. 1
    Allegretto

    Je me souviens de mon troisième qui s’amusait à utiliser les diminutifs des prénoms de ses frères (que leur donnaient les copains à l’école). Cela le faisait rire et le rendait fier d’avoir lui aussi son diminutif. Il a eu beaucoup de mal par contre à accepter sa place de petit, il pensait constamment qu’il pouvait faire la même chose que ses frères. Tu as raison de parler des émotions, je pense que ça aide en effet l’enfant à se situer par rapport aux autres. Ils comprennent bien quand on leur dit « je suis en colère », ou « ça va me mettre en colère, tu le sais bien ».

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Merci pour ce retour !
      Les diminutifs plaisent souvent aux enfants en effet, c’est généralement le début des jeux de mots qui leur plaisent bien 😉
      Et puis, concernant les émotions, je pense aussi que de mettre des mots sur les nôtres et les siennes est important au quotidien pour instaurer la notion de « moi » et de « l’autre ». 🙂
      A bientôt,
      Charlotte.

    • 4
      Enfance Joyeuse

      C’est en effet toute une succession d’étapes importantes dont le fameux stade du miroir fait partie 😉 Au début, elle était surement intriguée car peut-être pensait-elle encore qu’il s’agissait d’un autre enfant ? Puis maintenant, elle a surement intériorisé le fait que c’est son reflet et s’en amuse donc 😉
      Merci pour ton retour et à bientôt 🙂

  2. 5
    Workingmutti

    La conscience de soi c’est une étape .. parfois désarçonnante chez les jumeaux. Même si mes fils sont dizygotes ils ont eu du mal à faire la différence entre eux et échangeaient souvent leurs prénoms. Mais ils se reconnaissaient chacun dans un miroir sans problème.

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Oui j’imagine à quel point ce processus est différent pour des jumeaux. Mais je pense qu’au final trouver toutes les similitudes (et se les approprier) leur permet, plus tard, de voir leurs différences et de s’affirmer en tant qu’individu unique. 🙂 Et puis, s’ils se reconnaissaient dans le miroir, cela prouve aussi qu’ils avaient conscience de l’image de leur corps respectif.
      Merci beaucoup pour cet échange enrichissant !
      A bientôt,
      Charlotte.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ce gentil retour !
      Vous avez l’air, en effet, en plein dedans ! La conscience de soi de ton fils est en pleine acquisition s’il utilise déjà le « moi » 😉 Bientôt le « je » 😉
      A bientôt,
      Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *