J’ai choisi d’allaiter mon enfant. #

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, c’est Axelle qui vous livre son histoire de maman allaitante. Elle a fait le choix, malgré ses craintes initiales, les remarques et les embûches d’allaiter sa fille. Elle vous livre, dans ce portrait, son histoire remplie d’amour ! ↓

Allaiter son enfant

« L’enfant ne demande que trois choses, la chaleur des bras de sa mère, le lait de ses seins et la sécurité de sa présence. L’allaitement réunit les trois. » Dr Grantly Dick Read.

Ce portrait n’est en aucun cas dans le but d’accuser ou de faire passer les mamans qui n’ont pas eut le désir ou n’ont pas pu allaiter, pour des mauvaises mères, car chacune agit en fonction de son cœur et sa conscience de maman.

Aujourd’hui je vais me livrer à vous. Je vais vous parler de mon histoire.

Avant même de devenir mère, ou professionnelle de la petite enfance, l’allaitement avait prit une grande place dans ma vie et dans mon cœur. J’avais cette fascination et ce respect envers ces mères qui, déjà pendant 9 mois, donnent leur corps à un si petit être pour lui permettre de grandir, et qui continue tout le long de leur allaitement.

Lorsque que j’ai appris ma grossesse, ce fut une évidence que j’allaiterais mon enfant. Mais alors se sont enchainées des dizaines de questions : « ai-je le mamelon qu’il faut?, aurais-je assez d’énergie, ne vais- je pas perdre pied, comment le papa va faire sa place? » Et j’en passe !! Elles ne m’ont pas quitté pendant 9 mois. Alor, on se rapproche de forums, de sites officiels ou non, de personnes, d’expériences, d’écrits, mais même avec tout ça, il est normal qu’elles restent dans un petit coin de notre tête.

Puis vint alors le plus beau jour de ma vie : la naissance de ma petite et douce Maïna. Dès lors qu’on la mise sur moi, elle a trouvé le chemin de mon sein. Première tétée à 14h : elle a réussit comme une chef. Ce fut le début d’une aventure non pas sans « problèmes », mais notre aventure si belle qu’elle puisse être.

allaiter son enfant

Les premiers jours, il est assez déroutant de voir notre poitrine si souple et ce petit ange téter sans relâche pour avoir ses quelques gouttes de potions magique que l’on appelle colostrum. « Mais est-ce suffisant ? Doit-on compléter avec du lait en attendant la monté de lait ? » Ces deux questions que j’entendais et que j’entend toujours dans mon travail et que je me suis moi-même posées. Chaque enfant et chaque mère sont différents mais dans la mesure du possible, oui c’est suffisant. Il n’y a pas besoin de compléter par du lait artificiel. Car plus votre enfant tétera, plus votre montée de lait sera rapide. Nous sommes liés à eux, un lien invisible et magique entre nos corps et nos esprits. Nous fonctionnons à deux. Et puis la montée de lait ne se fait pas attendre longtemps. Les seins chauds, durs et volumineux arrivent quelques jours après (cela varie selon les femmes).

C’est à ce moment là, que j’ai compris que j’étais prête à tout lui donner, tout le temps qu’elle en aurait besoin.Allaiter son enfant

Les trois premiers mois de l’allaitement, sont, à mon sens, les plus difficiles. Manque de sommeil, descente hormonal, charge de responsabilité qu’engendre le fait d’être mère…

Nous avons passé des longues nuits blanches car Maïna avait un RGO (reflux gastro-œsophagien) qui la faisait terriblement souffrir.

Elle tétait sans relâche, durant des heures, j’étais épuisée parfois même agacée. Mais j’ai tenu.

Cependant, ces petits désagréments sont vite oubliés lorsque son regard transperce mon cœur dès lors où elle est accrochée à mon sein.

Les jours, les semaines passent et là, la question du travail arrive. « Comment vais-je réussir à continuer et à préserver mon allaitement si précieux à nos yeux? »

Ne nous le cachons pas et soyons honnêtes, le système n’est pas très compréhensif pour les jeunes mamans et encore moins pour les mamans allaitantes. Néanmoins nous bénéficions d’une heure allaitement jusqu’au 1 an de l’enfant. « Super  » dirons certaines. Mais nous ne pouvons allaiter nos enfants que jusqu’à leur un an ? Enfin ça, c’est un autre débat…

Allaiter son enfant

J’ai fait le choix de ne pas reprendre le travail aux deux mois et demi de ma fille. Mais il a quand même fallu, un jour, reprendre le chemin du travail…

Boulot, tirage de lait pendant les pauses, fatigue, organisation, remarques… Rien de très facile lu comme ça, mais croyez moi : les retrouvailles et les tétés n’en sont que plus belles.

Aujourd’hui nous sommes à presque 1 an de cette belle aventure, et nous ne sommes pas prêtes de nous arrêter là.

Mais papa dans tout ça ? Papa à tout autant sa place que maman. Ce n’est pas parce que son corps ne lui permet pas de nourrir son enfant, qu’il en est moins son parent. L’allaitement se construit en famille. La plupart des tétées, son père pose sa tête sur mon épaule et nous enlace toutes les deux. Un moment de partage si doux et rempli d’amour… Et ils font tant d’autres choses ensemble : le bain, les jeux, des câlins …

Quand on fait ce choix d’allaiter nos petits bouts, il faut s’armer de courage et d’amour à ne plus en pouvoir.Allaiter son enfant

Vous rencontrerez des gens bienveillants et émerveillés, et puis les autres, les donneurs de leçon, ceux qui vous jugent car vous sortez du lot. Alors que c’est votre vision d’une vie meilleure pour vous et votre enfant. Parce que vous fonctionnez avec vos valeurs et vos envies.

Sachez mesdames, maman allaitante, futures mamans, que vous êtes toutes exceptionnelles ! Ecoutez vous, et rien que vous. Donnez tout l’Amour que vous voulez à votre enfant de la manière que vous pensez être la plus adaptée.

Et vous? Avez vous fait le choix d’allaiter votre enfant?

enfance joyeuse blog parents futurs parents

J'ai choisi d'allaiter ma fille.

 

13 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    WorkingMutti

    Un très joli témoignage, encore :). En tant que maman non allaitante j’ai beaucoup aimé le titre de ton article. Le terme choix montre qu’on peut faire un autre choix que l’allaitement sans être une mauvaise maman :).

    • 2
      Axelle

      Merci pour ce joli commentaire, oui cest un choix avant tout l’allaitement car si nous le prenons comme une obligation il y a de forte chance quil ne fonctionne pas comme on le souhaiterait 🙂

    • 3
      Enfance Joyeuse

      Tellement, tellement d’accord avec toi !!!!! On a le choix. Chaque femme a le choix. On peut vouloir. On peut ne pas le vouloir. Il faut respecter ce choix 🙂 Et ça ne veut absolument pas dire qu’on est une mauvaise mère…. 😉
      A bientôt !
      Merci d’être passée sur le blog !

    • 7
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup Amélie !! Je suis ravie que le portrait d’Axelle te plaises !!!
      Merci d’être passée sur le blog et à très bientôt !

  2. 8
    Eva

    J’avais abordé le sujet de l’allaitement du point de vue du Japon, et comme ici l’allaitement est une évidence, on ne demande même pas a la future maman si elle compte allaiter ou non, on lui dit « vous allaiterez n’est-ce pas? » Avant de venir au Japon je n’avais jamais vu de femmes allaiter, même dans mon entourage, ma famille je ne m’étais jamais posé la question. Au Japon ils sont aussi tres bien équipés, dans les centres commerciaux et les parcs d’attractions, il y a toujours une pièce avec des cabines d’allaitement, un fauteuil dans chaque cabine qui sont séparée par un rideau. Allaiter était aussi gratuit et super pratique car pas besoin de s’encombrer de biberons, de lait en poudre pour sortir, un tablier d’allaitement pour se cacher dans les lieux publics et voila.

    Puis je suis tombée enceinte, je me suis dis que j’allaiterai et verrai comment cela se passera. Les débuts de sont bien passés, et j’ai décidé de continuer jusqu’à maximum 1 an car après je comptais reprendre le travail. A un an j’ai commencé le sevrage, en deux semaines c’était fait, sans pleurs, sans crises, comme une lettre à la poste.
    J’ai adoré allaiter, cette connexion, ce moment à deux, des minutes qui m’apaisaient, ou dans le silence je n’avais d’yeux que pour mon fils. Maintenant il a 4 ans, et j’avoue que parfois ça me manque, si je devais avoir un deuxième bébé je l’allaiterai aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *