Cher Baby blues…

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui il me tient à coeur de vous parler de cette fameuse période post-natale que traverse un grand nombre de femmes : le baby blues. Alors que ce terme est très répandu, on y met parfois toutes les définitions possibles et inimaginables derrière… Ce qui crée des inquiétudes pour les mères en devenir ! « Vais-le vivre obligatoirement ? Comment m’en sortir ? » et tant d’autres ! C’est pour cela que j’ai eu envie de faire un article à ce sujet ! Prêts ? C’est parti ↓

baby blues

Au final, qu’est ce que le baby blues ?

Il s’agit d’une période très courte (quelques jours) qui peut survenir à la naissance de son enfant. Même si on ressent beaucoup de bonheur quant-à l’arrivée de notre bébé dans notre vie, on peut ressentir comme un « passage à vide ». On ressent alors des sentiments ambivalents. Certains qualifient cette période comme une sorte de « déprime ».

Il faut savoir que le baby blues est un état fréquent chez les femmes qui viennent d’accoucher. Il y aurait entre 50 et 80 % des toutes jeunes mamans qui le vivraient.

En revanche, il ne dure que très peu de temps. Il doit rester éphémère. Les changements d’humeur, les pleurs inexpliqués et la tristesse disparaissent dans les quelques jours suivant la naissance (jusqu’à une dizaine de jours maximum).

Comme vous l’aurez compris, il est possible que vous le viviez à la naissance de votre enfant mais rien est moins sur. Cela dépendra de votre état intérieur. Rien est écrit à l’avance 🙂

Pourquoi je me sens comme ça ?

Il y a tout un tas de raisons qui peuvent expliquer ce sentiment qui vous habite ! Tout d’abord, vous pouvez avoir ce qu’on appelle le « contre coup » de la naissance. Et c’est tout à fait normal !

Tout d’abord, votre corps a changé. Alors que vous portiez votre bébé en vous, le voilà à vos côtés. Vous devez réapprendre à apprivoiser ce corps qui vivait, jusqu’alors, en fusion avec votre bébé. Bien évidemment, les douleurs post-natales liées à l’épisiotomie ou bien à votre césarienne jouent un rôle important dans ce sentiment de mal-être, de baby blues.

Ensuite, il y a des raisons émotionnelles qui expliquent votre ressenti. Durant toute votre grossesse, vous aviez de nombreuses hormones dans le corps. Durant l’accouchement, et à l’arrivée du bébé, certaines d’entre elles ont redoublé d’efforts. Un fois le bébé tout contre vous, vous vivez donc un vrai remaniement hormonal quand le taux de vos hormones descend en flèche. Et je n’ai pas besoin de vous préciser à quel point nos hormones peuvent avoir un impact sur notre moral…

Enfin, il y a de nombreuses choses qui se jouent sur le plan psychologique. Ça y est, votre bébé est là ! Il n’est plus dans votre ventre ! Et cette transition s’est faite en quelques heures ! Imaginez l’intense nouveauté que vous venez de vivre ! Vous devez dire adieu à un état de fusion, de partage avec ce bébé. Vous devez accepter le fait qu’il ne soit plus dans votre ventre. Et vous devez, en plus de tout cela, accepter que cet enfant ne soit pas exactement celui que vous avez rêvé. Se sont des sentiments normaux.

En parallèle, vous avez une toute nouvelle injonction. Vous êtes maman. Vous devez prendre soin de cet être fragile. Il est donc normal que cette nouvelle responsabilité vous fasse paniquer même si vous vous y étiez préparée.

Vous l’aurez donc compris, il y a de nombreuses raisons qui peuvent expliquer votre baby blues. Je sais que c’est facile à écrire et plus dire à accepter mais je vous invite à ne pas vous culpabiliser. Vous avez le droit de ressentir tous ces sentiments ambivalents même si vous êtes « censée vivre le plus beau jour de votre vie ». N’écoutez pas les injonctions sociétales. Vous vivez ce moment avec ce que vous avez en vous. Et vous vous débrouillez très bien ! Savez-vous que certains médecins disent même que le baby blues est bénéfique ? Ils expliquent que c’est un état qui peut s’avérer nécessaire pour les femmes. En effet, il permettrait de faire le lien et le passage entre l’état de grossesse et de la nouveauté d’être maman. Il serait un moyen facilitant pour les jeunes mamans, comme pour faire « le deuil » de cet état de grossesse. (Je vous sens rassurée là non? 😉 )

Quels sont les symptômes d’un baby blues ?

Il y a autant de symptômes que de femmes. Le baby blues n’est pas une maladie et chaque mère réagit donc avec son propre bagage. En règle générale, on retrouve : la perte d’appétit passagère, la mélancolie, la tristesse, l’humeur changeante, les pleurs.

Ce qui est commun à toutes ces femmes en revanche, c’est la durée de leurs symptômes. Ils ne doivent pas excéder quelques jours. Comme je vous le disais, ce n’est pas une maladie mais plutôt une réaction post-natale. Ainsi, au delà de ces quelques jours, il pourrait y avoir un mal être plus profond. Il semble donc alors nécessaire de consulter un médecin.

Dans tous les cas, il a été prouvé que le baby blues n’intervient pas dans vos relations avec votre bébé ! N’ayez crainte ! Il s’agit d’un événement limité dans le temps, très court. Il ne peut pas impacter profondément votre lien mère-enfant. 🙂

Quelles solutions au baby blues ?

Il n’y a pas de traitement à proprement parlé ni de psychothérapie à envisager. En revanche, il semble important d’en parler autour de soi. Vous avez le droit de le vivre. Vous avez le droit de vous confier. N’hésitez pas à en parler au personnel de la maternité. Il est formé pour et pourra vous orienter vers le psychologue du service si vous en ressentez le besoin. Pareil, votre conjoint peut devenir une oreille attentive. N’hésitez pas à poser des mots. N’ayez pas de honte. De nombreuses femmes passent par là.

Vous pouvez également essayer de prendre soin de vous. Je pense notamment aux exercices de sophrologie, de réflexologie ou de méditation qui vous permettraient de vous apaiser. Si vous avez essayé des préparations à l’accouchement qui vous ont initié à ces pratiques, vous pouvez peut-être les essayer durant cette période délicate ?

J’espère avoir répondu à vos questions concernant le baby blues. N’hésitez pas à m’en poser d’autres en commentaires si ce n’est pas le cas !

Et vous ? Avez-vous vécu le baby blues ? Quels ont été vos « trucs » pour le dépasser ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Alors que le baby blues est un terme commun, sa réelle définition reste souvent méconnue. Qu'en est il vraiment ?

12 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    petitsruisseauxgrandesrivieres

    J’ai fait un baby-blues bref mais assez fort pour mon aînée, mais pas pour les suivants. Par contre j’ai fait une mini-dépression à l’arrêt de l’allaitement -qui était pourtant très galère – pour mes deux derniers. On n’en parle quasiment jamais, mais hormonalement la descente est très brutale au sevrage et j’ai eu 15 jours très difficiles, à chaque fois.

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Merci de le préciser, on peut faire un baby blues pour un enfant et pas pour un autre.
      Et puis comme tu le dis, à l’arrêt de l’allaitement, toutes les hormones s’en vont très rapidement et il n’est pas rare que ce ressenti de « baby blues » arrive à ce moment là :S
      Ça n’a pas dû être des périodes évidentes pour toi…
      Merci d’avoir partagé ton vécu ici,
      A bientôt,
      Charlotte.

  2. 3
    Madame Bobette

    J’ai eu un genre de baby-blues mais plusieurs jours voire semaines après la naissance de Tess. Ca a duré une quinzaine de jour par période dans la journée. L’impression de vide et que je ne pourrai plus jamais être aussi heureuse qu’on ne l’avait été ces derniers jours. La peur de recevoir une claque et que ce bonheur ne soit que de courte durée. C’est très bizarre de savoir qu’on a tout pour être heureux mais qu’on y arrive pas. C’est même effrayant. Heureusement, ça n’a pas duré 🙂

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Ça a du être très douloureux pour toi comme vécu.. Et puis aussi le fait d’être impuissante face à ce ressenti…
      Heureusement que ça n’a pas duré !
      Merci pour ton partage !
      A bientôt,
      Charlotte.

  3. 5
    Happy and Baby

    J’ai connu un baby blues éphémère, comme beaucoup de femmes. Ma « solution » ? Ne pas essayer de lutter contre, juste m’allonger et pleurer en attendant que ça passe. Je pense qu’il est assez compliqué de lutter contre les hormones alors j’ai juste attendu que ça passe 😉

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Merci pour ton partage d’expérience !
      C’est vrai qu’au final, il n’existe pas de « solutions miracles » et tu as bien fait de le gérer à ta façon, comme ça te convenais !
      A bientôt,
      Charlotte.

  4. 7
    Workingmutti

    Je suis carrément passée par la dépression post-partum donc on est encore dans autre chose. J’avoue que je ne connais pas trop le baby-blues en tant que tel. Mais, à mon avis, peut être que si les papas pouvaient être présents à la maternité H247 (si cela est possible et que le couple le souhaite) cela pourrait aider la maman à se reposer, prendre soin d’elle, mais aussi avoir une personne de confiance avec qui traverser ces moments difficiles.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      J’imagine comme ça a du être dur pour toi.. La dépression post-partum est très difficile à vivre.
      En effet, je pense que la présence du papa peut être salvatrice. Sa place est de plus en plus reconnue dans les maternités et c’est super !
      Merci pour ton retour !
      A bientôt,
      Charlotte.

  5. 11
    Maman Chamboule Tout

    J’ai eu la chance de ne pas connaître de baby blues, d’après ce que j’ai lu cela peut être dû à l’allaitement, ou tout simplement un coup de chance… En revanche j’ai déjà entendu parler de ce qu’évoque petits ruisseaux grandes rivières, je sais que c’es t’en partie pour cette raison que les conseillères en lactation recommande un sevrage très progressif…

    • 12
      Enfance Joyeuse

      Et oui, si la maman décide d’allaiter son enfant, les hormones restent présentes dans son corps. Ainsi, elles ne s’en iront que quand cette dernière arrêtera l’allaitement. Je comprends donc pourquoi ça peut survenir à ce moment là et aussi ce conseil de faire un sevrage très progressif.
      Merci pour cette info très intéressante !!!!
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *