Louise, son bébé surprise, son bébé miracle. #

Ia Orana (bonjour en tahitien) ! Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour le portrait de Louise qui habite en Polynésie française. Cette femme pensait qu’elle allait devoir traverser un long chemin avant de pouvoir donner la vie. Finalement, son « bébé koala » s’est invité par surprise, comme un miracle, dans sa vie. Leur histoire est pleine d’espoirs et d’optimisme. Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse découvrir son portrait. ↓

bébé surprise bébé miracle

Chère Louise, peux-tu te présenter à nous ?

Je m’appelle Louise, j’ai 28 ans et je suis maman depuis le 27 septembre 2018 ou plutôt depuis le 30 janvier 2018. C’est le jour où j’ai appris qu’un petit être s’était invité dans mon bidou.

J’ai grandi dans une petite ville du Cantal, à la campagne. Je vis depuis juillet 2013 à Tahiti, en Polynésie Française, au milieu du pacifique. Je suis partie pour rejoindre l’amour qui avait décidé de quitter la métropole pour partir à l’aventure. Depuis on est tombés amoureux de ce
lieu où le sourire est quotidien et on a décidé de poser nos valises sur le long terme.

Avec l’amoureux on est en couple depuis bientôt six ans.
Sinon je suis éducatrice spécialisée, je travaille dans la protection de l’enfance avec des enfants et des familles qui rencontrent des difficultés diverses et variées. L’amoureux est quant-à lui infirmier.
Nos métiers respectifs nous ont permis d’avoir une situation stable assez rapidement. L’envie d’investir et de créer notre « cocoon » s’est installée assez naturellement. Pour nous, il n’était pas question d’avoir des enfants si on n’avait pas un socle solide. Remarquez, nous ne nous
projetions pas forcément en tant que parents tout de suite ;).

Avant de donner naissance à ton fils, tu as eu de gros soucis hormonaux, peux-tu nous en dire plus ?

Cette grossesse est assez miraculeuse pour moi. En effet, en juin 2017, je me suis fait retirer une trompe à la suite d’un kyste tubulaire mal pris en charge par les urgences… Résultat 72h après, ma trompe avait vrillé et nécrosé (bon je suis « dure au mal » et c’était un long week-
end).

Mais déjà avant cet épisode je m’étais faite opérée d’un kyste dermoïde assez imposant (aussi gros qu’une orange paraît-il). L’opération s’était bien passée mais il me semblait qu’elle avait un peu fragilisé mon ovaire.

Je suis donc sujette aux kystes divers et variés depuis mon adolescence, ils partent, ils reviennent… Pendant près de 5 ans j’ai porté un stérilet en cuivre, donc sans hormone. Je n’ai
pratiquement jamais ovulé pendant cette période, deux à trois fois maximum dans l’année.

Autant vous dire qu’on était prévenus que le jour où naîtrait notre désir d’enfant nous rencontrerions certainement des difficultés à concevoir celui-ci.

Donc imaginez avec une trompe en moins…

Suite à ces épreuves, j’imagine que tu pensais que vous devriez passer par une PMA (procréation médicalement assistée) pour concevoir un enfant ?

Je suis de nature optimiste mais il est vrai que je ne pensais absolument pas concevoir un enfant naturellement aussi aisément. Je me voyais déjà faire le parcours du combattant, piqûres d’hormones, etc… Après mon intervention en 2017, on m’a proposé de reprendre la
pilule. Au vu de mes antécédents médicaux et du fait que je n’ovule pratiquement jamais, on a pris la décision avec l’amoureux de ne plus prendre de contraception.

On était prêts à fonder notre famille mais on se disait aussi que ça ne se ferait pas comme ça. On était persuadés de devoir être aidés.

Et pourtant… En janvier 2018 nous avons appris qu’un petit être s’était invité dans mon bidou. Visite de contrôle chez mon gynéco, je lui raconte un peu mes dernières aventures… On venait de rentrer de vacances en métropole (pendant l’hiver) donc +5kg sur la balance, je sortais d’une petite gastro etc… Il fait son examen et m’annonce la grande nouvelle.

Je n’en revenais pas, moi qui m’attendais à un nouveau kyste, une nouvelle opération…Quand j’ai entendu son petit cœur battre, le temps était comme suspendu. J’ai retenu mes larmes mais je bouillonnais intérieurement. J’étais un peu sidérée, très contente mais aussi complètement déboussolée. Je suis rentrée à la maison comme si de rien n’était, sauf quelques larmes d’émotion et j’ai réfléchi à comment l’annoncer au futur papa.

Et alors, comment l’a t’il réagi ?

Lorsqu’il l’a appris, le futur papa n’en revenait pas, il a cru que je lui faisais une blague… Comment rire avec ce genre de chose, surtout au vu de notre situation ? Il était très ému. Je ne sais pas s’il se rendait compte de ce que cela signifiait mais il était heureux. Bon après le
contre coup, j’ai eu le droit à : « je veux profiter un peu, après il va falloir que j’assure etc… ».

Il me faisait rire, il était comme un p’tit ado… Console etc… Il a été très soutenant pendant toute ma grossesse. C’est un vrai pilier pour moi, pour nous.null

Cette grossesse semble avoir été une révélation pour toi, une leçon de vie
presque, qu’en penses-tu?

Je crois que tu as raison, cette grossesse m’a révélé. Moi qui était stressée d’un rien, qui avait du mal à prendre du recul, à lâcher prise… J’ai très vite adopter l’attitude : « maman zen, bébé zen ». Si je ne le faisais pas pour moi, il fallait que je le fasse pour lui. Alors concrètement, je n’ai pas eu de crainte pour le déroulement de ma grossesse. J’étais certaine
que tout se passerait bien. Si la nature m’avait fait ce cadeau, alors rien ne pourrait venir gâcher ce merveilleux don. Je me devais de tout mettre en œuvre pour que cela se passe bien et ça passait par la pensée positive.

J’ai aussi eu la chance d’être énormément suivie par mon praticien et ainsi d’être rassurée mensuellement sur l’évolution de mon petit koala.

C’est exactement ça, ma grossesse est une leçon de vie. J’ai pris conscience de ce qui était important (pour moi) dans la vie : vivre le moment présent. Cela veut dire ne pas s’attarder sur des petits détails mais cultiver la bienveillance, la tolérance, le bien-être et surtout la pensée positive. Parce que oui, ça se cultive. J’ai décidé de ne voir que les bons côtés des
choses. Alors cela ne m’empêche pas d’être réaliste bien entendue mais je prends du plaisir dans des choses simples et je n’envie pas les autres, je suis heureuse pour eux. J’ai fais beaucoup de yoga et de méditation durant ma grossesse, j’avais l’impression de me connecter davantage avec mon bébé. J’ai eu l’impression de le sentir très tôt bouger, au 3 ème mois j’en étais certaine c’était lui que je sentais et non de « simple » gargouillis. Cette connexion était incroyable…

On sent cette fusion dans tes mots ! Et puis le grand jour est arrivé ! Vous avez rencontré votre bébé ! Un petit mot sur ton accouchement?

J’ai eu un super accouchement. Vraiment. Totalement à l’inverse de ce que j’avais« prévu » mais c’était presque une évidence que dans tous les cas, rien ne se passe jamais comme on le prévoit. J’ai la chance d’avoir mon compagnon qui est infirmier et d’avoir accouché dans la clinique où il exerce. J’étais déjà rassurée par les professionnels qui sont intervenus et ils ont tous été très soutenant (sages femmes, infirmières, aide soignante etc…).

Dans l’idéal, je voyais le travail commencer « tranquillement » à la maison, je me voyais faire mes exercices de respirations, de yoga… prendre une douche chaude dans un lieu connu, dans un lieu sécure, entouré de mon amoureux. Descendre à la clinique lorsque je sentais vraiment que les contractions s’intensifiaient et accoucher bien entendu, le plus naturellement possible, sans péridurale….

Autant vous dire que rien de tout ça ne s’est passé. J’ai été déclenchée à 41s +1. Il faut savoir qu’en Polynésie les femmes accouchent à 40
semaines. Bon j’ai essayé de négocier des jours en rabe mais le gynéco ne préférait pas tirer sur la corde. J’ai mis 12h avant que mon col décide enfin de s’ouvrir. J’ai eu des petites contractions toute la journée et elles se sont intensifiées en fin de journée. Au bout de 2h/2h30 mon col était
ouvert à 4cm, on m’a descendu en salle de travail et ma super anesthésiste m’a demandé si je voulais la péridurale. Là, j’ai réfléchi 2 secondes et j’ai même demandé à l’amoureux ce qu’il en pensait… C’est pour dire comment elles étaient intenses ces foutues contractions… Bon, je
pouvais pas tenir allongée et il fallait que je fasse le monito, j’étais creuvée alors j’ai dis oui pour la péri. Pour mon bébé. Pour pouvoir être disponible et en forme pour l’aider à venir nous rencontrer. J’ai eu la chance d’avoir une péri demi dosée, avec un système de pompe où
je gérais la dose d’anesthésiant. J’ai pu me reposer un peu, être en forme pour accompagner la naissance de mon fils et surtout sentir tout ce qui se passait, sans douleur.

Au bout de 25 minutes (petit Koala avait le cordon autour du cou…), nous avons fait la rencontre avec la prunelle de nos yeux, notre petit bonhomme. Il est rapidement parti avec son papa pour prendre un peu d’oxygène et être aspiré (un peu angoissant pour moi j’avoue) et puis ils sont tous revenus pour terminer le peau à peau et faire la mise au sein. Pour l’heure,
c’est le plus beau jour de ma vie. Enfin je rencontrais celui qui m’avait fait tant changer, celui qui m’a permis de me rendre compte que nous pouvons choisir d’être heureux et de distribuer un peu de chaleur autour de nous. Je rencontrais celui qui m’avait fait maman, celui pour qui je donnerais tout.

Et d’une belle surprise, tu es devenue maman. Comment as tu vécu ces premiers mois ?

Cela fait maintenant deux mois que je suis maman. Au début j’avais un peu peur du changement qui allait s’opérer après l’accouchement. J’ai vraiment été hyper épanouie durant ma grossesse alors j’appréhendais un changement d’état. Je vous rassure rien n’a changé ;).

Je n’ai pas perdu mon sourire et ma bonne humeur quotidienne. Je remercie la vie de nous avoir permis de fonder notre famille. Tu n’es pas sans savoir que mon petit Koala a eu des coliques et des reflux… Ca n’a pas
toujours été évident pour moi, pour nous, de voir notre petit chat souffrir et ne pas réussir à le soulager. Malgré tout on s’est relayé sans cesse avec l’amoureux pour lui apporter tout notre amour et notre soutien (par des paroles rassurantes, des câlins et des bisous).

Je m’épanouie chaque jour dans mon rôle de maman, on apprend tous les jours à décoder notre Koala et on essaye de répondre au mieux à ce que nous pensons être ses besoins ;). Notre fils a besoin de proximité, de nos bras ou de rester au sein pour être rassurée alors je lui offre tout ça. Je suis la plus heureuse des femmes, des mères, des mamans. Je me sens
soutenue par mon conjoint et le développement de mon fils me rassure sur ce que nous tentons de lui apporter au quotidien. Je ne suis pas parfaite, il y a des moments de doutes, de pleurs mais ils sont très rare comparés aux moments de joie et de bonheur intense.

Pour finir, aurais-tu envie de laisser un message aux mamans qui vont lire ton portrait?

Je voudrais dire à vous toutes que vous êtes toutes formidables, croyez en vous les filles. Vous méritez toutes d’être heureuses. Pour celles qui luttent pour devenir mère, vous êtes courageuses, ne perdez pas espoir, je suis la preuve vivante que cela peut arriver malgré les
épreuves. Il y a toujours un moment de bonheur qui nous est réservé. Je suis de tout cœur avec vous.

Merci pour ces mots plein d’espoirs. Je pense notamment à MarieAlexandra et Aurélie.

Merci beaucoup pour ce beau portrait rempli d’optimisme Louise. Je vous souhaite plein de bonheur en Polynésie !

enfance joyeuse blog parents futurs parents
L'histoire de Louise qui s'attendait à devoir vivre le parcours du combattant pour donner la vie et qui finalement, a reçu un bébé miracle. Une belle surprise !

12 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Louise

    Je voudrais te remercier Charlotte pour la place que tu fais à toutes ces femmes, méres ou non. Pour l’espace de parole que tu proposes et qui nous permet d’exprimer un bout de nous, le plus sincérement possible. Merci aussi pour la personne bienveillante que tu es. Vraiment. Affectuesement. Louise

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Merci infiniment Louise pour ton message qui me va droit au coeur. MERCI !
      J’ai vraiment ouvert cette section de portraits dans ce but. Alors ça me touche des retours comme le tien !
      Je te remercie aussi pour ce très beau témoignage que tu nous a livré. Il m’a touché en plein coeur !
      A très bientôt Louise,
      Plein de belles choses pour ta petite famille,
      Charlotte.

    • 6
      Enfance Joyeuse

      Je suis bien d’accord : il donne l’espoir et le courage de continuer à y croire !
      Je te souhaite vraiment que cette année vous apporte ce bébé tant attendu,
      A bientôt,
      Charlotte.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Oui, une très belle histoire. Et, je suis d’accord, que d’optimisme et de zen attitude chez Louise !
      A bientôt,
      Merci pour ton commentaire !
      Charlotte.

  2. 11
    Alexandra

    Magnifique témoignage qui donne espoir, j’en ai pas les mots. Plein de bonheur à Louise et sa petite famille. Et merci à toi Charlotte pour ce beau partage 💛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *