Comment aider bébé à mieux dormir ?

Bonjour à tous ! Comment allez-vous ? Je vous retrouve aujourd’hui pour aborder une question que vous me posez très souvent : comment aider mon bébé à mieux dormir ? Je sais à quel point les questions de sommeil sont sensibles. Et comme il vous est difficile de trouver des solutions. J’avais donc envie de vous écrire cet article pour vous proposer des pistes, qui je l’espère, vous seront utiles !

Comment aider bébé à mieux dormir ? Que mettre en place ?

Un sommeil qui se construit au fil des années.

Nous connaissons tous le fameux adage « un bébé rallonge les jours, raccourcit les nuits et multiplie le bonheur ». Il parle, je pense, à bien des parents !

Les endormissements compliqués, les nuits plus courtes, les réveils nocturnes, les cauchemars, sont autant de difficultés de sommeil que vous pouvez rencontrer avec votre enfant. Je sais que cela est difficile pour vous. J’en ai réellement conscience. Passer de mauvaises nuits, tous les jours, nous impacte au quotidien. Je ne minimiserai jamais à quel point c’est compliqué pour vous.

Pour autant, il me semble important de mettre en perspective ce qu’il se joue du côté de votre enfant.

Quand il vient au monde, il ne différencie pas le jour de la nuit. Ses périodes de sommeil sont assez courtes. Comme pour nous, ces dernières sont composées de cycles. Au début, il n’arrivera pas à les enchainer. Il ne dormira que quelques minutes / heures d’affilées. Petit à petit, il va être en mesure de joindre ses cycles entre eux… Et de dormir bien plus longtemps ! Pour autant, on ne peut pas attendre qu’un enfant de 6 mois fasse les mêmes nuits qu’un adulte. C’est physiologiquement impossible pour lui.

De ce fait, petit à petit, les cycles de sommeil de votre enfant vont s’allonger et ressembler de plus en plus aux nôtres. Vers 15 mois, chaque phase de sommeil sera alors composée des éléments suivants : endormissement, sommeil lent léger, sommeil lent profond, sommeil des rêves, période de latence.

Mais comme vous vous en doutez, il n’y a pas d’âge précis où un enfant acquiert le même sommeil que l’adulte ou tout du moins : qu’il est capable d’enchainer les cycles comme nous afin de faire une nuit « d’une traite ».

À chaque âge, des difficultés différentes.

Pour autant, même si votre enfant développe ses cycles de sommeil (et est en capacité physiologique de dormir plus longtemps d’affilée), les difficultés de sommeil ne disparaissent pas toujours.

Il faut savoir que durant le sommeil de l’enfant se joue bien des craintes et des angoisses. Se laisser aller dans son sommeil, c’est accepter de se séparer de vous à la fois physiquement mais aussi psychiquement. Ce n’est donc pas facile pour les enfants qui vivent, par exemple, une période d’angoisse de la séparation. Pour eux, la séparation due au sommeil rajoute à cette angoisse déjà présente en journée. S’autoriser à s’endormir peut donc leur être très difficile.

En parallèle, pour les enfants plus grands, les peurs liées au noir peuvent être omniprésentes. Au travers de leurs rêves et cauchemars, c’est toutes leurs craintes qui prennent forme.

Bref, vous l’aurez compris : le sommeil est un sujet complexe… Et dans ce sens, il est difficile de trouver des solutions miracles ! D’ailleurs, ceci m’amène au point suivant…

Et les solutions miracles dans tout ça ?

Comme je vous l’expliquais, le sommeil est un vaste domaine complexe. Chaque enfant est différent. Chacune de leurs difficultés liées au sommeil est presque unique. Il n’existe donc pas de solutions miracles qui puissent exister et fonctionner sur tous les enfants.

On a beaucoup entendu parler de la méthode 5/10/15 pour faciliter les endormissements. De nos jours, il a été démontré que laisser pleurer son enfant n’est pas bénéfique (ni pour lui, ni pour vous).

Même si cette méthode n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres, je vous invite vivement à éviter les livres, méthodes et conseils qui vous promettent des nuits sans pleurs en quelques jours.

Cependant, je pense qu’il y a une MULTITUDE de petites choses à penser pour améliorer les nuits de votre bébé. Si, si, je vous assure !

Aider bébé à mieux dormir en ritualisant son sommeil.

Je vous en ai déjà parlé mais les routines et les repères sécurisent les enfants. Même tout-petits, ils peuvent avoir un impact considérable sur eux… Et leur sommeil ! Ainsi, n’hésitez pas à instaurer un petit rituel de bonne nuit (un massage, une histoire…). Cela permettra à votre enfant de se préparer à son endormissement à venir. De la même façon, si votre enfant se réveille dans la nuit, n’hésitez pas à le sécuriser avec des petits rituels. J’ai rencontré une maman qui m’a expliqué qu’elle allumait toujours une petite veilleuse en venant voir son fils durant sa nuit. Il buvait un peu puis quand elle éteignait la veilleuse, il repartait dans son sommeil. Qu’importe la manière dont vous ritualisez votre bébé, cela aura pour but de le sécuriser. De le rassurer. Et de l’aider à grandir.

Augmenter les chances d’auto-réconfort de votre bébé.

L’auto-réconfort est la capacité que développe votre bébé pour retourner, de lui-même, dans son sommeil. Par exemple, en tant qu’adulte, il est possible qu’on se réveille pendant la nuit. On arrive alors à se rendormir seul. C’est ce qu’on appelle la capacité d’auto-réconfort.

Pour aider votre enfant à acquérir cela, vous pouvez lui permettre d’investir un doudou. Je vous avais déjà parlé de l’intérêt de ce dernier pour votre tout-petit. S’il est en libre accès dans son lit, cela pourrait faciliter son sentiment de sécurité pour lui permettre de se rendormir tout seul.

De la même façon, si votre enfant se réveille afin de vérifier que « vous êtes toujours là », n’hésitez pas à aller le voir. Cependant, vous pouvez essayer de le rassurer sans forcément le lever de son lit par exemple. Si seule votre présence près de lui et vos mots le rassurent, cela est un premier pas vers l’auto-réconfort. Bien sûr, si votre enfant a besoin de vos bras, n’hésitez pas à le bercer. C’est qu’il n’est pas encore prêt.

Et je le rappelle : un bébé qui est rassuré tout-petit acquiert des bases solides pour la suite. Il n’en sera pas plus dépendant en grandissant. Au contraire ! Il aura été suffisamment sécurisé pour le faire de lui-même par la suite.

Aider son bébé à mieux dormir en pensant son environnement.

Je suis certaine que certains d’entre vous utilisent la chambre de leur bébé comme unique lieu de sommeil. Parfois, le simple fait d’y passer du temps en journée, de faire vivre cette pièce et de l’associer à des moments plaisants et non pas uniquement à la séparation de la nuit peut être salvateur ! Ainsi, votre bébé pourra mieux y dormir.

Il se peut également qu’une veilleuse soit d’un grand secours. Ou une peluche à bruits blancs par exemple.

Si vous êtes à la recherche de conseils concernant l’aménagement de la chambre de votre bébé, je vous invite à lire les articles liés au sommeil du site « oh bébé ». Ils sont très bien pensés !

S’écouter et se faire confiance.

Le dernier conseil que je pourrai vous donner est celui de faire confiance à votre instinct. Il saura toujours vous guider.

On entend beaucoup parler du problème de sommeil des bébés. D’ailleurs, il n’est pas rare que quelques mois après la naissance de leur enfant, on demande aux mamans « s’il dort bien » ou « s’il fait ses nuits ». C’est une pression considérable que l’on vous met sur les épaules très tôt. Cependant, il se peut que le sommeil de votre bébé ne soit pas problématique pour vous… même s’il dort de manière hachée et seulement quelques heures la nuit. À chacun ses limites. Ne laissez pas les autres créer un problème qui n’en était pas un pour vous.

De la même manière, ne laissez pas les autres vous dire ce que vous devez faire ou non avec votre bébé. On entend beaucoup de choses autour du cododo par exemple. Si c’est une pratique qui vous séduit et avec laquelle vous êtes à l’aise : foncez. Si, au contraire, ça ne vous parle pas : c’est que ce n’est pas fait pour vous.

En terme de sommeil, et pour aider bébé à mieux dormir, il y a donc bel et bien des petites astuces à penser et à mettre en place mais les meilleurs conseils à écouter sont ceux qui viennent de votre coeur de parent.

Et chez vous comment ça se passe ? Des petites astuces à partager avec nous ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
Comment aider mon bébé à mieux dormir ? Que puis-je faire ?

Ce texte a été écrit en collaboration avec « Oh bébé ».

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Je suis complètement d’accord avec toi.
      Le sommeil est notre pilier à tous pour passer de bonnes journées.
      Et pourtant, c’est un sujet si sensible avec les tout-petits.
      Partageons nos astuces et entraidons nous 😀
      A bientôt,
      Merci pour ton message !

  1. 3
    WorkingMutti

    Je pense que le plus dur pour les parents ce sont les « retours en arrière ». Faire ses nuits, ce n’est jamais jamais garanti. Mes aînés ont dormi d’une traite vers leur premier mois. Et puis, les réveils nocturnes ont recommencés …. vers 3 ans !

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Merci de le préciser : en matière de sommeil, rien n’est « jamais gagné ».
      Comme je le rappelle souvent, le sommeil « se vit ».
      Merci pour cette précision,
      A bientôt,
      Charlotte.

    • 8
      Enfance Joyeuse

      Je pense aussi qu’un enfant a réellement besoin de se sentir en sécurité pour dormir sereinement.
      Et comme tu le soulignes, laisser pleurer un bébé ne me semble pas être une solution bénéfique pour lui.
      Merci à toi pour ton message,
      A bientôt,
      Charlotte.

  2. 9
    Maman Chamboule Tout

    Chez nous, nous utilisons l’astuce que tu n’as pas cité : le cododo ! Je suis consciente que cette solution ne plait pas forcément à tout le monde et je comprends. N’empêche que pour une faire une bonne nuit complète, ça fonctionne souvent plutôt bien !

    • 10
      Enfance Joyeuse

      Je ne l’ai pas cité comme une astuce car pour moi, c’est un choix au même titre que faire dormir un enfant dans sa chambre ou pas, dans un lit à barreau ou au sol etc. Donc pas une astuce « à part entière » mais plus un choix individuel.
      Après, je comprends tout à fait que tu le perçoives ainsi. Le cododo peut permettre des nuits bien plus sereines. Il permet à l’enfant d’être ré-assuré par l’odeur de ses parents et le bruit de leur respiration notamment.
      Mais comme tu le soulignes, ça ne correspond pas à tout le monde 🙂
      Merci pour ce partage !
      Je suis certaine que ton commentaire donnera de nouvelles pistes à d’autres parents 😉

  3. 11
    une mummy

    A mes yeux, le sommeil du bébé est très très important dans l’équilibre familial. Que de conséquences liées à la fatigue des parents! Ici, on a du bol: deux enfants très rapidement bons dormeurs nocturnes: La Bête faisait des nuits de 8h à trois semaines de vie et Numérobis a fait ses premières nuits à deux mois et dort actuellement 13h par nuit, avec seulement un biberon vers 6h.
    Pour ce faire, on ne s’est jamais mis la pression et avons accepté qu’un bébé dorme peu/n’importe quand/de manière irrégulière. Nous avons aussi dès le retour de la maternité, encouragé la différenciation jour-nuit en les faisant faire la sieste dans l’atmosphère de la maison et avec de la lumière et les nuits dans le calme et l’obscurité. On ne les a jamais laissés pleurer: pour les micro-éveils sans pleurs, on attend toujours avant d’intervenir, et bien souvent ils se rendorment seuls, apprenant donc qu’ils savent faire. Mais au moindre pleur, ils savent qu’on est là pour les rassurer. Enfin, on a gardé en tête que les « mauvaises habitudes » sont un mythe chez les nourrissons et n’avons jamais hésité à les endormir sur nous ou à côté de nous.

    • 12
      Enfance Joyeuse

      MERCI infiniment pour ce partage rempli de bienveillance, d’amour et de respect du bébé.
      Je ne peux qu’être d’accord avec tous les conseils que tu cites.
      Je te remercie vraiment de les partager avec nous.
      Car comme toi, je pense que le sommeil est important pour l’équilibre de toute la famille !
      Et que le bébé a plein de ressources.
      A bientôt,
      Charlotte.

  4. 13
    Marine

    Mes trois garçons ont fait leur nuit vers 3 mois. Et à chaque fois ça a été une vraie délivrance… Ne pas dormir est vraiment épuisant. En même temps, se réveiller pour aller nourrir bébé est aussi un rendez-vous plein de tendresse, unique au monde ! C’est bien tout le paradoxe ! Et puis les nuits des plus grands enfants ne sont pas toujours simples non plus : cauchemars, pipis au lit, terreurs nocturnes… Bref, en tant que parents on est souvent en alerte !

    • 14
      Enfance Joyeuse

      C’est vrai que la question du sommeil est pleine d’ambivalence… Envie qu’ils dorment et quand c’est le cas, ces moments de fusion manquent ou le besoin de vérifier que tout va bien l’emporte… Ah la la ! Pas facile !
      Et comme tu le dis, à tous les âges, des difficultés différentes !
      Merci beaucoup pour ton message ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *