Accoucher de son bébé sans pousser : la méthode douce.

Si vous avez lu « hypnonaissance« , les livres de Bernadette de Gasquet ou tout autre ouvrage sur l’accouchement physiologique, vous avez certainement déjà lu qu’il est possible « d’expirer » ou de « démouler » son bébé plutôt que de le pousser. Oui, il est possible d’accoucher sans pousser. Cette méthode présente de nombreux avantages mais finalement : comment faire ? En quoi ça consiste ? ↓

"Poussez madame ! Poussez !" Savez-vous qu'il existe une alternative ? Découvrez la méthode douce.

Ne pas pousser son bébé lors de son accouchement : vraiment possible ?

Depuis des années, on a cette image de l’accouchement : « poussez madame, poussez ! ». Cette image d’un obstétricien ou d’une sage-femme qui demande à la femme enceinte de pousser pour mettre son enfant au monde. Elle, on l’imagine rouge de sueur, et la main de son partenaire dans la sienne.

C’est ce qu’on appelle la poussée dirigée. Dans cet article, je vous expliquai pourquoi cette méthode n’est pas forcément la plus adaptée aux femmes et à leurs bébés. Vous pouvez le lire en cliquant ici.

Ainsi, il faut savoir qu’il existe des alternatives. On peut, lors de son accouchement, « démouler » son bébé ou « l’expirer » plutôt que de le pousser. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’on ne poussera pas du tout. Finalement, il s’agit alors d’attendre le réflexe d’éjection du foetus qui entraine une poussée naturelle. C’est votre corps qui vous intime qu’il faut sortir votre bébé maintenant. Vous ressentez alors un besoin irrépressible de le pousser vers la sortie. Pour autant, ce n’est pas à la demande du professionnel… Mais de votre ressenti !

C’est donc un procédé totalement différent !

Pousser son bébé naturellement : état des lieux.

Quand les professionnels réalisent une poussée dirigée ils vous demandent de retenir votre souffle. Naturellement, votre corps se tend. Ainsi, vos sphincters vaginaux se tendent du fait du souffle coupé et de la tension du corps. Et dans ce cas là, c’est l’effet inverse que l’on obtient. Au lieu d’avoir une poussée la plus efficace possible, c’est tout votre corps qui a du mal à mettre cet enfant au monde. En effet, les muscles de votre utérus ont plus de mal à faire descendre votre bébé. Rajoutez à cela une position non physiologique qu’est celle d’accoucher sur le dos en position gynécologique, et tout est plus dur.

Donc, si on prend un peu de recul, quand la situation le permet (pas d’urgence vitale pour le bébé ou la maman), il vaudrait mieux attendre que la sensation de poussée naturelle s’installe plutôt que de la diriger.

Se préparer à l'accouchement avec un ballon de naissance.

Quels avantages à pratiquer une telle poussée ?

Même si les études ne sont pas nombreuses sur le sujet, certains avantages ont été recensés.

Tout d’abord, la poussée est plus efficace dans le sens où les muscles sont plus relâchés. Ainsi, ils peuvent travailler plus efficacement. De cette manière, le temps de la poussée s’en voit réduit et donc la fatigue maternelle amoindrie.

Ensuite, on limite le risque de déchirure car on exerce moins de force directe sur le col et le vagin. Avec la poussée dirigée, vous bloquez toute votre énergie et la dirigez directement sur votre périnée. Les risques d’épisiotomie sont donc plus grands. Avec la poussée naturelle, on écoute son corps. On va pousser quand on en ressent le besoin. On va se focaliser sur son souffle et le passage du bébé sera plus doux.

En somme, si la fatigue de la maman est réduite et que les risques de déchirures sont amoindris, la récupération durant le post-partum s’en voit facilitée.

Accoucher sans pousser : comment faire ?

Maintenant que nous savons tous les intérêts à pratiquer un accouchement sans pousser son bébé, une question nous envahit : comment faire ?

La première des choses est à mon sens de lire à ce sujet. Je vous conseille le livre de Bernadette de Gasquet et celui de Marie Mongan.

Ensuite, il me semble primordial que les professionnels qui vous accompagneront lors de votre accouchement acceptent d’attendre le réflexe naturel de poussée. Si ce n’est pas le cas, vous ne pourrez pas la réaliser. Vous pouvez alors choisir de le noter dans votre projet de naissance afin d’en discuter librement avec les professionnels qui vous suivent durant votre grossesse.

Une fois que cela sera fait, vous pourrez vous concentrer sur la méthode à proprement parler de la naissance sans poussée dirigée.

La règle d’or est certainement la respiration. D’ailleurs le terme « expirer son bébé » est très parlante. En expirant calmement, vous éviter à votre corps de se tendre et ainsi à votre respiration de se couper.

Il faudra ensuite patienter le temps que le réflexe d’éjection du foetus (la poussée naturelle) arrive. Ne vous inquiétez pas : vous saurez quand ce sera le moment. Vous ressentirez alors un besoin incontrôlable de pousser votre bébé dehors. Certaines femmes expliquent qu’elles ont eu besoin d’accompagner le passage de leur bébé par des sons rauques tels des « aaah ».

De la même façon, elles expliquent que la sensation de « démouler » leur bébé s’est faite naturellement. Elles ressentent dans quelle position elles sont le mieux installées, quand expirer, quand reprendre leur souffle. Tout « coule de source ».

Je tiens cependant à préciser que cette manière de pousser son bébé lors de votre accouchement ne rend pas le travail plus facile. En revanche, cela permet à votre corps d’être plus détendu et donc d’accueillir ce bébé plus naturellement.

Accoucher sans pousser : l’importance de l’accompagnement.

Je vous en ai déjà touché quelques mots un peu plus haut dans cet article mais sans accompagnement, votre projet d’accoucher sans pousser pourrait ne pas voir le jour.

Ainsi, n’hésitez pas à rédiger un projet de naissance. Dedans, vous pourrez expliquer les raisons de votre choix afin de voir si cela est envisageable pour l’équipe qui vous accompagnera le jour J. Si c’est le cas, n’hésitez pas à leur préciser que vous préférez qu’on vous dise « expire ce bébé » plutôt que « pousse » par exemple. Les mots ont tout leur sens. Et cela est d’autant plus vrai si vous vous répétez durant les mois précédents l’accouchement que vous voulez « expirer » ce bébé. C’est une sorte de mantra et vous aurez besoin qu’on vous le rappelle quand vous serez en plein travail.

Le choix des professionnels qui vous soutiendront le jour de votre accouchement est également majeur. Si vous ne savez pas quel praticien peut être compétent, n’hésitez pas à lire cet article qui répondra à vos questions. Le choix de votre lieu d’accouchement et des professionnels qui seront là est primordial. Il est important que vous vous sentiez soutenue et encouragée le jour J.

Vous pouvez également choisir des cours de préparation à l’accouchement qui vont dans ce sens-là. Je pense notamment à la méthode hypnonaissance mais aussi au yoga prénatal par exemple.

Dans tous les cas, même si vous vous êtes préparée avec des professionnels compétents et des lectures, il me semble important que vous gardiez en tête que cet accouchement reste un mystère jusqu’au jour J. Il se peut que les professionnels prennent des décisions qui vont à l’encontre de ce choix dans le but de préserver votre santé (à vous ou votre bébé). Ainsi, il faut être prêt à l’accepter.

Voici donc une nouvelle manière de penser la naissance de votre bébé … Qui est pourtant vieille de millénaires ! Accoucher sans pousser est une alternative qui présente de nombreux avantages et j’espère que cet article vous aura donner des clés si vous avez un tel projet de naissance.

Et vous ? Comment envisagez-vous votre accouchement ?

enfance joyeuse blog parents futurs parents
"Poussez madame ! Poussez !" Savez-vous qu'il existe une alternative ? Découvrez la méthode douce.

Certains liens de cet article sont affiliés. Ils ne vous rajoutent aucun cout. En revanche, Amazon me verse une petite commission me permettant d’entretenir les frais du blog. Je vous remercie si vous réalisez vos achats en passant par eux. 

  1. 1
    Marine

    Quand je lis tes articles sur l’accouchement, je me dis qu’on en est arrivé à devoir justifier des choix qui devraient, finalement être naturels. Je ne pensais pas pouvoir être capable de sentir cette envie de pousser. C’est vrai que lors de mes accouchements, je me remettais totalement à l’équipe médicale. Comment faire autrement ? J’aime beaucoup l’expression « démouler son bébé », ça paraît plus doux que la naissance aux forceps…

    • 2
      Enfance Joyeuse

      Je trouve aussi que cette expression est très belle et parlante…
      Ça fait des années qu’on entend qu’il faut pousser son bébé, qu’on voit à la télé les professionnels dire quand le faire, tout ça finalement c’est intégré en nous.
      Parfois, c’est la seule manière de faire.
      Dans d’autres situations, quand tout se passe bien, on peut attendre que la maman ressente cette envie irrépressible de pousser.
      Et c’est ainsi, qu’on peut « démouler » son bébé.
      Merci à toi pour ton message.
      Jeu suis ravie d’avoir pu soulever ces questionnements chez toi 🙂

    • 4
      Enfance Joyeuse

      C’est toujours intéressant à savoir… Et peut-être que tu pourras informer d’autres futures mamans à ton tour ? 🙂
      Merci pour ton message !
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *