J’ai donné naissance à mon bébé le jour de Noël. #

Bonjour à tous ! Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour le portrait d’Anne Sophie. Cette maman a donné naissance à sa fille le 24 décembre ! J’ai reçu beaucoup de témoignages de mamans qui s’inquiètent d’accoucher pour les fêtes. J’ai également reçu des retours de mamans qui étaient rassurées d’avoir pu mettre au monde leurs enfants avant ou après la date de Noël. Comme j’ai senti que c’était un sujet sensible, il me tenait à coeur de partager le très beau portrait d’Anne Sophie avec vous. Gardez confiance, si vous accouchez pour les fêtes, vous aurez un « bébé de Noël », le plus cadeau du monde.

Ma Joséphine était prévue à l’origine pour le 31 décembre. Quoi qu’il en soit, nous savions avec mon mari que ce serait un bébé des fêtes. C’était ma seconde grossesse, je l’ai donc globalement mieux vécu que ma première. J’étais moins stressée, plus apaisée. J’avais déjà donné la vie, j’avais de nouveau choisi un suivi global et je connaissais déjà la sage-femme qui allait m’accoucher. Bref, j’étais plus sereine.

Ma plus grande angoisse, était de laisser ma fille ainée « seule » durant cette période. En revanche, comme elles n’ont que 19 mois d’écart, je ne m’inquiétais pas trop d’être à la maternité pour Noël. Gabriella, mon ainée, n’avait pas encore de notion du temps ou de dates. Nous avions prévu que nous fêterions Noël tranquillement en famille, à trois, à la maison. Et que nous le fêterions à mon retour de la maternité si jamais j’accouchais pour le jour J de Noël.

Les contractions ont commencé le samedi 24 très tôt. Elles ne passaient pas malgré les spasfons. Je savais que j’allais accoucher pour Noël. Ma soeur était venue passer les vacances à la maison pour garder ma fille lorsque je serai à la maternité. Très sincèrement, avec les douleurs, je n’ai pas vraiment réfléchi au fait que j’allais passer Noël à la maternité. J’avais juste mal.

En arrivant, une fois prise en charge par ma sage-femme, j’ai compris que mon bébé serait un bébé de Noël. Et cela m’a beaucoup émue. Assez bizarrement, cela m’a aidé à gérer ma douleur. (Mais j’ai quand même demandé la péridurale 😉 ).

Ce n’est qu’après, une fois remontée dans ma chambre, que je me suis dit : « ah zut ! Ils ne me laisseront pas sortir demain ! »

Tant pis. C’était une lune de miel avec ma fille qui venait de naître. Un beau moment rien que pour elle et moi. Un moment qui ne se renouvellerait pas de sitôt. J’en ai profité à fond ! Et nous sommes restées collées toute la nuit dans les bras l’une de l’autre.

C’est le lendemain que ça a été plus difficile. Le jour de Noël. Ma soeur m’a appelé à la rescousse et mon mari a dû partir. Gabriella était malade (grosse rhino-pharyngite). J’étais désespérée de ne pas pouvoir aller la soigner moi-même. J’ai tout de même été vite rassurée car mon mari est rentré à la maison pour se charger de la malade ! Ce qui du coup, m’a fait me sentir vraiment seule en ce jour de Noël. J’ai puisé ma bonne humeur dans le regard de ma toute petite Joséphine.

Concernant l’ambiance à l’hôpital, les puéricultrices n’ont pas été spécialement sympathiques le 25 décembre. L’effectif était réduit et je comprends qu’elles n’étaient pas forcément enchantées de travailler le jour de Noël. Et puis aussi, « j’avais l’air de m’en sortir », elles ne sont pas spécialement venues me voir. Mais au final, j’étais bien dans ma bulle avec mon bébé et je me réjouissais en pensant que je serais bientôt dehors. Nous fêterions Noël tous ensemble à la maison !

Christel, auxiliaire de puériculture, m’a raconté ses heures de travail à l’hôpital les soirs de Noël. Elle m’a raconté qu’il régnait toujours une ambiance particulière, de fête. Des tables étaient installées au bout du couloir pour organiser un repas de fête entre collègues. Elle se souvenait aussi d’un papa qui avait mis plein de guirlandes lumineuses dans la chambre de sa femme. Elle avait observé qu’au final, 24 ou 31 décembre, les mamans avaient toutes les mêmes inquiétudes et questionnements… Et qu’au final, son accompagnement restait le meme ! De plus, les tâches qu’elle avait à réaliser avec le reste de l’équipe étaient tout à fait identiques avec n’importe quel jour de l’année (répondre aux appels, passer du temps auprès des bébés en néonatalogie, faire le tour des chambres…). J’espère que ce retour rassurera toutes les mamans qui s’angoissent à l’idée d’accoucher dans des conditions de confort différentes d’un jour « ordinaire ».

Honnêtement, c’est ma fille ainée qui m’a le plus manqué. Elle était malade et n’avait pas le droit de venir avec ses microbes à la maternité. De toute façon, elle n’était pas assez en forme pour venir. Le reste de ma famille, parents et amis, ne m’ont pas manqué car, encore une fois, j’ai aimé le fait d’être seule avec mon mari pour vivre cette toute première rencontre rien qu’à trois.

Aujourd’hui encore nous sommes très fusionnels avec chacun de nos enfants et je ne les ai jamais confié plus de quelques heures. Je n’ai jamais voulu de visites (pour aucun des 3 enfants). Juste pour pouvoir profiter égoïstement de mes bébés ! Et dieu sait qu’aujourd’hui, avec trois enfants entre 0 et 3 ans, je n’ai que rarement de temps à consacrer à chacun individuellement.

Mais quoi qu’il en soit, j’ai vraiment considéré cette naissance à Noël comme une chance inouïe. Un magnifique cadeau. Et aujourd’hui je prépare la fête de ses 2 ans avec beaucoup d’émotion en me rappelant ces 3 jours de maternité si forts en émotion. Comme chacune de mes grossesses.

Je pense que le fait d’aimer être dans une bulle exclusive avec mon bébé m’a permis de ne pas ressentir trop lourdement la solitude. Car j’étais réellement dans l’euphorie d’avoir eu un bébé de Noël.

Et encore une fois : on a fait la fête après !

Je pense que Noël ou pas, la naissance est un moment tellement magique, qu’on oublie un peu toutes les contingences extérieures pour ne se consacrer qu’au bonheur d’avoir son bébé avec soi. Je pense m’être littéralement enivrée de ce bonheur. Les fêtes de Noël lui ont donné un petit coté magique qui m’a vraiment permis d’oublier que je n’étais pas à la maison avec mes proches comme un Noël classique.

Une naissance est un moment exceptionnel et on peut pas en choisir la date. Je l’ai pris comme une chance.

Surtout qu’au regard d’autres femmes qui luttent chaque jour pour devenir mères, et qui n’y parviennent pas, j’ai eu de la chance. Je suis chanceuse d’avoir pu donner la vie de façon naturelle sans me poser de question de fertilité. J’étais d’autant plus heureuse que cette naissance arrive à Noël.

J’espère que ce portrait aura donné du baume au coeur à toutes les futures mamans qui vont peut être accoucher le jour de Noël. Une naissance, qu’importe son jour, est un véritable cadeau.

Et je vous souhaite à tous de bonnes fêtes ! Durant les deux semaines à venir, l’activité du blog sera un peu plus calme. Je vous souhaite de profiter de vos familles, de rire, de vous amuser, d’aimer ! Plein de belles choses à tous !

enfance joyeuse blog parents futurs parents
J'ai accouché pour Noël, mon plus beau cadeau ! Récit d'une maman qui a passé Noël à la maternité !

10 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 3
    Honey Mum

    Qu’elle belle histoire 🙂
    Moi je suis née le 29 décembre… Il y a presque 32 ans, ma maman a fêté nouvel an avec moi à la maternité. Elle m’a souvent dit que c’était son cadeau.
    Joyeux anniversaire à Joséphine et merci pour ce témoignage.. 🙂

    Estefania

    • 4
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Bien souvent, les bébés de Noël sont les plus beaux cadeaux attendus par leurs parents <3
      J'espère que tu as passé un joyeux Noël,
      A bientot,
      Charlotte.

      • 6
        Enfance Joyeuse

        Ahah c’est fou que vous soyez née la même date !
        C’est vrai qu’il y a de quoi se souvenir de la date mais c’est dommage d’oublier de le souhaiter !
        En tous les cas on ne choisit pas le jour de sa naissance haha 😉
        Merci pour ton commentaire & à bientôt !

  2. 9
    Workingmutti

    J’ai une amie née le 25 décembre. Du coup ses parents fêtaient ses demi-anniversaire pour qu’elle ait un jour rien que pour elle dans l’année ;). Mais j’ai surtout vu des inquiétudes d’avoir des bébés de « fin d’année » qui auront plus de mal en maternelle car ils seront beaucoup plus jeunes que les autres.

    • 10
      Enfance Joyeuse

      Merci beaucoup pour ton retour ! 🙂
      C’est super original de fêter un demi anniversaire pour offrir à son enfant son « jour à lui » 🙂
      Je comprends ta crainte mais au final ils grandissent tellement vite que la différence s’estompe vite 😉
      Merci pour ton passage sur le blog et à bientot 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *